"On a fait une réunion où l'on s'est dit qu’on allait recommencer notre saison ce soir". Au moment du coup d’envoi de ce si important Manchester United-PSG, le club de Thomas Tuchel était au bord du précipice. Avec la troisième place de son groupe, Paris, en cas de nouvelle contre-performance, aurait eu de grandes chances de ne pas participer aux huitièmes de finale de la Ligue des champions pour la première fois depuis l’arrivée des investisseurs qataris. Soulagé de la victoire des siens (3-1), l’entraîneur parisien s'est présenté en conférence de presse avec un visage bien plus serein que lors de ses dernières apparitions, confirmant avoir vécu "plusieurs jours difficiles", lors desquels "des erreurs ont été commises".

Il faut dire que depuis sa finale de Ligue des champions perdue face au Bayern Munich (0-1) au terme d’un "Final 8" de haute volée, le Paris Saint-Germain est abonné aux prestations décevantes. En 16 rencontres cette saison, toutes compétitions confondues, le PSG en avait déjà perdu cinq, dont deux en Ligue des champions. Une situation inédite pour les cadres parisiens, à commencer par Neymar, auteur d’un doublé sur la pelouse d’Old Trafford ce mercredi soir, déclarant ne pas être "venu au PSG pour jouer la Ligue Europa".

Ligue des champions
L'antisèche : Trembler sans sombrer, c’est tellement ça le PSG
03/12/2020 À 08:02

L'homme fort, c'est Neymar : "Au PSG, il y a deux stars, mais un seul grand joueur"

Fiers de notre performance

Avec cette victoire par deux buts d’écart, "pleine de courage et de personnalité" selon les dires de Marquinhos, les champions de France ont désormais peu de chances de se voir reléguer en C3. Après ce match, qui, pour le capitaine parisien, a "fait du bien à toute l’équipe", il est en effet peu probable que ce scénario arrive. Car avec le goal-average particulier sur Leipzig et Manchester United en poche, les Parisiens n’ont désormais besoin que d'un nul lors de la dernière journée de la phase de groupes, contre le Basaksehir Istanbul, pour jouer les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Mais, même si, comme Ander Herrera, auteur d’une belle entrée en jeu, les Parisiens peuvent s'estimer "fiers de leur grosse performance", un non-match mardi prochain lors de la réception du club turc n’est pas à exclure. Et cela, le Paris Saint-Germain semble désormais en être conscient. Non, l'heure n’est pas encore à la fête pour les coéquipiers de Kylian Mbappé. Comme l’a résumé Thomas Tuchel avec une expression on ne peut plus : "Presque enceinte, c’est pas enceinte. Donc non, presque qualifié, ce n’est pas qualifié". Au PSG de rester sur le droit chemin.

Le succès du PSG, c'est aussi celui de Tuchel : "Il a pris le taureau par les cornes"

Ligue des champions
Les notes du PSG : Le Neymar qu’on aime, le Marquinhos des grands soirs
02/12/2020 À 22:21
Football
Neymar préfère en rire : "Il n'y a pas 500 personnes, d'accord ?"
01/01/2021 À 05:49