Getty Images

Griezmann : "Ce n'est plus à moi de créer le jeu"

Griezmann : "Ce n'est plus à moi de créer le jeu"

Le 26/02/2020 à 00:10Mis à jour Le 26/02/2020 à 08:43

LIGUE DES CHAMPIONS - Auteur d'un but capital pour le Barça mardi à Naples (1-1), en 8e de finale aller, Antoine Griezmann a sauvé un match sans relief jusque-là. L'attaquant français s'efforce de jouer au mieux un rôle totalement différent de celui qu'il avait à l'Atlético de Madrid. Un processus encore loin d'être abouti.

Il a eu le mérite d'être efficace. Ce n'était pas évident. Antoine Griezmann a longtemps peiné pour avoir un impact dans une attaque barcelonaise inoffensive à Naples. Mais il lui a suffi d'une occasion pour être décisif. À la réception d'un centre de Nelson Semedo, servi d'une passe lumineuse par Sergio Busquets, "Grizou" a ajusté David Ospina du pied droit pour offrir au Barça ce but si précieux à l'extérieur. Un but synonyme de match nul (1-1), qui place le club blaugrana en position favorable avant le match retour dans trois semaines au Camp Nou. C'est le point positif de la soirée. Le seul.

Il sauve les apparences, mais il ne masque pas la réalité. Ce Barça n'a jamais donné l'impression de donner la pleine mesure de son potentiel. Il a encore dû compter sur un Marc-André ter Stegen décisif pour ne pas quitter l'Italie sur une défaite. Son animation offensive souffre terriblement de l'absence de Luis Suarez quand il doit affronter un bloc aussi dense et replié que celui de Naples. Tout repose sur Lionel Messi et Antoine Griezmann dans ce contexte. Deux hommes qui ont eu bien du mal à se trouver à San Paolo.

Trois échanges avec Messi

L'Argentin et le Français n'ont échangé que trois ballons en 87 minutes passées ensemble sur le terrain, avant l'entrée en jeu d'Ansu Fati à la place de Griezmann. Le système mis en place par Quique Sétien n'y est pas forcément étranger. Car il a plus éloigné les deux hommes qu'il ne les a rapprochés. "Messi est plus à droite, moi plus à gauche, c'est compliqué pour se trouver, a résumé l'ancien Colchonero au micro de RMC. Quand on se retrouve dans l'axe, mon job, est de faire des appels en profondeur. On essaie de travailler ça et moi de m'adapter un peu à l'équipe."

S'adapter, c'est le leitmotiv de Griezmann depuis qu'il a rejoint la Catalogne l'été dernier. Il semblait évident que le Français allait se retrouver dans un contexte totalement différent de celui qu'il avait connu à l'Atlético de Madrid, ou de celui qui lui avait permis de devenir le joueur clé de l'équipe de France. Ce rôle est déjà occupé par Lionel Messi dans un Barça dont le style de jeu est très éloigné de celui des Colchoneros ou des Bleus. La première moitié de la saison a permis de confirmer que le processus serait long pour Griezmann.

"Un job différent"

Son but à Naples ne masque pas non plus l'étendue du chemin qui reste à parcourir. Le Français en est totalement conscient. "J'étais sûr en venant ici que j'allais mettre du temps, a-t-il reconnu sur RMC Sports. Ce n'est plus à moi de créer le jeu, mon rôle c'est de faire les appels en profondeur et de créer les espaces pour les autres. C'est un job différent mais ça me tient à cœur de faire mon travail et d'aider les coéquipiers en attaque ou en défense."

L'abnégation de Griezmann est remarquable. C'est l'une de ses grandes qualités, et ce but si important pour le Barça sonne comme une juste récompense. Mais le Français est surtout un footballeur exceptionnel. Avec une capacité rare à faire la différence quand il est placé dans les meilleures conditions. Et il reste toujours cette désagréable impression qu'il est utilisé à contre-emploi au Barça. L'arrivée de Quique Sétien sur le banc catalan n'a rien modifié à la situation pour le moment. La patience était le maître mot à son arrivée l'été dernier. Il l'est toujours.

Leo Messi y Antoine Griezmann (Barcelona)

Leo Messi y Antoine Griezmann (Barcelona)Getty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313