Cela ne pouvait pas se terminer autrement. Au terme d'un tableau final d'une rare intensité, traversé par des matches de légende, des renversements incessants et des miracles à la pelle, il fallait bien que la finale de ce thriller sous haute tension nous propose ce qu'il se fait de mieux au Stade de France le 28 mai prochain. Non pas que la présence de Pep Guardiola, de Manchester City et de leur quête interminable du trophée absolu auraient terni la fête, mais une troisième finale en quatre ans entre Anglais aurait encore un peu plus donné à ce match final l'allure d'un super choc de Premier League. Liverpool - Real Madrid nous offre, lui, le parfait bouquet final, l'affiche absolue.

Guardiola, onze ans d'échecs et une soirée de démission

D'abord parce qu'elle réunit deux des meilleurs collectifs de l'année : l'un est champion d'Espagne, l'autre en lutte pour le titre en Angleterre. Le rouleau-compresseur de Liverpool qui découpe ses adversaires contre l'éternel Real Madrid qui survit à tout. S'il fallait se convaincre de la force de frappe des deux équipes, il faut se rappeler que Liverpool, déjà vainqueur de la League Cup, est toujours en lice pour devenir le premier club anglais à signer le quadruplé ultime (League Cup, FA Cup, Premier League, Ligue des champions) et que le Real, au terme de trois folles soirées, a survécu à trois des cinq favoris de la compétition (PSG, Chelsea, Manchester City), les deux derniers s'affrontant au Stade de France dans 23 jours.
Premier League
Klopp se projette vers la suite : "Si on veut gagner gros, il faut accepter de perdre gros"
IL Y A 15 HEURES

Deux des plus grands clubs de l'histoire

Ensuite, et surtout, parce que cette finale offre un sommet entre deux des plus grands clubs de l'histoire. Le Real, club aux 13 C1, jouera sa 17e finale. Personne ne fait mieux. Liverpool, quatrième club le plus titré dans la compétition, a déjà soulevé le trophée six fois en neuf finales. Ce sont donc deux mastodontes qui se donneront rendez-vous à Saint-Denis. C'est la troisième fois, un record là-encore, que ces deux-là se retrouvent sur la dernière marche et les Reds sont les derniers à avoir fait trébucher les Madrilènes en finale (en 1981... à Paris, au Parc des Princes).

Jürgen Klopp a remporté la Coupe de la Ligue

Crédit: Getty Images

Revanche en 2018 à Kiev, où un somptueux doublé de Gareth Bale avait offert au Real de Zinédine Zidane sa 13e C1 aux dépens du Liverpool de Klopp (3-1). La belle est désormais programmée. Voilà pour les enjeux collectifs et pour la grande histoire d'un affrontement plein de promesses. Mais il se jouera un autre couronnement à Saint-Denis. Peut-être celui d'un nouveau roi de France et du monde.

Course au Ballon d'Or

Favori dans la course au Ballon d'Or, Karim Benzema devra parachever sa symphonie chez lui et devenir le meilleur buteur de l'histoire d'un tableau final de Ligue des champions s'il marque. Il fera face à ses deux derniers adversaires : Mohamed Salah et Sadio Mané. Le premier est porté par des statistiques folles (30 buts, 15 passes décisives) et une vraie aura, le second par un palmarès (CAN dont il fut le meilleur joueur) qui pourrait le consacrer comme le meilleur joueur de la planète. Une finale de Ligue des champions se suffit généralement à elle-même mais celle-ci a un petit supplément d'âme. Comment pouvait-il en être autrement ?

Karim Benzema, buteur face à Manchester City.

Crédit: Getty Images

Premier League
L'Histoire penche nettement du côté de City
HIER À 00:24
Transferts
Cas Mbappé - La Liga "va porter plainte contre le PSG devant l'UEFA" et d'autres instances
HIER À 18:58