"On a touché le fond. On l'avait déjà touché à Porto, mais aujourd'hui on a tout donné, avec envie et détermination, mais tout tourne mal pour nous en ce moment " André Villas-Boas ne s’en cache pas : cette défaite fait mal. La Ligue des champions est décidément trop grande pour cet Olympique de Marseille. Incapable de marquer le moindre but en quatre matches, le club de la cité phocéenne vient d'enregistrer un triste record en s'inclinant une nouvelle fois contre Porto à domicile (0-2) : voilà le club champion d’Europe en 1993 avec 13 défaites de rang dans la plus prestigieuse compétition du Vieux Continent. "Je m'en fous de ça. C'est dans le passé, dans les statistiques. Je ne peux rien y faire", a lancé l'entraîneur marseillais au micro de RMC avant de reconnaître. "C'est une compétition à oublier pour nous".

Le Portugais évoque la "malchance" au moment de revenir sur ce nouveau revers face à son ancien club. Il est vrai que les Marseillais ont mis l'engagement nécessaire au début de match avant de se faire punir sur un corner suite à un rebond malheureux sur Boubacar Kamara. "Quand tu es dans une dynamique si négative, des choses comme ça arrive", a expliqué un André Villas-Boas résigné même s'il a apprécié de voir ses protégés "batailler". Et c’est peut-être ça qui fait le plus mal. "C'est le moment d'être à côté de mes joueurs, de les supporter et de leur donner de la force pour la suite", a-t-il reconnu.

Ligue 1
"Il y a beaucoup de choses à changer au sein du club"
HIER À 23:23
On va se battre pour ça

Humiliés par cette énième défaite de rang en Ligue des champions et déjà éliminés, les Marseillais ont cependant encore un coup à jouer dans cette C1 : aller chercher la troisième place pour être reversés en Ligue Europa. Et si Villas-Boas s'est interrogé mardi sur les risques de disputer encore l'Europe en vue de la lutte pour une place sur le podium en Ligue 1 où l'OM pointe à six longueurs de la première place avec deux matches en retard, les Phocéens ne comptent pas laisser filer les derniers matches.

C'est une question de fierté. D'orgueil. Et d'un ego mis à mal par cette expérience européenne si dramatique jusqu'à présent, après sept longues saisons d'attente. "On ne peut pas finir comme ça. J'espère que ça va venir. On doit aller chercher cette victoire", lance AVB. "Il reste encore deux matches de Ligue des champions. On a encore une chance d'aller en Ligue Europa, on va se battre pour ça", enchaîne Álvaro González. Histoire de sauver l'honneur d'un club qui en a bien besoin en Europe.

Ligue 1
L'OM plonge au fond du trou la tête la première
HIER À 21:56
Football
Benfica décimé, prise de bec entre Porto et le Sporting : le virus fait des dégâts au Portugal
19/01/2021 À 15:59