L'Allemagne n'avait plus connu pareille humiliation depuis mai 1931. Quatre-vingt neuf ans après avoir subi la loi des Autrichiens en amical (0-6), la Nationalmannschaft a subi la même déroute contre l'Espagne en Ligue des nations, mardi soir. Un revers cuisant que la presse allemande n'a pas manqué de souligner. Avec une cible : Joachim Löw, en poste depuis 2006, sur lequel l'étau se resserre d'heure en heure. "Maintenant, Jogi vacille", a titré Bild.

Ligue des Nations
Non, 2020 n'aura pas servi à rien
18/11/2020 À 22:08

"Joachim Löw a assisté au découpage en règle de sa formation supposée forte", a pointé le site allemand Sport1, qui n'a "rarement vu auparavant une équipe d'Allemagne avoir aussi peu d'occasions que pendant ces 90 minutes de Séville". Pour le site Express.de, "le fiasco de Séville" aura des conséquences pour l'actuel sélectionneur. Selon Süddeutsche Zeitung, "cette rencontre avec l'Espagne arrive à point nommé pour alimenter le débat lancé par Oliver Bierhoff (le directeur de la Fédération allemande) sur le thème 'Combien de temps encore avec Jogi Löw?'"

L'Allemagne humiliée par l'Espagne en Ligue des nations.

Crédit: Getty Images

Le débat sur Müller, Boateng et Hummels relancé

En plein direct sur la chaîne publique ARD, qui retransmettait le match, Bastian Schweinsteiger, l'ancienne idole des supporters de la Mannschaft, s'est désolidarisé de son ancien coach, avec lequel il entretient pourtant de très bons rapports. L'ex-Munichois n'a pas craint de relancer le débat sur le retour du trio Thomas Müller, Jérôme Boateng, Mats Hummels, champions du monde 2014, tout juste trentenaires et évincés de l'équipe par Joachim Löw. "C'est l'équipe d'Allemagne, elle doit rassembler les meilleurs joueurs, a lâché Bastian Schweinsteiger. Le sélectionneur a son avis là-dessus, moi j'en ai un différent. C'est exactement dans ce type de match que l'on a vu qu'il manque des joueurs capables de communiquer, de mettre un coup de poing sur la table".

En Espagne, l'humeur est bien différente ce mercredi matin. Le quotidien AS souligne "la fessée historique" adressée par la Roja à l'Allemagne mais également le "hat-trick" de Ferran Torres, l'ailier de Manchester City. Si Marca a fêté une victoire "historique" en ajoutant le chiffre 6 en gros, El Mundo Deportivo a apprécié "le bal historique" de l'Espagne, ainsi que le "match parfait" de l'ancien joueur de Valence mais également de Rodri et Miguel Oyarzabal. Pour sa part, Sport met en avant "La grandeur de la Roja", dont la victoire de prestige face à l'Allemagne "donnera un élan total à Luis Enrique et à ses joueurs en vue de l'Euro."

(avec AFP)

Ligue des Nations
Belgique, Italie, Espagne : Le Final Four sera corsé pour les Bleus
18/11/2020 À 21:53
Ligue des Nations
Les Pays-Bas de Depay renversants mais éliminés
18/11/2020 À 21:45