Il fallait le voir "dans la zone", comme les joueurs NBA à enchainer les filoches à l'échauffement. Sur ses onze tentatives, toutes à l'extérieur de la surface de réparation du droit comme du gauche, neuf ont atterri dans le petit filet du pauvre Benoît Costil, impuissant. Avant que le match démarre, on avait déjà bien compris que Karim Benzema avait du feu dans les pattes. Et dans un mimétisme incroyable de ses exercices de préparation, au même endroit, il est allé décocher un missile impossible pour réveiller les Bleus en finale de la Ligue des Nations face à l'Espagne.
Equipe de France
Zidane ne ferme pas la porte au PSG... mais vise surtout les Bleus
23/06/2022 À 06:28
"C'est un geste que je répète souvent aux entraînements mais plutôt au ras du poteau, a expliqué le héros du soir après la victoire. À l'échauffement, déjà, j'en avais mis pas mal. Quand le ballon part, je sais qu'il va aller au fond mais je ne pensais pas dans la lucarne." Parce que Benzema ne se contente pas d'être décisif, il y met aussi les formes. Après son but fantastique au milieu de cinq Belges jeudi, il a remis ça dimanche. Deux chefs-d'œuvre qui ont sonné le réveil des Bleus. Autant dire que sans lui, rien n'aurait été possible.

Marca, le Real et Luis Enrique sous le charme

Et si les journalistes espagnols présents à San Siro n'avaient que le nom de Kylian Mbappé à la bouche avant le coup d'envoi, ils ne parlaient plus que de Benzema après le coup de sifflet final. Tout comme leur sélectionneur. "Ce qui est dommage dans ce match, c'est le but de Benzema, encaissé quasiment dans la minute suivante. Et Benzema a inventé un but spectaculaire", a constaté, admiratif, Luis Enrique. Certains Espagnols ont quand même profité du chef-d'œuvre à leurs fins. Parce que l'ancien Lyonnais n'est pas seulement l'avant-centre des Bleus, il est aussi la star du Real Madrid. Et sitôt la rencontre achevée, le club merengue a surfé sur la vague pour défendre ses intérêts.

“Les Bleus n’aiment pas le confort, ils ont besoin d’être bousculés”

Le but de Benzema, son titre en Ligue des Nations, son exceptionnelle forme du moment (12 buts et 8 passes décisives en 15 matches) sont autant d'arguments pour faire revenir le Ballon d'Or dans la maison blanche. "Félicitations à la France pour le titre extraordinaire remporté avec la Ligue des Nations. Et félicitations à notre spectaculaire joueur Benzema, Ballon d'Or", a tweeté le Real qui a donc mis la machine en route. Et autant le dire tout de suite, il n'y en a pas de plus efficace dans le monde. Demandez donc à Luka Modric, lauréat en 2018 après le lobbying forcené des Madrilènes. Comme si cela ne suffisait pas, Marca y est allé plus fort encore en affirmant qu'il "n'avait pas de rival actuellement dans la course au Ballon d'Or".

L'hommage de Deschamps

Robert Lewandowski, Lionel Messi et Jorginho apprécieront. Avant la potentielle cerise sur le gâteau, Benzema, qui a tout gagné en club, a surtout soulevé son premier trophée avec l'équipe de France. Et on comprend, tout "fier" qu'il était, qu'il ait eu autant de mal à lâcher la coupe lors des célébrations, lui qui a vu le Mondial russe lui filer sous le nez. Trois ans après, dans un onze pourtant plein de certitudes, il s'est facilement imposé comme celui qu'on ne remplace plus. "Karim est un joueur essentiel, a rappelé Didier Deschamps. Il l'a prouvé sur ses deux matches là. Il a une qualité qui saute aux yeux et il a cette rage de vaincre qui est communicative."

"Accorder le but de Mbappé, ce n’est pas dans l’esprit du jeu" : décryptage du tournant du match

Après six ans d'absence, le voilà qui traverse sa meilleure période internationale. La frustration de l'absence lui donne des ailes. Même si sa progression va bien au-delà : "Il s'est amélioré dans plein de domaine, a continué le sélectionneur, dithyrambique ce dimanche à son sujet. Son efficacité est redoutable. Ce n'est pas le même joueur qu'en 2015. Déjà physiquement, il est tellement affûté. Humainement aussi : il a gagné en maturité. Sa situation n'est plus la même. Il est au top niveau. Je suis content qu'il puisse avoir des moments de joie." Après tant d'années d'exil. Revoilà Benzema et force est de constater qu'il n'est pas revenu pour rien.
Euro 2020
Mbappé reprend Le Graët : "Il considérait qu’il n'y avait pas eu de racisme après l'Euro"
19/06/2022 À 13:22
Coupe du monde
Zidane : "Bixente est le seul qui aurait pu me contenir"
19/06/2022 À 11:10