14 décembre - 14 février. Deux petits mois mais un fossé qui ressemble désormais à une fine fissure.
14 décembre : un FC Barcelone au fond du gouffre, deuxième de son groupe de Ligue des champions, apathique sur le terrain et paralysé en coulisses, découvre qu’il affrontera le PSG en 8e de finale. Au vu des failles catalanes, l’issue du duel paraît, sinon évidente, franchement déséquilibrée.
Ligue des champions
Kean, l'option flashy qui saute aux yeux
13/02/2021 À 22:29
14 février : tout a changé. Pendant que le PSG toussote son football, a changé d’entraîneur, a perdu Neymar et Di Maria et cherche encore à trouver de la continuité dans son football, le Barça a suivi une trajectoire diamétralement opposée. Bien sûr, l’édifice barcelonais est bringuebalant, la faute à une défense franchement inquiétante et déplumée. Mais pour le reste…

Milieu alléchant, attaque retrouvée

En Liga, le Barça n’a plus perdu depuis début décembre et vient même d’enchaîner 7 victoires de rang. Sergio Busquets a retrouvé de sa superbe au milieu, bien aidé par une paire De Jong-Pedri alléchante et joueuse. Et devant, même Antoine Griezmann a trouvé (enfin) la bonne carburation. Alors, forcément, de rouge écarlate, on serait tenté de mettre tous les voyants au vert.
"Nous sommes dans un bon moment, a d’ailleurs lâché Ronald Koeman après coup. L'équipe se crée beaucoup d'occasions, on s'améliore dans beaucoup d'aspects du jeu. Le PSG est une grande équipe, ils sont forts mais nous aussi on est fort. Ce 8e de finale me paraît assez équilibré. On va l'affronter avec beaucoup d'enthousiasme et on sait qu'on a besoin de se sentir bien pour passer".
"On a vraiment hâte de disputer ce match, on veut être à la hauteur et je suis sûr qu’on fera un 'partidazo'", a complété Riqui Puig, titulaire ce samedi. Autrement dit, plutôt que la peur au ventre de ne pas être au niveau, c’est le couteau entre les dents que les Barcelonais vont aborder la rencontre.

Lionel Messi face à Alaves

Crédit: Getty Images

Messi impliqué donc Messi dangereux

Surtout qu’ils seront menés par un capitaine qui a enfin retrouvé ses éclairs. Après son intersaison mouvementée et toutes les polémiques autour de sa personne, on avait presque perdu le magicien du Camp Nou, celui qui crée, celui qui marque, celui qui rassemble. Ce samedi, il était de retour. Au meilleur des moments.
Absolument divin en deuxième période, Lionel Messi a éclaboussé la rencontre de sa classe avec notamment un but solaire pour rappeler une évidence : le général sera de la bataille et il compte bien y peser de tout son poids. "Leo est un joueur décisif depuis de nombreuses années, a détaillé un Koeman encore surpris par son génie. Il est très investi, très content, il devient très réaliste. Quand on le cherche entre les lignes, il cherche de la profondeur, tout devient plus facile. Sa vista est impressionnante".
"Pour aspirer à quelque chose et gagner ce match (contre le PSG), on aura besoin non seulement d'un grand Leo, mais aussi de tous les autres dans leur meilleure forme", a-t-il complété. Le tout avant de rappeler une évidence que beaucoup avaient laissé de côté le 14 décembre dernier : "On arrive à ce 8e de finale avec beaucoup d’ambition". Et cette fois-ci, elle est plus que légitime.
Coupe de France
Mbappé puissance 6, l’instinct d’Icardi : les 14 buts du PSG jusqu’en finale
IL Y A 13 HEURES
Ligue 1
Trophée UNFP : N'en voulez pas à Neymar… mais aux votants et à l'air du temps
11/05/2021 À 12:53