Getty Images

Mais qu'est-ce qui a changé à Liverpool ?

Mais qu'est-ce qui a changé à Liverpool ?

Le 11/12/2018 à 11:08

LIGUE DES CHAMPIONS - Leader de Premier League, Liverpool se trouve également au bord du précipice en C1. Mardi soir (21 heures), le LFC accueille Naples pour tenter d'arracher sa qualification. A l'aube du dernier match de la phase de poules, le parcours des Reds pose question.

Mardi soir, aux alentours de 23 heures, la Ligue des champions pourrait avoir dit adieu à son dernier finaliste. Avant même la deuxième phase. Le club de Liverpool est à ce point paradoxal qu'il vient de prendre les rênes de la très exigeante Premier League alors qu'il se trouve en grand danger en C1. Troisièmes derrière Naples (1er) et le PSG (2e), les Reds jouent un dernier match de poules décisif face aux Italiens avec l'obligation de l'emporter. Et si possible, par deux buts d'écart.

Bien sûr, la troupe de Jürgen Klopp reste maîtresse de son destin. Et sa forme du moment en championnat en fait probablement la favorite pour une victoire face au Napoli dans son antre d'Anfield Road. Il n'empêche, les difficultés rencontrées lors des défaites à Paris (2-1), Naples (1-0) et Belgrade (2-0) interrogent, tout comme le style de jeu parfois pratiqué cette saison dans la Perfide Albion.

Plus de maîtrise…

Samedi soir, les partenaires de Roberto Firmino ont marqué un grand coup en Premier League en prenant les rênes du classement à Manchester City. La première place est un rien symbolique (un point sépare les deux clubs) mais elle traduit l'évolution qui s'est opérée dans le jeu des Reds par rapport à la saison passée.

Vidéo - Guardiola : "Liverpool est devenu le favori et tout le monde peut gagner la Premier League"

00:57

"Nous avons plus de contrôle", résumait Jürgen Klopp samedi après l'édifiant succès glané par les siens sur le pré de Bournemouth (0-4). "L'année dernière, on marchait sur l'eau et tout était génial jusqu'à ce que ça ne le soit plus, a-t-il détaillé. La différence entre ces deux situations était mince l'an passé et on voulait travailler ce point. On l'a fait et c'est bien."

Si l'on ne connaissait pas Jürgen Klopp, on en viendrait presque à penser que l'Allemand est un technicien uniquement guidé par le sacrosaint résultat. Ce n'est bien sûr pas le cas. Mais l'adepte du "gegenpressing" (cette pression très haute à la perte du ballon) a su travailler d'autres aspects pour améliorer l'équilibre de son équipe. Après 16 journées de championnat, Liverpool demeure la seule formation invaincue du Royaume et elle affiche la meilleure défense (6 buts pris). L'an passé, à pareille époque, le LFC en avait déjà encaissé trois fois plus (20) pour le même nombre de buts marqués (34).

Jürgen Klopp (FC Liverpool)

Jürgen Klopp (FC Liverpool)Eurosport

… et moins de folie ?

L'arrivée de l'excellent gardien Alisson Becker n'y est évidemment pas étrangère, le Brésilien affichant le plus grand taux de réussite des cinq "grands" championnats au niveau des tirs arrêtés (85,71% sur 36 tirs). "Quelques nouveaux joueurs sont arrivés, d'autres ont mûri", a d'ailleurs glissé Klopp samedi, avant de préciser : "L'effectif n'est toujours pas très expérimenté. On doit encore progresser, c'est clair."

L'ancien coach de Mayence et Dortmund pourrait difficilement dire le contraire tant la situation des siens à l'échelle européenne est inquiétante. Il faut dire qu'avec Naples, Paris et Belgrade, le niveau de cette poule est autrement plus relevé que celle de l'an passé (composée du Séville FC, du Spartak Moscou et de Maribor). Contre Chelsea (1-1), Arsenal (1-1) ou Manchester City (0-0), des gros morceaux du championnat, sa troupe a également affiché certaines lacunes, notamment dans le domaine offensif.

Il faut rappeler que Philippe Coutinho est parti au Barça il y a un an, qu'Alex Oxlade-Chamberlain n'a pas joué une minute depuis sa grave blessure d'il y a six mois et que, globalement, Liverpool est une équipe qui tire moins, intercepte moins, remporte moins de duels et crée moins d'occasions franches que l'an passé. Dans chaque secteur, l'écart chiffré n'est pas spectaculaire mais il vient corroborer l'idée d'une évolution subtile précédemment évoquée par Klopp. Une évolution qui peut logiquement créer des problèmes en même temps qu'elle en règle...

Mohamed Salah

Mohamed SalahGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0