De la Belgique à l'Espagne, tout change ou presque. Didier Deschamps et les Bleus savent pertinemment qu'ils ne pourront pas appliquer les mêmes recettes que jeudi. La personnalité de la Roja est si particulière, son style de jeu si identifié qu'il faut forcément s'y adapter. Comment ? Face à l'Espagne, plus encore que face à des sélections à l'identité moins affirmée, le rapport de force se dessine d'abord sur le tableau noir. Évidemment, Didier Deschamps n'a pas livré la recette qu'il compte mettre en œuvre pour tenter de piéger les hommes de Luis Enrique dimanche en finale de la Ligue des Nations.
Mais son constat laisse entendre qu'il va sans doute devoir s'adapter : "Priver l'Espagne du ballon, c'est impossible, a-t-il tranché. Lutter avec elle, c'est déjà difficile. C'est son ADN d'avoir la possession. On ne va pas renoncer à lui laisser la balle. On doit faire en sorte de l'avoir aussi." Les Bleus peuvent-ils compter sur un pressing haut et agressif comme en seconde période face à la Belgique alors même que les Espagnols sont des maîtres dans les sorties de balle ? "Le pressing peut être fait, pas n'importe comment", prévient le sélectionneur.
Equipe de France
Le Graët ouvre la porte des Bleus à Zidane : "Tout le monde y pense pour l'après-Deschamps"
30/11/2021 À 17:16

Vers une Equipe de France retrouvée : est-ce que presser est dans l'ADN des Bleus ?

La clé ? Le milieu et… le système

Et Hugo Lloris, son capitaine, de préciser : "A nous de ne pas perdre d'énergie dans des pressings mal organisés. Il faudra courir au bon moment." Dans quel système ? Le 3-4-3 fut plutôt convaincant face aux Belges mais la supériorité numérique du 4-4-2 espagnol dans le cœur du jeu est un risque énorme. "Tout est possible, a botté en touche Deschamps. L'avantage, c'est d'avoir mon triangle offensif dans l'axe ce qui constitue une menace pour la défense centrale adverse. Mais face à l'Espagne, contrairement à la Belgique, les couloirs seront mieux occupés puisqu'il y aura des doublettes. C'est le gros inconvénient."
Voilà pourquoi Didier Deschamps utilise le plus souvent la défense à trois en miroir de son adversaire c'est-à-dire lorsque le sélectionneur adverse choisit le même système. Ce fut le cas lors des trois dernières fois face à la Suisse, la Finlande et, donc, la Belgique. Face à des 4-4-2, généralement, il revient à une défense à quatre. L'absence d'Adrien Rabiot le prive d'une munition au milieu et il n'a plus que quatre joueurs (Pogba, Tchouaméni, Guendouzi et Veretout) pour composer son milieu. Un milieu justement qui constituera sans doute la clé de cette finale…

Quelle est la place de Griezmann dans l'Histoire des meilleurs joueurs en Bleu : Top 5 ou plus bas ?

Les grands récits
Aimé Jacquet, quatre ans pour une étoile
25/11/2021 À 22:53
Equipe de France
Valbuena charge Le Graët : "Quand je faisais les beaux jours des Bleus, il me léchait les bottes"
24/11/2021 À 18:27