Le patron des Bleus est de retour et n'en veut pas à personne. Absent pour raisons personnelles lors de la défaite de l'équipe de France face au Danemark (1-2), vendredi, Didier Deschamps a repris son poste dès samedi pour diriger une courte séance. Il était également présent en conférence de presse ce dimanche avant la rencontre face à la Croatie. Il s'est voulu compréhensif vis-à-vis de ses joueurs notamment Antoine Griezmann.
"Antoine ne vient pas dans les meilleures conditions et ce n'est pas en claquant des doigts que ça peut changer, a expliqué le sélectionneur. Il est un peu moins bien ces derniers mois même si en équipe de France, il reste souvent décisif".
Ligue des Nations
Maignan titulaire contre la Croatie : "Ce n'est pas contre Lloris", assure Deschamps
05/06/2022 À 17:28

Faut-il déjà envisager un onze sans Griezmann ?

Le joueur de l'Atlético de Madrid n'a en effet plus marqué depuis 20 matches en club comme en sélection et son influence sur le jeu offensif des Bleus est en berne mais Didier Deschamps lui fait toujours confiance. "Il n'y a pas d'inquiétude, c'est une situation de fin de saison qui est compliquée pour beaucoup de joueurs, souligne DD. Il y a des blessures, moins de fraîcheur. Je ne vais pas juger Antoine ou un autre joueur sur un seul match même si ce n'est pas son meilleur".

Des organismes à ménager

Le cas Griezmann est loin d'être isolé et Didier Deschamps doit prendre en compte l'état physique de chacun. Kylian Mbappé, sorti sur blessure à la pause face aux Danois, mais aussi Karim Benzema, Kingsley Coman, Jules Koundé et N'Golo Kanté ont ainsi été dispensés de séance d'entraînement dimanche. "Les matches s'enchainent pour nous comme pour les adversaires, a commenté le technicien. La Ligue des Nations est une belle compétition qu'on a eu le plaisir de gagner l'an dernier, c'est toujours mieux que des matches amicaux mais ce n'est pas la meilleure période pour la jouer".

Le physique, le système, Hernandez : qui est le coupable de cette défaite ?

Le coach des Bleus et son staff connaissaient la problématique de cet enchaînement et avaient déjà prévu d'utiliser au mieux l'effectif à disposition. "C'est la première fois qu'on arrive avec un rassemblement à quatre matches ce n'est pas l'idéal, mais c'était difficile de faire un autre calendrier avec la Coupe du monde en novembre. Il faut faire avec une fatigue physique et psychologique et une forme de décompression".
Ce turn-over forcé pourrait aussi s'avérer positif car il permettra au sélectionneurs de tester de nouvelles combinaisons. Certains joueurs peu utilisés auront ainsi l'occasion de se montrer en vue du Mondial au Qatar au mois de novembre dont la préparation sera nettement réduite.

Une défense à ajuster

Les Bleus ont aussi affiché de réelles lacunes tactiques défensives sur la pelouse du Stade de France. Chacun ou presque y est allé de son erreur au niveau technique ou dans le placement et cela n'a évidemment pas échappé à Didier Deschamps. "Forcément quand il y a des buts encaissés, on doit mieux faire dans l'alignement, la gestion de la profondeur et le cadrage du porteur du ballon, a reconnu le sélectionneur qui a regardé la rencontre en direct avant de l'analyser en détails. Je leur ai dit et ils le savent mais dans l'action c'est plus compliqué".
Les frères Lucas et Théo Hernandez ont ainsi sérieusement peiné à bien se coordonner pour contenir Andreas Cornelius et cela a coûté deux buts à l'arrière-garde française. De quoi remettre en cause le système défensif ? "L'idéal est de ne rien laisser à l'adversaire mais il a des qualités aussi, a tempéré Deschamps. On peut jouer à trois ou quatre en défense, le problème est le même".

"La fratrie Hernandez a plombé les Bleus" : les notes débriefées

Le technicien tricolore reste fidèle à son organisation en 3-4-1-2 qui, selon lui, permet une meilleure animation offensive. "On a cette capacité à marquer des buts, on peut aussi parfois avoir des difficultés à défendre, concède-t-il tout en réfutant l'idée d'une stratégie plus risquée. Ce ne sont pas les mêmes situations avec une défense basse sur le premier but et plus haute sur le second."
"On sait que c'est un coup d'arrêt, a encore assuré Didier Deschamps. L'objectif est de repartir du bon pied, pression ou pas. Quand on a perdu un match on veut inverser la tendance". Corrigés à domicile par l'Autriche lors de leur premier match (0-3), les Croates seront dans le même état d'esprit et l'équipe de France disputera déjà un match important lundi à Split si elle veut conserver son titre acquis l'automne dernier.
Equipe de France
Zidane ne ferme pas la porte au PSG... mais vise surtout les Bleus
23/06/2022 À 06:28
Euro 2020
Mbappé reprend Le Graët : "Il considérait qu’il n'y avait pas eu de racisme après l'Euro"
19/06/2022 À 13:22