Getty Images

Battu par le Dynamo Kiev (1-2), Rennes fait une très mauvaise opération

Des regrets et une mauvaise opération, Rennes a eu tout faux

Le 25/10/2018 à 22:53Mis à jour Le 26/10/2018 à 00:00

LIGUE EUROPA - Rennes va regretter. Les Bretons se sont inclinés face au Dynamo Kiev (1-2) jeudi, battus à la 89e minute sur un but évitable alors que les Ukrainiens évoluaient à 10 contre 11. Les hommes de Sabri Lamouchi glissent à la 3e place du groupe K, à deux points de leur bourreau du soir et du FC Astana, et n'ont plus le droit à l'erreur lors de la phase retour.

Les supporters bretons, qui avaient rempli un Roazhon Park à guichets fermés, s'attendaient à tout sauf à ce scénario. Mais ils ont quitté le stade en traînant les pieds, après avoir vu leur équipe s'incliner dans les derniers instants face au Dynamo Kiev (1-2) ce jeudi lors de la troisième journée de Ligue Europa, au terme d'une rencontre qui va laisser beaucoup de regrets au Stade Rennais.

Car des occasions, Rennes en a eu une kyrielle, face à des Ukrainiens qui ont beaucoup subi, mais ont su faire preuve d'une efficacité redoutable (2 buts sur deux tirs cadrés), face à une équipe tricolore beaucoup trop faible dans les deux surfaces pour espérer la victoire. Le grand perdant de la soirée, c'est surtout le gardien Abdoulaye Diallo, qui a fait plonger son équipe en fin de match.

Celui qui a pris depuis quelques semaines la place de Koubek n'a pas pu faire grand-chose sur la frappe surpuissante de Kedziora (1-0, 21e) en première période, après que Kiev ait touché la barre (2e) dans un début de match fou, où Rennes avait déjà commencé à empiler les occasions ratées (2e, 4e, 18e). Mais le Sénégalais peut en revanche beaucoup plus s'en vouloir sur cette énorme faute de main, sur un ballon piqué de Vitaliy Buyalskiy, juste avant la fin du temps réglementaire.

Entre insuffisances et erreurs coupables

Un coup de poignard à sa propre équipe, qui a largement dominé son adversaire du soir. Mais, si les rouge et noir sont revenus sur une frappe puissante (là encore bien aidé par une faute de gardien) de Grenier - le meilleur rennais ce soir - sur coup franc (1-1, 41e), ils ont énormément gâché ensuite. Par maladresse, timidité ou manque de spontanéité, les Bretons ont accumulé les loupés (48e, 51e, 58e, 63e, 79e, 81e). Ismaila Sarr a eu beau être un énorme poids pour la défense adverse, provoquant de nombreuses fautes, il n'a pas été assez dangereux près du but, tout comme Mbaye Niang, trop effacé, alors que les entrées de Benjamin Bourigeaud (68e) et Hatem Ben Arfa (74e) n'auront rien changé.

Le but de Buyalskiy (2-1, 89e) alors que Kiev jouait à 10 depuis la 84e minute a plongé les Rennais, désormais troisièmes du groupe K à deux points des deux premiers (Astana et Kiev), dans une position bien délicate en vue d'une qualification pour les 16es de finale. Le SRFC est désormais obliger de l'emporter face à Astana à domicile, et de bien gérer ses deux déplacements, dont celui à Kiev dans 2 semaines, pour espérer rêver d'un printemps européen.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0