Getty Images

Tombeur d'Astana (2-0), Rennes est qualifié pour les 16es de finale

Un immense Sarr, une première historique : l'Europe sourit enfin à Rennes

Le 13/12/2018 à 20:43Mis à jour Le 13/12/2018 à 21:14

LIGUE EUROPA - Grâce à un fantastique Ismaïla Sarr, auteur d'un doublé, Rennes a pris le meilleur sur Astana (2-0) et s'est qualifié pour les 16es de finale de la Ligue Europa. C'est une grande première.

Rennes l’a fait ! Emmenés par un Ismaïla Sarr qui avait du feu dans les jambes, les Bretons ont remporté la finale du Groupe K face au FC Astana (2-0). Si la victoire a mis du temps à se dessiner, elle leur permet de rallier les seizièmes de finale de la Ligue Europa pour la première fois de leur histoire. La greffe Julien Stéphan est bel et bien en train de prendre : depuis son arrivée, le Stade Rennais n’a fait que gagner, sans encaisser le moindre but.

Rennes avait certes son destin entre les mains mais la victoire était impérative face au FC Astana, deuxième du groupe K au coup d’envoi. Dès l’entame de match, on a néanmoins compris qu’Hatem Ben Arfa et ses coéquipiers étaient là pour imprégner le tempo face à une équipe qui pouvait se contenter du 0-0. Et qui s’est d’ailleurs longtemps contenté du 0-0, les Bretons, appliqués et solides collectivement, ayant longtemps pêché dans le dernier geste face à Nenad Eric. Le gardien kazakh s’est également permis de repousser l’échéance avec deux arrêts déterminants (32e, 44e). Il a aussi manqué d’un peu de folie dans les offensives rennaises.

Sarr avait du feu dans les jambes

Mais c’était un match pour Ismaïla Sarr, qui n’a cessé de faire mal à ses adversaires à la faveur de ses accélérations pleines de puissance. L’une d’entre elles a abouti à un penalty, bien tiré par Benjamin Bourigeaud mais envoyé sur son poteau par le gardien d’Astana. Heureusement, Sarr a bien suivi pour se faire justice lui-même et ouvrir, enfin, le score (1-0, 68e). Cinq minutes plus tard, alors que Rennes n’avait pas droit au relâchement, le même Sarr a nettoyé la lucarne d'Eric avec une frappe venue d’ailleurs (2-0, 73e). Ce but, celui du break, a permis aux hommes de Julien Stéphan de définitivement enterrer les espoirs kazakhs.

À l’arrivée, c’est une grande première pour le Stade Rennais, à qui la scène européenne n’avait jamais souri jusque-là. La fête sera d’autant plus belle que les Bretons sont revenus de très, très loin après avoir seulement pris trois points en quatre journées. Mais grâce à ce quatrième succès en cinq rencontres, toutes compétitions confondues, Rennes prolonge toujours plus l’euphorie qui s’est emparée du club depuis la nomination de Julien Stéphan. Et, en attendant Bordeaux, il y aura au moins un club français en seizièmes de finale de la Ligue Europa.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0