AFP

Le Dnipro s'offre Naples pour viser les sommets européens

Le Dnipro s'offre Naples pour viser les sommets européens

Le 14/05/2015 à 23:06Mis à jour Le 14/05/2015 à 23:27

Après avoir accroché le nul en Italie, le Dnipro Dnipropetrovsk a fait tomber Naples (1-0) jeudi en Ukraine pour se qualifier en finale de la Ligue Europa.

Six ans après le Chakhtior Donetsk, Dnipropetrovsk deviendra-t-il le deuxième club ukrainien à soulever la Ligue Europa le 27 mai prochain à Varsovie ? La surprise de la saison de la compétition s'est offert un autre cador européen, Naples, en s'imposant à domicile (1-0) en demi-finale retour jeudi. Le héros ukrainien s'appelle Yevhen Seleznyov. Déjà buteur au match aller au San Paolo (1-1), l'attaquant du Dnipro a qualifié d'une tête astucieuse (58e) son équipe pour la première finale européenne de son histoire.

Brouillons tout au long de la seconde période, les Napolitains n'auront pas su marquer ce but qui les aurait conduits en prolongation. Rafael Benitez laisse cette année sa place et ne disputera pas une cinquième finale européenne. Le Dnipro devra encore créer l'exploit à Varsovie face au FC Séville, le tenant du titre, tombeur de la Fiorentina.

Naples a vendangé comme rarement

Les coéquipiers de Ghoulam vont longtemps ruminer le but hors-jeu de Seleznyov du match aller. A Kiev, sous une pluie battante, ils sont tombés encore sur un très grand Boyko. Le gardien du Dnipro, déjà monstrueux il y a une semaine, a su répondre présent pour sortir les deux occasions dangereuses italiennes signées Higuain (8e et 28e). Exceptées ces deux situations chaudes dans leur surface, les Ukrainiens ont géré sereinement les offensives adverses avant d'être récompensés de leurs efforts par l'ouverture du score de Seleznyov, très solide dans son duel aérien avec Britos pour tromper Andujar de la tête (58e, 1-0). Le Napoli a ensuite été incapable d'arracher la prolongation pour permettre à ses supporters de continuer à croire à une qualification en finale, vingt-six ans après le triomphe de la bande de Diego Maradona en 1989.

Comme l'Olympiakos le Dynamo Moscou et Bruges lors des tours précédents, Naples s'est cassé les dents à l'extérieur en s'inclinant au stade Olympique de Kiev où Dnipropetrovsk s'est toujours imposé dans cette phase finale. Les entrées en jeu du virevoltant Mertens et du capitaine Hamsik n'auront pas apporté ce supplément d'âme dans la dernière demi-heure de jeu. Pour preuve, Higuain n'a pas réussi à se retrouver une seule fois en bonne position pour égaliser dans le money time. Les tombeurs de Saint-Etienne en phase de groupes auront donc le droit de s'attaquer au plus gros morceau de leur saison européenne en finale à Varsovie dans quinze jours. Le FC Séville a remporté ses trois finales de C3, toutes disputées depuis 2006. Novice à ce stade de la compétition, le Dnipro a prouvé cette saison que personne ne lui faisait peur.

0
0