Panoramic

Angleterre - France (2-0) : Les Bleus avaient la tête ailleurs

Les Bleus avaient la tête ailleurs

Le 17/11/2015 à 22:53Mis à jour Le 18/11/2015 à 00:25

MATCH AMICAL - Quatre jours après les attentats parisiens, l'équipe de France s'est logiquement inclinée à Wermbley (2-0) face à une Angleterre plus concernée. Mais cette défaite restera anecdotique au vu du contexte de la rencontre.

Ce n'était pas qu'un match. Cette rencontre dépassait largement les considérations strictement sportives. Mais puisqu'il fallait être à Wembley pour l'hommage et le symbole, les Bleus ont joué cet Angleterre-France. Ou tenté de le faire du mieux possible en tout cas. Quatre jours après les attentats, ils l'ont d'ailleurs perdu (2-0), ce qui met un terme à leur série de cinq victoires de rang. Mais l'important est ailleurs ce mardi soir. Le résultat est dérisoire. Leur histoire sportive continuera dans quelques mois. Là, c'était d'une autre dimension.

Après le protocole vibrant du début de rencontre avec une Marseillaise si touchante et une minute de silence à vous donner des frissons, les Tricolores ont essayé de se concentrer sur le football. Même s'ils ont y mis du cœur et dans une ambiance feutrée, les Bleus ont logiquement connu quelques difficultés à mettre du rythme dans ce match disputé sans grande surprise très calmement. Le trio offensif Ben Arfa-Gignac-Martial, aligné en première période, n'a ainsi pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Une petite frappe pour Martial à la 18e. Une autre pour Gignac à la 41e. Mais ça n'a pas inquiété Joe Hart.

L'entrée de Diarra très applaudie

Après la pause, avec l'entrée de Kingley Coman à la place de Ben Arfa (45e), la France a eu quelques occasions un peu plus dangereuses. A la 58e, Paul Pogba a vu sa frappe enroulée passer juste au-dessus de la barre de Butland, qui a remplacé Hart dans le but anglais. Et Martial a buté sur le portier britannique après un une-deux avec Pogba (66e). Mais ça n'a pas fait mouche. L'Angleterre avait de toute manière déjà profité des petites sautes de concentration de la défense tricolore. Des erreurs qui n'ont surpris personne dans ce contexte. Le jeune Dele Alli a ainsi marqué d'une belle frappe de 20 mètres (1-0, 39e) avant de voir Wayne Rooney (2-0, 48e) faire trembler les filets d'Hugo Lloris d'une reprise juste après la pause.

L'enjeu de cette rencontre était de toute manière ailleurs. Comme en témoigne l'entrée très applaudie par les 71 000 sectateurs de Lassana Diarra qui a tenu à rester avec les Bleus après la perte de sa cousine dans les attentats. Ou celle d'Antoine Griezmann, dont la soeur était présente au Bataclan. Il fallait être à Wembley pour ça. Pour ces images si symboliques que le monde retiendra. Pour ces gestes de fraternité réservés par le peuple anglais. Pour tout ce protocole d'avant match. Il sera temps de se reconcentrer vraiment sur le football plus tard pour l'équipe de France.

Dele" Alli (Angleterre) après son but face à la France à Wembley

Dele" Alli (Angleterre) après son but face à la France à WembleyPanoramic

0
0