Getty Images

Real Madrid-Ajax (1-4) : Les Madrilènes refusent d'évoquer une fin de cycle après leur déroute en 8e

"C’est vrai que c’est une saison de merde"

Le 06/03/2019 à 00:50Mis à jour Le 06/03/2019 à 08:35

LIGUE DES CHAMPIONS - Humilié et éliminé par l'Ajax Amsterdam (1-4) au Santiago Bernabeu, le Real Madrid a pris la porte dès les 8es de finale, une première depuis 2010. Le point final d'une saison (déjà) terminée. "Mais ce n'est pas la fin d'un cycle", a assuré Daniel Carvajal après la rencontre.

Les Madrilènes sont sonnés. Et pour cause, les triples tenants du titre ont été lourdement battus par l’Ajax en huitième retour de la Ligue des champions (1-4), une déroute synonyme d’élimination. Les joueurs de la Casa Blanca, éliminés de la Coupe du roi et actuellement troisièmes du championnat espagnol, ont conclu devant leur public une semaine cauchemardesque, marquée par deux défaites à domicile contre le FC Barcelone (0-3 et 0-1). Est-ce la fin d’un cycle pour le club qui a régné sur le football européen pendant près de neuf ans ?

Pour Daniel Carvajal, il n'est pas question d'évoquer la question de la fameuse fin de cycle. “Je ne le vois pas comme ça. L'effectif est très bon, nous avons une marge de progression. Ce qui est clair, c'est que la saison est pratiquement finie pour nous. Il faut être professionnel et continuer à travailler”, a concédé l'international espagnol. Le son de cloche est le même pour Thibaut Courtois : “C'est une équipe qui gagnait tout, ces dernières saisons, avec les mêmes joueurs, qui ont encore l'âge d'être ici. On sait qu'on doit retravailler fort cette saison et redémarrer." Nacho, exclu à la toute fin du match, s’est montré plus pessimiste : “Nous ne sommes pas habitués à gérer une fin de saison sans enjeux. Une page se tourne pour ce club.

Vidéo - Nacho : "Tôt ou tard, les rois tombent"

00:40

Pas de crise selon les joueurs

Cette soirée du 5 mars 2019 restera comme l'une des plus sombres de l'histoire du Real Madrid qui a subi sa plus lourde défaite à domicile en coupe d'Europe. En une semaine, Santiago Solari et ses hommes ont surtout tout perdu. Coupe du Roi, Liga, Ligue des champions : le Real est hors-jeu et sans aucun objectif auquel à se raccrocher. La C1 avait maquillé leur exercice 2017-18, cette fois leur compétition fétiche n'est plus là pour sauver les apparences.

"C'est vrai que c'est très difficile, je n'ai jamais vécu cette sensation. En une semaine on a tout perdu à domicile", a ajouté Carvajal. Complètement sonné, le défenseur n'a pas hésité à évoquer une saison horrible. "Nous avons une équipe jeune qui a une marge de progression énorme. Mais c’est vrai que c’est une saison de merde. Nous devons assumer et ne pas nous cacher."

Solari ne démissionnera pas

Cette sortie de route en C1, le Real ne l'avait surtout pas vu venir. Le seul enjeu du club espagnol d’ici la fin de la saison va donc être d’assurer sa qualification pour la prochaine édition de la compétition, mais surtout de se reconstruire. Pour autant, pas question non plus de parler de crise pour Courtois. “On avait fait un bon début février en battant l'Atlético, match nul contre le Barça en Coupe, on gagne à l'Ajax, on se sentait bien. C'est vrai que ces derniers jours, c'est dur, on perd en Coupe, en championnat et ce soir.

Mêmes joueurs… ou presque. Un seul Ronaldo vous manque et tout est dépeuplé. L’attaquant s’en est allé en Italie l'été dernier, et aucun membre de l'effectif n’a vraiment pris la relève. L’absence du Portugais et tout simplement d’un leader offensif s’est beaucoup fait ressentir. Tout comme celle de Sergio Ramos, suspendu. L’entraîneur a également changé. Zinedine Zidane, en 2016 et 2018, n’avait plus que la Ligue des champions à jouer, mais il était parvenu à capitaliser dessus. Ce que n’est pas parvenu à faire Santiago Solari dont les heures au Real sont comptées.

Reste à savoir comment le club va rebondir. Et quel sera son timing avec l'Argentin, plus que jamais fragilisé. Ce dernier n'a pas voulu se montrer trop défaitiste. "Il nous reste la Liga. Il est certain qu'il y a un grand écart (12 points sur le leader Barcelone), mais il faut se relever. Le Real Madrid se relève toujours", et a balayé d'un revers de main une éventuelle démission.

Vidéo - Solari : "Le Real revient toujours plus fort"

00:38
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0