Le jeu : Le Barça a subi

Les puristes du jeu à la barcelonaises repasseront. L'équipe de Setién s'est contentée d'attendre les Napolitains, sans presser malgré les garanties plutôt aléatoires affichées par sa défense. Mais cela a payé. Les Catalans ont fait la différence dans le jeu de transition en première période grâce à quelques actions rapides et verticales. Cela leur a permis de porter le danger dans la surface napolitaine et le talent de Lionel Messi a fait le reste. Naples a eu la possession et a globalement dégagé plus de maîtrise collective. Mais les Italiens ont été bien trop maladroits dans les deux surfaces pour espérer un autre sort à ce stade d'une épreuve comme la Ligue des champions.

Ligue des champions
Sourire retrouvé et billet validé : le Barça est toujours vivant
08/08/2020 À 21:00

Les joueurs : Le show Messi

Heureusement pour le Barça, il y a toujours Lionel Messi. L'Argentin a été le grand artisan de la victoire barcelonaise, le seul à apporter le danger, à créer des différences. Son but génial et ce ballon arraché dans les pieds de Kalidou Koulibaly pour obtenir un penalty, résument parfaitement son impact sur son équipe et sur ce match. Et son incroyable talent. On retiendra aussi Frenkie de Jong, impressionnant de justesse et de qualité technique, et Clément Lenglet, décisif et irréprochable en défense. Antoine Griezmann, précieux mais sans impact, a connu une soirée frustrante. A Naples, Koulibaly a vécu un cauchemar, commettant des erreurs fatales pour Naples.

Messi

Crédit: Eurosport

Le facteur X : Le coup de pouce du VAR

L'ouverture du score barcelonaise n'aurait pas dû être validée. Il y a une faute claire de Clément Lenglet sur Demme avant que le défenseur du Barça reprenne victorieusement le ballon de la tête. Après une vérification très (trop ?) rapide auprès du VAR, l'arbitre a cependant accordé ce but qui a fatalement changé le cours du match, d'autant que les Napolitains avaient réussi une meilleure entame. Cette décision a permis au club catalan de prendre l'avantage et de se retrouver dans une situation bien plus confortable. Une aubaine tant les hommes de Quique Setién ont peiné dans le jeu. Si cela ne s'est pas vu au tableau d'affichage, c'est en partie dû à cette erreur d'arbitrage.

La stat : 36

Avec cette victoire contre Naples, le FC Barcelone est désormais sur une série de 36 matches sans défaite au Camp Nou en Ligue des champions. C'est un record pour l'institution blaugrana, qui n'a plus perdu dans son antre depuis son lourd revers face au Bayern Munich en demi-finale retour de l'édition 2013. Justement, le club bavarois sera le prochain adversaire du Barça vendredi prochain en quart de finale. Mais ce sera à Lisbonne.

Le tweet qui rappelle l'essentiel

La décla : Gennaro Gattuso (entraîneur de Naples)

La différence a été faite par des individualités, des joueurs importants.

La question : Que peut espérer ce Barça face au Bayern ?

Sur le plan collectif, il n'y a pas photo entre le Barça et le Bayern. Et malgré la victoire face à Naples, il n'y a pas matière à nuancer ce constat. Barcelone ne donne pas de garanties suffisantes dans le jeu. Il n'a pas montré une cohésion dans le pressing qui lui aurait permis de récupérer le ballon plus et de maîtriser le cuir dans le camp napolitain. C'est comme ça que Barcelone défend, et cela explique aussi pourquoi la formation de Setién ne dégage pas une grande fiabilité derrière. L'ensemble paraît léger pour résister à un rouleau-compresseur comme le Bayern.

Mais paradoxalement, c'est peut-être en jouant un peu contre-nature, comme il l'a fait face à Naples, que le Barça peut avoir sa chance face à l'armada bavaroise. Les Barcelonais ont montré de la qualité dans les attaques rapides en première période avant de gérer après la pause. Laisser venir pour mieux contrer, c'est certainement le plan de jeu que doit adopter Setién pour surprendre le Bayern. On a souvent pointé l'incapacité de Barcelone à changer de rythme et à chercher la verticalité. Par instants, il a su le faire face à Naples. Et son salut passera aussi par-là contre les Allemands.

Et surtout, Lionel Messi est en jambes. C'est probablement la meilleure nouvelle de la soirée pour le Barça, au-delà de la qualification. Car le destin des Catalans dépend toujours plus de la capacité de son génie argentin à faire des différences. Cela s'est vérifié face à Naples, que le numéro 10 barcelonais a éliminé quasiment à lui tout seul. Le Bayern, ce sera un autre niveau. Mais la meilleure chance du Barça, c'est d'avoir une arme fatale nommée Messi. Avec lui, dans cette forme-là, tous les espoirs sont permis.

Au Barça, l'impasse jusqu'en 2021 ?

Liga
"Plus rien ne m’étonne" : Messi tacle (encore) le Barça en rendant hommage à Suarez
25/09/2020 À 10:19
Liga
Koeman a choisi : un trio Messi - Griezmann - Dembélé aligné pour le match amical du Barça
12/09/2020 À 17:04