A priori, rien ne l'y destinait. La carrière de Kevin Monnet-Paquet à Saint-Etienne est honorable, sans être flamboyante. Dix-neuf buts en 114 matches, on a connu des ratios beaucoup plus impressionnants. KMP n'est pas un Stéphanois pur jus, il n’est pas non plus particulièrement proche des supporters. Ses débuts furent très laborieux et il a dû essuyer quelques sifflets. Mais, depuis plusieurs mois, une fièvre Monnet-Paquet s'est emparée de Geoffroy-Guichard.

Kevin Monnet-Paquet (ASSE)

Crédit: AFP

Ligue Europa
Le rendez-vous des enfants de 76
15/02/2017 À 20:40

Il est désormais le seul à avoir son chant dédié dans les tribunes du Chaudron. Ni Loïc Perrin, enfant de Saint-Etienne et capitaine irréprochable depuis de longues saisons, ni Stéphane Ruffier, meilleur gardien de L1 cette saison, ni même Romain Hamouma, rare éclaircie dans le secteur offensif, n'ont eu droit à ce privilège.

Ne jamais oublier

Et la fièvre s'est propagée jusqu'à Paris. A la Divette de Montmartre, repaire connu des supporters stéphanois exilés dans la capitale, chaque rencontre des Verts est rythmée par l'hymne dédié à l'ancien Lorientais.

Sur l'air des Champs Elysées de Joe Dassin

Oh Monnet-Paquet, oh Monnet-Paquet

Pourquoi cette fascination ? "Il y a beaucoup de dérision et d'amour vache dans notre chant pour Monnet-Paquet", nous renseigne Sylvain, l'instigateur du chant de la Divette. "Il nous a frustré à son arrivée mais, aujourd'hui, on a de l'affection pour lui. C'est un joueur qui ne rechigne jamais à la tâche. Il se défonce sur le terrain." KMP incarne aujourd'hui le joueur un brin laborieux, mais à l'état d'esprit irréprochable et épouse parfaitement le portrait-robot des chouchous de Geoffroy-Guichard. Le stade n'a pas attendu sa performance délicieuse lors du dernier derby (2-0) pour chanter ses louanges.

L'héritier de Guillou, l'incarnation des valeurs stéphanoises

Dans la Loire, les supporters ont toujours eu un faible pour ce profil de joueur. Entre 1997 et 2003, l'ASSE a vu passer quelques grands talents : Alex, Aloisio, le génial Sénégalais Pape Sarr, le très prometteur Lucien Mettomo ou le solide Bjorn Tore Kvarme. Mais l'idole de Geoffroy-Guichard était un arrière gauche sans immense talent mais avec une grinta énorme, pas toujours titulaire mais avec un état d'esprit constamment irréprochable : Patrick Guillou. Le stade accompagnait chacun de ses montées rageuses de "Ouh !" entraînant.

Monnet-Paquet est l'héritier de Guillou. Celui dans lequel se reconnaissent ceux qui peuplent Geoffroy-Guichard les soirs de match. Celui qui incarne les valeurs de l'ASSE. Saint-Etienne préférera toujours celui qui mouille le maillot, celui qui ne rechigne pas à faire les efforts défensifs, à celui qui dégouline de talent. Tel est son ADN. Une banderole, déployée un soir de Saint-Etienne – PSG, le résume à merveille :

Ligue Europa
La coupe d'Europe, l'un des fondements de United
15/02/2017 À 14:31
Ligue 1
Nice rayonne, Saint-Etienne inquiète
18/10/2020 À 16:56