Le jeu : Éloge de l’impuissance

On n’ira pas encore jusqu’à dire que Didier Deschamps a suivi le sens de l’histoire. Mais en titularisant Christopher Nkunku aux côtés de Karim Benzema et de Kylian Mbappé à la tête d'un 4-3-3 ressorti du chapeau, le sélectionneur des Bleus avait suivi la logique de ce drôle de rassemblement.
Equipe de France
Zidane ne ferme pas la porte au PSG... mais vise surtout les Bleus
23/06/2022 À 06:28
Au milieu, Deschamps s’était appuyé sur les automatismes marseillais de Boubacar Kamara et de Mattéo Guendouzi, avec Adrien Rabiot en qualité de relayeur gauche. Enfin, devant Mike Maignan, le sélectionneur des Bleus avait changé 75% de sa défense. Seul Ibrahima Konaté avait enchaîné, associé à Presnel Kimpembe dans l’axe, Jules Koundé et Lucas Digne s’occupant des côtés.
Konaté, pour sa deuxième cape, s’est d’ailleurs rapidement illustré en provoquant un penalty qui a modifié le visage de la partie. Menés 1-0 dès la 5e minute, les Bleus ont couru (pas très vite) après le score. C’est simple, hormis Kylian Mbappé qui a tenté de faire des différences sur le côté gauche, personne n’a pris ses responsabilités en première période.
Et ce n’est pas la dernière minute de l’acte initial, plus échevelée que les autres, qui a modifié l’impression générale. DD a modifié ses plans à la pause (Pavard à la place de Koundé, Tchouaméni pour Kamara). Ce fut mieux. Mais toujours stérile.

Karim Benzema, Kylian Mbappé, Presnel Kimpembe ou encore Boubacar Kamara protestent après un penalty accordé à la Croatie face à la France

Crédit: Getty Images

Les joueurs : Koundé s'est encore noyé, Benzema a presque tout raté

Aligné comme latéral droit, Jules Koundé a encore livré un match trop limité à ce poste. Pas aidé par la configuration du match, Karim Benzema aura été à la fois discret et maladroit, ce qui fait beaucoup. Très bon face à l'Autriche, Boubacar Kamara s'est raté, comme ses deux compères titulaires au milieu. Les notes des Bleus.

Jules Koundé dépassé par Josip Brekalo lors de France - Croatie, 2022

Crédit: Imago

L’info qui n’a rien à voir mais nous intéresse quand même…

A défaut d’être rassasié par un mois de juin très creux, les Bleus connaissent le menu de novembre. Lundi soir, les Australiens se sont qualifiés pour le Mondial en battant le Pérou aux tirs au but. Au Qatar, ils retrouveront l’équipe de France dès le premier match. Comme il y a quatre ans.

"On a eu l'impression de revoir le Deschamps de l'Euro" : Pourquoi DD a-t-il autant tâtonné ?

La stat : 23

Toute série qui s’étend s’approche irrémédiablement de sa fin. Celle qui avait vu l’équipe de France marquer lors de ses 23 derniers matches - un record pour la sélection - s'est terminée lundi soir au Stade de France face à la Croatie.

Le tweet (malheureusement) anecdotique

La décla : Didier Deschamps (sélectionneur des Bleus sur TF1)

Évidemment, il y a toujours des enseignements à tirer quand on sort de résultats comme les nôtres.

La question : Un mois de juin pour rien ?

On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas. Après tout, Didier Deschamps avait prévenu. Lors de la première conférence de presse du rassemblement, le sélectionneur des Bleus avait reconnu, tout de go, qu’il n’avait "jamais vraiment trouvé la formule" lors de ces longs mois de juin, ceux où les Bleus se rassemblent mais n’ont rien à gagner. C’est une constante de l’ère DD. Et 2022 n’a pas dérogé à la règle. Elle l’a même renforcé dans des proportions que l’on n’aurait pas imaginées il y a deux semaines.
Quatre matches face à la Croatie (deux fois), le Danemark et l’Autriche = zéro victoire et un Final Four qui s’envole déjà. On vous aurait dit ça lors du tirage au sort de la Ligue des Nations, vous n’y auriez pas cru. Et moi non plus. Après le faux pas initial au Stade de France et deux nuls plus à l’est du continent, les Bleus ont parachevé leur œuvre à Saint-Denis pour une deuxième défaite consécutive dans leur enceinte fétiche, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 2015 (Brésil, Belgique). Et si la seconde période fut meilleure que la première - ce qui n’était pas bien difficile -, la dernière impression de ce mois de juin aura été la pire. C’est dire.
Des joueurs cramés, des systèmes fluctuants et quatre matches sans victoire, la France a fait du surplace à cinq mois de la Coupe du monde. Une Coupe du monde dont on est à se demander si elle ne va pas arriver trop vite finalement. La grande idée de DD, à trois derrière, a tenu une heure face aux Danois et à quatre le reste du temps, ce ne fut pas brillant. Bref, personne ne s’est rassuré.
Si Aurélien Tchouameni ressemble à une satisfaction, il n’est pas loin d’être le seul à entrer dans cette catégorie. Et c’est inquiétant pour les autres, ceux qui ont une fesse dans l’avion, l’autre à côté. On pense fort aux autres milieux de terrain du soir, qui ont avancé en reculant. Quand on ne marque pas de points, on en perd. Pour retrouver du crédit, il restera deux matches aux Bleus. C’est peu.

"Le plus mauvais match de Benzema depuis son retour" : les notes des Bleus débriefées

Euro 2020
Mbappé reprend Le Graët : "Il considérait qu’il n'y avait pas eu de racisme après l'Euro"
19/06/2022 À 13:22
Coupe du monde
Zidane : "Bixente est le seul qui aurait pu me contenir"
19/06/2022 À 11:10