S'il y a bien une équipe à retenir dans l'histoire de la Ligue Europa, c'est incontestablement le FC Séville. Cette année, crise sanitaire oblige, la compétition a dû revoir son organisation pour arriver à ses fins avec plus de deux mois de retard : au revoir les doubles confrontations classiques en format aller-retour, bonjour les matchs secs sur terrain neutre et sans public. Un obstacle pour le FC Séville ? Pas du tout. Qualifiés en huitièmes de finale de la compétition, les hommes de Julen Lopetegui se sont successivement débarrassés de l’AS Rome (2-0), Wolverhampton (2-1) et Manchester United (2-1). Les voici désormais face à l’Inter Milan, en quête d'une sixième victoire en six finales disputées. En route vers un destin glorieux, le club andalou semble tout bonnement invincible. Alors, mythe ou réalité ?

Monchi, le retour du taulier

Ligue Europa
Ronaldo dans le viseur et records à gogo : "Big Rom" est devenu géant
21/08/2020 À 14:45

Lors de la demi-finale contre les Red Devils, un homme a récolté les éloges de la presse : Yassine Bounou, plus communément appelé Bono. Ce n'est pas le chanteur de U2, mais il s'est pris de plaisir à écœurer MU. Les statistiques sont là : les Mancuniens ont frappé deux fois plus au but que leurs adversaires (20 tirs contre 7) et ont cadré deux fois plus également (7 tirs contre 3), mais United s'est confronté à un dernier rempart marocain en état de grâce. "J'ai toujours senti que je faisais partie de cette équipe, explique l'intéressé, doublure de Tomáš Vaclík en Liga mais titulaire en C3, après la rencontre. Je me concentre toujours sur nos objectifs, que je joue ou non, que l'on gagne ou que l'on perde. J'ai toujours senti que j'étais dans la même barque que les autres. Les matchs sont des instants, parfois tu dois rentrer et te montrer à la hauteur de l’occasion. C'est tout."

"Il a fait des arrêts fantastiques" : Solskjaer encense le gardien de Séville

C'est tout, vraiment ? Pour parler de la réussite actuelle de ce FC Séville, il faut d'abord tirer un grand coup de chapeau à Julen Lopetegui. Nommé entraîneur du club l'été dernier, l'ancien coach du Real Madrid a connu une résurrection à l'échelle de son métier où ses plans tactiques sont respectés à la lettre. Aussi, l'ancien sélectionneur de l'Espagne peut s'appuyer sur une cellule de recrutement redevenue une machine à dénicher les futurs cadors. Grâce au retour de Monchi au poste de directeur sportif depuis mars 2019, les Palanganas intègrent dans leur effectif des recrues estivales fondamentales, dont les plus influentes sont issues de la Ligue 1. Ainsi, l'ailier Lucas Ocampos (13 buts et meilleur buteur du club cette saison) comme les deux centraux Diego Carlos et Jules Koundé sont devenus des titulaires indiscutables dans le 4-3-3 de Lopetegui.

Bono : "Nous avons un esprit particulier dans cette compétition"

Pour ajouter de la profondeur à l'effectif sévillan, Luuk De Jong, Youssef En-Nesyri ou Bono constituent des plus-values au collectif afin de doubler les postes sans perdre un haut rendement athlétique. Combinée à une excellente alchimie obtenue sur le terrain, la variété des profils offerts à Lopetegui permet au FC Séville d'être une équipe capable d'avaler les kilomètres sans les compter. "Quand tu vois tes coéquipiers courir comme ils le font, mettre toute leur âme sur chaque ballon, tu ne peux pas te défiler, poursuit Bono après la demi-finale. Nous avons réalisé un grand match et l'équipe démontre une fois de plus que nous possédons un esprit particulier dans cette compétition."

Cette saison en Liga, Séville est la première équipe en matière de centres effectués (880) et de corners obtenus (226), preuve que l'équipe aime passer par les ailes pour faire la différence. Capitaine de l'équipe andalouse, Jesús Navas en est le parfait exemple avec 232 centres effectués en championnat. Malgré un temps de jeu inexistant dans les phases de poule de Ligue Europa 2019-2020, le champion du monde 2010 est indéboulonnable dans le couloir droit du onze-type. D'ailleurs, le dévouement de l’ailier reconverti en défenseur latéral va bien au-delà du simple cadre sportif. Son numéro 16 floqué au dos n'est pas lié au hasard, mais à l’histoire.

Jesus Navas vom FC Sevilla

Crédit: Getty Images

Puerta et Reyes, aux noms des frères

Lors de la première coupe UEFA remportée par le FC Séville en 2006, Antonio Puerta avait inscrit le but décisif de la demi-finale retour contre Schalke 04 afin de qualifier son équipe pour la première finale européenne de son histoire. Un an et quatre mois plus tard, l'international espagnol perdait la vie suite à un arrêt cardiaque contracté lors d'un match de Liga contre Getafe. "J'ai toujours été très clair avec cela, expliquait Navas en septembre 2017 pour le site El Decano. Je voulais porter ce maillot et tout donner pour lui, qui ne peut plus être ici. C'est une fierté, car c'est un joueur qui a laissé une forte impression. Son but contre Schalke avait ouvert la série des succès européens du FC Séville. J'étais toujours à ses côtés, que ce soit lors des mises au vert ou dans l'autobus. C'était un type mature, avec des valeurs dont le club s'inspire encore."

Entraîneur de l'équipe lors de l'épopée européenne de 2006, Juande Ramos garde aussi la mémoire fraîche au moment d'évoquer le but de Puerta pour le magazine So Foot Club. "Ce but a pris le dessus sur la qualification en finale (victoire 4-0 contre Middlesbrough, N.D.L.R). Cet honneur lui revient de droit. Puerta, c'est une forme de réussite du sevillismo. Désormais, les supporters du FC Séville gardent plus en mémoire son but que notre parcours."

Quatorze ans plus tard, Séville s'est appuyé sur ce socle pour s’adjuger cinq trophées dans la compétition (2006, 2007, 2014, 2015, 2016). Et puisque le destin des Palanganas semble osciller entre le dramatique et le fabuleux, une autre source de motivation extra-sportive va dynamiser les rangs sévillans contre l’Inter : honorer la mémoire de José Antonio Reyes, membre influent des trois dernières campagnes européennes victorieuses du FC Séville et décédé dans un accident de voiture en juin 2019. Et si l'histoire était un éternel recommencement ?

Pour la victoire finale, Ashley Cole parie sur... Séville

Coupe du monde
La Premier League rompt son accord de diffusion en Chine
03/09/2020 À 15:34
Transferts
Chelsea frappe fort et s'offre Harder
01/09/2020 À 18:36