23 août 2010. Au siège du Santos FC, les dirigeants du club étudient avec Neymar et son clan une très grosse offre de Chelsea qui les pressent d’effectuer le transfert à Londres du jeune prodige de 18 ans. Le téléphone sonne soudainement : c’est Pelé. O Rei conseille alors à Neymar Jr, qui lui est très proche et qui connaît bien les exploits de son aîné, de rester encore au Brésil avant d’effectuer le grand saut en Europe. Impressionné, "Junior" choisit de différer son départ de Santos pour ne partir au Barça qu’en mai 2013, à 21 ans.
Si Pelé a adoubé le jeune crack de son club de toujours comme un grand espoir du football brésilien, il ne l’a jamais vraiment désigné comme son successeur. C’est Robinho, autre star de Santos, qui avait eu quelques années plus tôt les faveurs royales. "Il est mon héritier", avait déclaré O Rei avant de se rétracter en 2009 en l’accusant de se droguer… Pelé avait ensuite suivi de près la carrière de Neymar et salué à l’été 2017 son arrivée au Paris Saint-Germain : "Pour Ney, aller au PSG était la meilleure chose, parce qu’il y avait toujours cette comparaison avec Messi. Maintenant, il va avoir l’opportunité de devenir LA grande star".
Outre Santos, Rio et New York, bien sûr, Pelé a aussi deux amours : la France et Paris. En mai 1981, il avait reçu au Parc des Princes des mains de Jacques Goddet le massif trophée du plus grand Champion du XXe Siècle, puis en 2014 France Football lui avait attribué un Ballon d’Or d’honneur pour sa formidable carrière. Ces deux distinctions le conduisent constamment à louer notre pays, sa capitale… et notre culture football ! Car Pelé a toujours eu aussi un faible pour Zidane, subjugué qu’il fut par le récital virtuose de ZZ contre la Seleção au Mondial 2006. Et puis Kylian est arrivé…
Ligue des champions
Des supporters anglais au Portugal pour la finale de la C1 ? La décision n'est pas encore prise
13/05/2021 À 18:26

Pelé, Neymar, FC Santos

Crédit: Imago

Mbappé : L'adoubement de Pelé qui a surpris

Un tweet de Sa majesté à l’adresse du tout frais jeune champion du monde à Moscou le 15 juillet 2018 : "Si Kylian continue d'égaler mes records comme ça, je vais devoir rechausser mes crampons… " On connaît l’habitude un peu démago de Pelé d’encenser régulièrement les cracks du moment. Mais pour Kylian Mbappé, c’est du sérieux : "Je pense qu'il peut devenir le nouveau Pelé. Beaucoup pensent que j'ai dit ça pour rigoler. Mais non, ce n'est pas une blague", déclare-t-il un peu plus tard.
En janvier 2019, dans Le Parisien, Joao Henrique Marques, journaliste brésilien à UOL Esporte, commente : "C'est incroyable et assez bizarre. Pelé n'a jamais fait ça pour un joueur brésilien. Il a pu faire des compliments à Neymar ou Ronaldinho. Il avait aussi déclaré que Robinho était un génie alors qu'il n'avait que 16 ou 17 ans. Mais c'est la première fois qu'il dit de manière aussi claire qu'il existe à ses yeux un nouveau Pelé."

Un Parc rempli et un Mbappé clutch : on a simulé PSG - Manchester City

La rencontre au sommet Pelé-Mbappé qui a lieu à Paris le mardi 2 avril 2019 pour le compte d’un horloger de luxe consacra de façon très émouvante et très tactile la passation de pouvoir symbolique entre le Roi et le Prince. L’Ancien qui suivait le jeune surdoué depuis deux ans lui avait alors confié la mission de marquer lui aussi 1000 buts dans sa carrière. C’était évidemment une façon de le guider vers le très haut, plutôt que le soumettre à une réelle assignation statistique démesurée.

Pelé et Kylian Mbappé

Crédit: Getty Images

Je me revois dans sa capacité à jouer vite
En mars 2021, Pelé, du haut de ses 80 ans, avait à nouveau réaffirmé pour La Gazzetta dello Sport cette filiation sportive, mais en parlant très sérieusement de foot, cette fois-ci : "Je me revois dans sa capacité à jouer vite. C’est un attaquant qui pense rapidement. Quand le ballon arrive, il sait déjà quoi faire, il sait déjà où aller et comment orienter le jeu pour trouver la meilleure solution. Ce sont des caractéristiques importantes dans le football d’aujourd’hui. Kylian Mbappé est aussi rapide dans ses courses que dans ses dribbles. Comme moi je l’étais."
Bien vu ! Car il y a bien du Pelé chez Kylian, qui a vu et revu les exploits passés du Maître sur les VHS familiales : "Je me suis inspiré de lui et je m’en inspire encore." Mais en plus de CR7, bien sûr, le petit Kylian avait aussi pas mal "étudié" le jeu d’un de ses modèles, Neymar, comme l’a révélé son tonton Alain Mboma…

Neymar et Kylian Mbappe

Crédit: Getty Images

Neymar et Mbappé, un duo qui rappelle ceux de Pelé

Et on touche ici au cœur des affinités électives très élevées associant Pelé et ses deux fils spirituels, Neymar et Mbappé. Ney et Kylian se complètent comme du temps de Pelé qui, on l’oublie parfois, a beaucoup fonctionné en binôme, en plus, évidemment, d’un registre très individuel. Avec Santos, Pelé a cartonné pendant 10 ans, de 1958 à 1967, avec un compère d’attaque, son inséparable Coutinho. Avec la Seleçao, le Roi a combiné en pur attaquant avec Didi (N°10), partageant également le front offensif avec Vava, puis avec Garrincha. En 1970, plus en retrait, Pelé a formé une paire créatrice avec Tostao, souvent au service de Jaïrzinho.
Petit rappel : avant de constituer avec Messi la paire forte de la MSN au Barça, Neymar avait déjà formé avec Ganso entre 2009 et 2012, un duo massacreur au Santos FC. Le double registre créateur-finisseur "en duo" propre à Pelé est observable aujourd’hui dans la relation forte entre Mbappé (plus buteur) et Neymar (plus meneur). Ils se complètent aujourd’hui de mieux en mieux sur les transitions rapides, les contres, et même parfois dans les petits espaces, dans la surface.

Des milliards sur le mercato, des titres à gogo : les chiffres fous du duel

En février dernier, dans France Football, Kylian avait évoqué la connexion tactique qui le lie à Neymar, née d’un QI football commun très élevé : "Avec Ney, j’ai appris un nouveau football. A Paris, j’ai appris avec lui à jouer contre des 5-4-1, des 4-1-4-1 avec bloc bas et des équipes qui te laissent le ballon et attendent devant leur but. Neymar, lui, il maîtrise tout ça." Au Parc, face au Bayern (0-1), c’est Kylian qui avait servi deux passes "presque" décisives à Ney, ce qui prouve une réciprocité passeur-buteur appelée à être beaucoup plus féconde à l’avenir. "On est entre 70 et 80 % de notre potentiel", évaluait le natif de Bondy à France Football en février dernier…
Orphelin de Messi, qu’il avait failli rejoindre à l’été 2019 à Barcelone et dont il avait souhaité ensuite cet hiver sa venue au PSG, Neymar semble avoir pris conscience que, plus que son pote Leo, c’est sans doute Mbappé qui lui offrirait des perspectives de gloire plus certaines. Les Remus et Romulus du Barça se sont peut-être trop longtemps perdus de vue... Des tribunes, Neymar a vu Kylian terrasser le Barça 4-1 "à lui tout seul" d’un triplé retentissant, offrant aussi trois passes "presque" décisives (deux pour Icardi et une pour Kurzawa, manquées). Au Nou Camp, on a quasiment assisté au passage de témoin entre Messi et Kylian, effectivement porteur de prouesses d’avenir comme l’avait pressenti Pelé...

Neymar et Mbappé

Crédit: Getty Images

Neymar : briller avec son "petit frère" pour rétablir le contact avec son père symbolique

Surtout, ensemble ce coup-ci, Kylian et Ney ont vaincu le terrible Dragon munichois, établissant à eux deux désormais la paire offensive la plus redoutable au monde. Sur le terrain, ça crevait les yeux : Neymar (29 ans) couvait Kylian (22 ans), l’encourageant du geste et de la voix, le recherchant prioritairement. La proximité quasi gémellaire scellée au départ par le transfert agrégé de 400 millions au PSG (220 + 180) entre Kylian & Neymar (ce dernier l’appelle "petit frère" ou "wonder boy" dans le privé et il l’incite souvent à prolonger au PSG, comme lui serait sur le point de le faire) doit certainement en bonne partie au lien particulier qui les lie tous deux à Pelé.
La relation Pelé-Kylian pourrait avoir fait naître une "jalousie mimétique" dans le bon sens du terme chez Neymar. Briller avec son "petit frère" Kylian, ne serait-ce pas pour lui une façon de rétablir le contact avec le père symbolique qu’est Pelé, de se rapprocher du génial Aîné, de percevoir à nouveau un peu de son aura demeurée intacte ? C’est peut-être cette relation forte Ney-Kyky marquée du sceau illustre et bienveillant d’Edson Arantes do Nascimento (leur parrain, en fait) qui pourrait alors mener le PSG au top, cette année (victoire en Ligue des champions ?) et peut-être même pour plusieurs saisons futures.
Très potes sur et en dehors des terrains, les deux "fils de" que sont Kylian et Neymar Junior ("Mbappelé" et "Reymar", comme l’appelait Kakà) et qui ont fait chacun la couverture du prestigieux Time US visent ensemble la Coupe aux grandes oreilles, le Ballon d’Or et une participation aux JO de Tokyo. Parmi les challenges qu’ils se balancent souvent à l’entrainement, il en existe un, supérieur, plus durable, émanant du Brésilien : booster Kylian à atteindre les 200 buts avec le PSG. Comme pour mieux aider le "fils préféré" à accomplir les volontés de leur mentor de Santos en se rapprochant du fabuleux "objectif 1000"…
Ligue des champions
La finale de la C1 délocalisée à Porto
13/05/2021 À 10:42
Ligue des champions
Soupçons de match truqué autour de PSG-Etoile Rouge : l'enquête classée
13/05/2021 À 08:51