Le jeu : L'apathie aurait pu leur coûter cher

On ne pourra pas accuser Didier Deschamps de nous avoir pris en traitre. Avant de retrouver la Croatie, le sélectionneur national a rappelé que les fenêtres internationales de cette fin d'année 2020 serviraient à essayer des systèmes divers et variés, des joueurs, aussi. En mars 2021, date du premier et seul rassemblement avant la liste des 23, il sera trop tard. Mercredi à Zagreb, le sélectionneur a joint l'acte à la parole, en alignant un onze revu. Après avoir démarré à neuf champions du monde sur onze face au Portugal, il a changé son fusil d'épaule avec Lenglet, Digne et Mendy pour accompagner Varane, un milieu Nzonzi, Rabiot, Tolisso et l'entrée de Martial à la place de Giroud.

Ligue des Nations
Ultra réalistes, les Bleus matent encore la Croatie
14/10/2020 À 20:42

Manque de repères ? Pas vraiment. Les Bleus ont mis le pied sur le ballon, ouvert le score rapidement, avant de reculer plus que de raison et de passer une fin de première période, sinon compliquée, au moins délicate. Trop attentistes, les Bleus ont fini par se faire piéger, avant de donner un dernier coup de rein en fin de match. Ce fut peu. Mais ça a suffi.

"Mbappé doit jouer sur ses qualités et ne pas essayer de faire du Neymar"

Les joueurs : Rabiot en vue, Griezmann libéré

Moyen dans le jeu, Antoine Griezmann a en revanche retrouvé la lumière en marquant un but splendide, son 33e en équipe de France. Menés par un Adrien Rabiot conquérant et un Lucas Digne inspiré, les Bleus ont pris la rencontre par le bon bout avant de souffrir en seconde période.

Le facteur X : Le caractère des tauliers

Ce n'est pas un hasard. La France a retrouvé des couleurs au moment de l'entrée de Paul Pogba. Le patron est arrivé. Les Bleus ont retrouvé le fil. Et définitivement pris les devants.

"Avec Rabiot, Deschamps a peut-être trouvé le remplaçant de Matuidi"

La stat : 8

Cela fait vingt-deux ans. Vingt-deux ans depuis leur première rencontre, un 8 juillet 1998. Parfois, le coup est passé près… mais ça ne s'est jamais mal fini pour les Bleus face aux Croates. Huit matches. Zéro défaite.

Le tweet minimum vital

La décla : Antoine Griezmann avait un message (TF1)

Je me sens bien. Le coach sait où me mettre, je profite de cette situation, de cette place et de la confiance du coach et de mes coéquipiers

La question : Trois matches, deux victoires, un nul, mission accomplie ?

Septembre fut le rassemblement du 3-5-2. Octobre aura été celui du temps de jeu et des rotations. Mis à part face au Portugal (0-0), dimanche au Stade de France, Didier Deschamps a constamment aligné des onze de départ remaniés. Ce fut le cas face à l'Ukraine, pour un carton rendu mémorable par son ampleur rare (7-1). Ce fut encore l'occasion ce mercredi soir à Zagreb face aux vice-champions du monde (1-2), pour une victoire, encore. Mais celle-ci fut plus compliquée parce que les Bleus ont baissé le rideau à la demi-heure de jeu et, après ça, ont subi jusqu'à voir les Croates égaliser. Ce qui a plongé Didier Deschamps dans une vive et rare colère.

Le patron des Bleus a trouvé une solution pour secouer ses troupes : rappeler les tauliers. Paul Pogba en tête. C'est lui qui a sifflé la fin de la récréation, en passant à un cheveu d'un onzième but sous le maillot bleu, et en étant à l'origine de la réalisation décisive de Kylian Mbappé, magnifiée par la remise de Lucas Digne. C'est symbolique, et même un peu plus que ça. Parce que ce n'est pas nouveau pour les Bleus. Souvenez-vous de la Russie : les Tricolores avaient un onze solide comme le roc. Mais un banc et des coiffeurs qui n’ébouriffait pas beaucoup. Au moins, on sait que les Tricolores ont du caractère, toujours et encore. C’est l’essentiel. Deschamps continuera à chercher en novembre.

Le 4-4-2 losange, mauvaise solution pour les Bleus

Premier League
Giroud encore au pied du mur : "Il faudra que je prenne une décision en janvier"
22/11/2020 À 12:00
Football
"Avec la génération 1987, ça a toujours été tout noir ou tout blanc"
19/11/2020 À 07:13