Il rayonne toujours autant dès qu'il endosse le maillot orange. Frenkie de Jong est un autre joueur en sélection. La Belgique peut en témoigner. Balayés par les Pays-Bas (1-4), les Diables Rouges ont eu toutes les peines du monde à rivaliser avec l'entrejeu néerlandais. Où le Barcelonais a affiché son meilleur rendement dans sa position préférentielle. Aligné dans l'axe, devant une défense à trois, et entouré de deux relayeurs, l'ancien joueur de l'Ajax a montré toutes les qualités qui ont poussé le Barça à investir 85 millions d'euros pour le recruter à l'été 2019.
Si la performance de De Jong n'est pas passée inaperçue, c'est aussi parce que le milieu de 25 ans peine parfois à afficher le même niveau sous le maillot blaugrana. Ce qui lui vaut d'être régulièrement critiqué, parfois plus que de mesure, par les médias catalans. Le paradoxe peut surprendre et l'intéressé à son idée sur la question. "Je joue de manière très différente ici, avec les Pays-Bas, par rapport au Barça, avait-il expliqué après la victoire en Belgique. Je pense que cela me convient beaucoup mieux. J'aime être le premier joueur qui reçoit le ballon des défenseurs et faire la connexion avec l'attaque."
Ligue des Nations
Les Pays-Bas au buzzer, la Belgique s’accroche
14/06/2022 À 20:42

Un rôle contre nature au Barça

Ce rôle, De Jong ne le tient que très rarement dans un autre milieu composé de trois éléments, celui du FC Barcelone. C'est l'indéboulonnable Sergio Busquets qui l'occupe au Barça, où le Néerlandais est davantage utilisé comme un relayeur. Xavi ne lui demande pas d'être à l'origine des phases offensives, de descendre au niveau de la défense pour se muer en premier relanceur et d'accompagner la phase offensive comme De Jong le fait si bien en sélection. En club, son registre consiste plutôt à se rendre disponible entre les lignes pour tenter de toucher les attaquants.

"L'écran de fumée" Lewandowski : à quel mercato le Barça doit-il s'attendre ?

Son influence sur le jeu s'en ressent considérablement. En relayeur, De Jong doit travailler davantage sur les côtés pour maintenir l'équilibre du bloc collectif. Il a le volume de courses pour le faire, mais cela ne met pas en lumière des qualités beaucoup plus nettes quand l'ancien joueur de l'Ajax est stabilisé dans l'axe. De Jong est ainsi contraint de jouer un peu contre nature sous les ordres de Xavi. Ce qui explique au moins en partie pourquoi le Néerlandais n'a pas le même rayonnement en club et en sélection.

Le choix de Xavi en question

Le choix de l'entraîneur barcelonais peut surprendre. Si Busquets a longtemps été considéré comme le meilleur joueur pour tenir ce rôle devant la défense, ce constat se fait toujours moins net au fur et à mesure que les années passent. Installer De Jong à ce poste n'est pas dénué de sens. Le Néerlandais a des qualités comparables dans la lecture du jeu et la précision des passes, mais il apporte surtout cette mobilité qui fait défaut à Busquets. Et sa complémentarité avec Pedri et Gavi, les deux pépites espagnoles de l'entrejeu barcelonais, ne fait que peu de doutes. Potentiellement, le Barça tient un trio compétitif au milieu pour de longues années.

Le Barça va frapper fort en attaque pendant que Paris vise De Jong

Mais la tendance n'est pas vraiment à s'appuyer dessus pour l'avenir. Déjà en difficulté pour prolonger le contrat de Gavi, la direction barcelonaise est disposée à se séparer de De Jong pour se donner un peu d'air dans une situation économique étouffante. Pour des raisons tactiques et de performances, le Néerlandais n'a manifestement pas réussi à se rendre indispensable en Catalogne, même s'il est loin d'être le seul responsable de cette situation. Cela explique en partie pourquoi Barcelone est ouvert à son départ. Même si l'explication majeure est économique.

La conséquence d'une gestion catastrophique

L'idée de vendre de Jong a d'autant plus de sens qu'il est l'un des éléments à la valeur marchande la plus importante de l'effectif barcelonais. Le Néerlandais fait en effet partie des dix joueurs les plus chers au monde d'après le dernier rapport du CIES, avec une cote estimée à 112 millions d'euros. Il est aussi convoité. Erik ten Hag, son ancien entraîneur à l'Ajax, rêve d'en faire le maillon fort de son entrejeu à Manchester United. Le PSG garderait aussi un œil sur lui pour renforcer son milieu de terrain, même si De Jong n'apparaît pas comme la cible prioritaire du club de la capitale à ce stade du mercato. Et Manchester City serait également attentif à sa situation.
Le Barça n'aura vraisemblablement pas beaucoup de difficultés à trouver preneur pour un milieu du calibre de De Jong. La volonté du joueur de rester à Barcelone pour jouer à son meilleur poste et s'y imposer n'entre pas vraiment en ligne de compte. Le club catalan n'a juste pas fini de payer les conséquences d'une gestion catastrophique de ses finances durant trop d'années. Perdre De Jong en serait une. Même si le Néerlandais n'a jamais vraiment réussi à exprimer tout son potentiel à Barcelone, son départ serait de nature à donner bien des regrets aux Blaugranas.

Tchouaméni au Real, le renfort idéal ?

Ligue des Nations
La Belgique gâche à Galles, les Pays-Bas butent sur la Pologne
11/06/2022 À 20:42
Qualif. Coupe du monde
L'Ukraine n'ira pas au Mondial : "Si on a réussi à donner des émotions, mission accomplie"
05/06/2022 À 21:21