On jouait la 13e minute de jeu et Presnel Kimpembe venait de faire faute dans la moitié de terrain du club de Basaksehir. Mais l’essentiel était ailleurs, sur le banc de touche du club turc. Pierre Achille Webo, entraîneur adjoint, s’est levé et a clairement demandé des explications au 4e arbitre, Sebastian Coltescu.
Celui-ci aurait demandé l’exclusion du Camerounais en le qualifiant de "negru", c’est-à-dire "noir" en roumain. Derrière, tous les membres de l’équipe turque, Demba Ba en tête, ont refusé de reprendre le jeu et de laisser passer ces paroles, rapidement rejoints par les Parisiens, Neymar et Kylian Mbappé en tête. "Why you said negro ?" ("Pourquoi tu as dit noir ?", NDLR) , a notamment répété l'entraîneur camerounais à plusieurs reprises.
Coupe de France
Et si Neymar jouait la finale ? Le PSG envisage de contester sa suspension
IL Y A 2 HEURES
D’après les explications de l’envoyé spécial de RMC, Webo aurait, au départ, réclamé de manière véhémente un carton suite à l’intervention musclée de Kimpembe. C’est à ce moment-là que le 4e arbitre aurait prononcé ces mots, à destination de l’arbitre principal. Après près de sept minutes de discussion, les joueurs ont finalement décidé de prendre les choses en main et de refuser de poursuivre le match, qui n'a jamais repris et finalement été reprogrammé à mercredi (18h55).

L'UEFA aurait aimé que la partie reprenne

"Le quatrième arbitre a dit 'negro' devant tout le monde ! Si le quatrième arbitre est écarté du terrain, alors nous reprendrons. Si le quatrième arbitre reste sur le terrain, alors Basaksehir ne reviendra pas", a déclaré Göksel Gümüsdag à la chaîne de télévision turque TRT Spor. De son côté, l'UEFA eut évidemment aimé qu'il en fut autrement. Dans un communiqué, l'institution avait assuré qu'"après consultation des deux équipes, il (avait) été convenu que le match recommencerait avec un quatrième arbitre différent". Par la suite, l'instance a expliqu" qu'une "enquête approfondie" serait menée.
Cette décision rappelle l'engagement des sportifs aux États-Unis contre l'injustice raciale qui a pris une dimension supplémentaire cet été avec le mouvement "Black Lives Matter". Si des matches en Angleterre sont précédés d'un moment avec un genou au sol, jamais une rencontre de la Ligue des champions n'avait été le théâtre d'un tel acte.
Ligue 1
"Je sonnais à la porte des Mbappé avec les croissants" : les coulisses du transfert de 2017
IL Y A 8 HEURES
Coupe de France
Une énième absence : Neymar bien suspendu pour la finale face à Monaco
HIER À 12:43