Manchester City a enfin assumé son statut. Mercredi soir, les Citizens ont battu le Borussia Dortmund (2-1), lors des quarts de finale retour de la Ligue des champions. Au Signal Iduna Park, c'est pourtant Jude Bellingham qui avait ouvert le score (15e). Un but qui avait permis au BVB d'être virtuellement qualifié pour le dernier carré. Finalement, grâce aux réalisations de Riyad Mahrez, sur penalty (55e) et de Phil Foden (75e), les Skyblues ont su retourner la situation. Après trois éliminations consécutives en quarts de finale, Pep Guardiola brise enfin la malédiction, et retrouvera le PSG en demi-finales.
Pourtant, pendant 40 minutes de jeu, Manchester City a bien cru revivre le cauchemar de ces trois fameuses dernières année. Finalement, c'est grâce à un véritable coup du sort que les hommes de Pep Guardiola peuvent continuer leur chemin.
Ligue des champions
Dix ans après : Guardiola, le retour du roi
HIER À 09:13

La main de Can a tout changé pour le BvB

Sur un ballon, tout ce qu'il y a de plus anodin, Emre Can s'est rendu coupable d'une main après avoir maladroitement frappé le ballon de la tête, dans sa surface de réparation. Malgré l'intervention du VAR, l'arbitre n'est pas revenu sur sa décision et Riyad Mahrez s'est chargé d'égaliser, sur penalty, du gauche (55e, 1-1). Une réalisation qui a mis fin à une série de quatorze apparitions sans marquer, pour l'Algérien, en Ligue des champions, pour Manchester City, il s'agit de son premier but dans la compétition depuis septembre 2019, contre le Shakhtar Donetsk.
Un but qui est également venu récompenser une large domination de la part des visiteurs. Dans sa cage, Marwin Hitz a été sollicité plus d'une fois. Ce fut notamment le cas d'Oleksandr Zinchenko (38e, 82e). De son côté, Kevin De Bruyne, buteur au match aller, s'est encore une fois montré extrêmement précieux. Le capitaine des Citizens a obligé le portier adverse à s'interposer (74e), quand il ne voyait pas sa tentative du droit venir heurter la barre transversale (25e). Un montant que Rodri a également trouvé sur son passage (58e).

Emre Can discute avec l'arbitre après sa main qui a coûté un penalty lors du quart retour entre Dortmund et Manchester City (1-2)

Crédit: Getty Images

Comme à l'aller, Foden a inscrit le but de la victoire

Avec ce score de parité, grâce à sa victoire à l'aller (2-1), Manchester City avait déjà assuré sa qualification pour le dernier carré. Toutefois, Phil Foden, comme à l'aller, ne s'est pas fait prier pour inscrire le but de la victoire, du gauche, tout en profitant d'une faute de main de Marwin Hitz (75e, 1-2). Il n'est que le deuxième joueur de moins de 21 ans à marquer dans les deux matches d'un quart de finale de Ligue des champions, après Kylian Mbappé en 2016-17 pour Monaco face au Borussia Dortmund (18). Ce succès est venu récompenser l'énorme domination des Citizens.
Pourtant, ces derniers n'ont pris le contrôle de la rencontre qu'après les 25 premières minutes de jeu. La faute à une formation du Borussia Dortmund particulièrement accrocheuse et juste dans son pressing. Un plan de jeu qui avait fini par payer. Au quart d'heure de jeu, Jude Bellingham a su enchaîner, après une tentative contrée de Mahmoud Dahoud, pour trouver la faille, pleine lucarne (15e, 1-0).
Âgé de 17 ans et 289 jours, Jude Bellingham, devenu le plus jeune pensionnaire du Borussia à inscrire un but en C1, est désormais également le deuxième plus jeune joueur à marquer dans un match à élimination directe de Ligue des champions, après Bojan pour Barcelone contre Schalke en avril 2008 (17 ans et 217 jours).

Manchester City plutôt que Dortmund, vraiment une mauvaise nouvelle pour le PSG ?

Ligue des champions
Paris a bien grandi, désormais il doit travailler son identité
HIER À 23:55
Ligue des champions
Leonardo garde le moral : "Je suis optimiste pour le futur"
HIER À 22:22