Steve Mandanda : 6

Il a retardé l'échéance, comme trop souvent depuis le début de saison. En première période, il s'est contenté de parfaitement lire les trajectoires et la profondeur. En seconde, il a signé une parade décisive face à Valbuena (70e). Mais il est livré à lui-même sur le but des Grecs.

Ligue des champions
L’antisèche : La Ligue Europa, pour quoi faire ?
HIER À 23:21

En bref… Fidèle à lui-même.

"Avec ce Payet hors de forme, l'OM ne peut rien espérer en Ligue des champions"

Hiroki Sakai : 4

Il a vécu une première période délicate face à la vivacité de Valbuena qui l'a très vite mis dans sa poche. Sakai est toujours disponible, propose sans cesse une solution dans son couloir mais manque de tranchant. Et sa naïveté aurait pu coûter très cher sur le but grec annulé par le VAR. Non seulement il couvre les attaquants de l'Olympiakos au départ de l'action mais sa mauvaise relance a fait passer un immense frisson.

En bref… Du cœur mais des limites.

Alvaro Gonzalez : 4

Le défenseur espagnol, en retard et scotché au sol, est dévoré par Hassan sur le but de l'Olympiakos. Une action qui sanctionne une prestation fébrile notamment dans les airs, pourtant son point fort. Le patron de la défense marseillaise n'a pas été à la hauteur ce mercredi. Il doit montrer la direction mais a joué sur les talons.

En bref… En retrait.

Alvaro Gonzalez (OM), en difficulté face à l'Olympiakos

Crédit: Getty Images

Duje Caleta-Car : 5

Bien sûr, la vivacité d'El-Arabi l'a parfois mis en danger. Mais le Croate a toujours rattrapé le coup comme sur cette intervention capitale devant le Marocain (39e). Précieux dans ses couvertures, courageux pour repousser le danger sur les frappes adverses, Caleta-Car a donné quelques caviars comme sur cette ouverture précise sur Amavi (31e). Mais il manque de promptitude sur l'action du but et laisse trop de champ à Valbuena.

En bref… Costaud jusqu'à la 90e minute.

Jordan Amavi : 4,5

Il a bien débuté avec beaucoup de course et de disponibilité. Il aurait pu offrir une passe décisive si Thauvin y avait cru (36e). Mais il n'a plus existé en seconde période et Valbuena, venu sur son côté, l'a mis en grande difficulté. Et c'est lui qui perd le ballon dans son camp sur l'unique but du match.

En bref… Des promesses et un trou noir.

Pape Gueye : 6,5

Préféré à Cuisance et Strootman, Gueye ne s'est pas démonté et fut même la plaque tournante du jeu marseillais. Très précis dans le jeu court (Benedetto, 23e) comme dans le jeu long (Sakai, 38e), il a distribué dans un fauteuil. L'ancien Havrais, très lucide, a récupéré beaucoup de ballons et a diffusé beaucoup de calme et de sérénité dans l'entrejeu.

En bref… Il jouait en L2 il y a six mois. Il fut le meilleur Marseillais ce mercredi.

Remplacé par Kevin Strootman (85e).

Pape Gueye (OM) face à l'Olympiakos

Crédit: Getty Images

Valentin Rongier : 4

Pour son premier match en Ligue des champions, l'ancien Nantais s'est montré trop neutre. Il avait pourtant bien débuté en combinant avec Sakai. Puis, il a fini par subir les vagues grecques. Sur le reculoir, il n'a rien apporté dans la transition et a contribué à couper l'équipe en deux.

En bref… Un baptême raté.

Morgan Sanson : 4

Si l'OM s'est montré aussi peu dangereux, c'est aussi parce que les milieux ont joué avec le frein. On attend plus de projections de la part d'un Sanson qui sait casser les lignes. Sa perte de balle plein axe a coûté l'une des plus dangereuses actions grecques (38e).

En bref… Un tout petit Sanson.

Remplacé par Michael Cuisance (76e).

Dimitri Payet : 3

Hormis quelques coups de pied arrêtés en première période, il n'a jamais fait peser la moindre menace sur le but de l'Olympiakos. Incapable de changer de rythme, le Réunionnais souffre physiquement et il a plongé à mesure que le match avançait. Dans cet état de forme, Payet est un boulet pour l'OM.

En bref… Un fantôme.

Remplacé par Nemanja Radonjic (76e).

Florian Thauvin : 4,5

Le plus remuant parmi le trio offensif. Thauvin n'a cessé de demander le ballon, de provoquer avec une réussite incertaine. Mais il offre un ballon de but en première intention à Benedetto (46e). Thauvin a parfois manqué de lucidité à l'image du centre d'Amavi dont il a mal jugé la trajectoire (32e).

En bref… Remuant mais brouillon.

Remplacé par Valère Germain (82e).

Florian Thauvin face à l'Olympiakos

Crédit: Getty Images

Dario Benedetto : 3,5

Beaucoup d'erreurs, un manque de lucidité avec le ballon dans les pieds et de vitesse dans ses appels : Dario Benedetto a vécu une soirée très délicate. Son face-à-face raté en tout début de seconde période coûte très cher et il ne s'en est jamais vraiment remis. Alors oui, il est précieux dans le combat et le pressing, notamment en début de match. Mais on est en droit d'attendre beaucoup plus de l'avant-centre de l'OM.

En bref… Pas du tout au niveau Ligue des champions.

Remplacé par Luis Enrique (76e).

Ligue des champions
Les notes : Payet (un peu) libéré, Benedetto en plein naufrage
HIER À 22:27
Ligue des champions
L'OM respire : la série noire s'arrête à 13
HIER À 21:55