Panoramic

Après France-Ecosse (3-0) : Les notes : Giroud et Kanté ont chassé les critiques et les doutes

Les notes : Giroud et Kanté ont chassé les critiques et les doutes

Le 05/06/2016 à 08:37Mis à jour Le 05/06/2016 à 08:47

EURO 2016 – Auteur d’un doublé face à l’Ecosse, Olivier Giroud est sorti sous une ovation amplement méritée après avoir encore démontré son efficacité. Titularisé comme sentinelle, Kanté a prouvé qu’il avait l’envergure pour le poste. Nos notes.

Hugo Lloris : 6

On a aimé : Ses prises de balle sûres, la sérénité dégagée dans les airs et sur ses jaillissements. Un match tranquille et sans aucun accroc.

On n’a pas aimé : RAS.

En bref : Au chômage technique.

Bacary Sagna : 7

On a aimé : Son centre décisif sur l’ouverture du score de Giroud. Parfois caricaturé pour son incapacité à trouver ses attaquants dans les seize mètres adverse, Sagna a signé sa deuxième passe décisive en quatre matches et il aurait même pu délivrer un caviar de plus en toute fin de match si Griezmann avait cadré sa tête. Derrière, il a tenu son couloir.

On n’a pas aimé : Un peu moins de vigilance après la pause, sans conséquence.

En bref : Son meilleur match en Bleu depuis la Coupe du monde.

France's forward Olivier Giroud (R) is congratuled by teammates Bacary Sagna (C) and Dimitri Payet after scoring a goal during the friendly football match between France and Scotland, at the St Symphorien Stadium in Metz, Eastern France, on June 4, 2016

France's forward Olivier Giroud (R) is congratuled by teammates Bacary Sagna (C) and Dimitri Payet after scoring a goal during the friendly football match between France and Scotland, at the St Symphorien Stadium in Metz, Eastern France, on June 4, 2016AFP

Adil Rami : 5

On a aimé : Il a amené plus de tranchant dans ses interventions. Rami monte peu à peu en tension et ce fut nettement plus honorable que face au Cameroun.

On n’a pas aimé : Il n’apporte toujours pas la sérénité que nécessite le poste. En témoigne sa mauvaise intervention de la tête (31e) et sa perte de balle qui débouche sur la meilleure occasion écossaise (76e). Rien de dramatique face à l’Ecosse mais face à un adversaire plus coriace…

En bref : Il est encore en rodage.

Laurent Koscielny : 7

On a aimé : Le nouveau patron de la défense des Bleus assume son statut avec calme et sérénité. C’est lui qui donne les consignes, demande au bloc de remonter. Irréprochable dans les duels, son immense point fort, il s’est même offert un but sur corner.

On n’a pas aimé : Pas grand-chose. L’Ecosse l’a bien aidé à passer une soirée les doigts de pied en éventail.

En bref : Le retour de Kos le boss.

Patrice Evra : 6

On a aimé : Dès le début de match, il a joué comme un deuxième ailier. Si Payet et Martial ont signé une prestation aboutie, c’est aussi parce qu’Evra leur a donné du mou en combinant sur l’aile. Laissé tranquille par des Ecossais peu farouches, il a déroulé. Il sauve l’une des rares situations dangereuses (65e).

On n’a pas aimé : Il ne pèse toujours pas directement sur le cours des évènements. Disponible en attaque mais parfois un peu brouillon.

En bref : Costaud. Comme toujours.

Remplacé par Lucas Digne (83e)

N’Golo Kanté : 7

On a aimé : Il n’a pas l’habitude de jouer les sentinelles ? Ce samedi, il a tout fait comme un spécialiste du poste. Il a coupé les lignes de passes tout en se faufilant dans les espaces laissés libres pour trouver le décalage. Toujours disponible et appliqué.

On n’a pas aimé : Un jeu long pas toujours précis mais c’est parce qu’il faut chercher la petite bête.

En bref : Le forfait de Diarra apparaît un peu moins catastrophique.

Remplacé par Moussa Sissoko (88e).

N'Golo Kanté a signé une belle prestation face à l'Ecosse

N'Golo Kanté a signé une belle prestation face à l'EcosseAFP

Paul Pogba : 6

On a aimé : Pogba peut faire entrer l’équipe de France dans une nouvelle dimension. Ce samedi, il a pris le jeu à son compte, n’hésitant pas à descendre très bas sur le terrain. Malgré de gros efforts défensifs, Pogba a pris le soin de dicter le tempo du match notamment lors d’une seconde période où il a créé des brèches. Ses deux coups francs directs, dont un a terminé sur le poteau, auraient mérité un meilleur sort.

On n’a pas aimé : Son taux de réussite fut insuffisant sur ses transversales. Mais il a réglé la mire après trente premières minutes plus brouillonnes.

En bref : Pas encore Pogboom mais il s'en rapproche.

Blaise Matuidi : 6

On a aimé : Sa chevauchée en tout début de match a donné le ton d’une première période audacieuse avec trois occasions franches à son actif. Le Parisien est toujours aussi à l’aise lorsqu’il s’agit de se projeter vers l’avant et la timidité des Ecossais lui a permis de prendre le large.

On n’a pas aimé : Son dernier geste, pas toujours juste. On a connu Matuidi plus efficace dans la surface adverse.

En bref : Un volume de jeu toujours aussi monstrueux.

Remplacé par Yohan Cabaye (69e)

Kingsley Coman : 6

On a aimé : Dès qu’il touche le ballon, il se passe quelque chose. C’est lui qui déséquilibre l’Ecosse et trouve le décalage sur l’ouverture du score. Coman cherche toujours l’accélération ou la frappe, et systématiquement dans le sens du jeu.

On n’a pas aimé : Il doit davantage lever la tête et ne pas toujours chercher le duel. Même si sa qualité en un contre un est précieuse.

En bref : Un formidable accélérateur de particules.

Kingsley Coman contre l'Écosse

Kingsley Coman contre l'ÉcossePanoramic

Remplacé par Antoine Griezmann (45e) : 6,5

On a aimé : Il a mordu dans la rencontre dès ses premières foulées. A gauche, à droite, dans l’axe, il met la pagaille et gère le tempo. Sa déviation pour Gignac (77e) rappelle comme son jeu en mouvement et à une touche est un pur délice.

On n’a pas aimé : On aurait aimé le voir un peu plus présent dans les 16 derniers mètres mais il a choisi de partir de loin pour se donner de la vitesse.

En bref : Il est en pleine bourre.

Dimitri Payet : 7

On a aimé : Encore une fois décisif en Bleu. Pas de coup franc direct cette fois-ci mais un corner qui débouche sur la tête de Laurent Koscielny. Sa percée et sa frappe soudaine permettent à Giroud de s’offrir un doublé.

On n’a pas aimé : Un début de match un peu timide avec quelques ratés. Rien de bien méchant.

En bref : Ce serait tout sauf une surprise de le retrouver dans le onze face à la Roumanie.

Remplacé par Anthony Martial (45e) : 7

On a aimé : Il est allé beaucoup trop vite pour la défense écossaise. Chacune de ses prises de balle a déséquilibré l’adversaire. Le ballon lui colle au pied et il sait trouver le trou de souris où s’engager. Des accélérations, des dribbles en ne cessant jamais de lever le nez, le buste droit comme un i.

On n’a pas aimé : Il ne lui a manqué qu’un peu de réussite dans le dernier geste pour couronner une entrée en jeu incisive.

En bref : Il n’abdique pas dans la course au onze type. A défaut, il sera une arme essentielle sur le banc.

Olivier Giroud : 8

On a aimé : Sa semaine s’est achevée sur une grandiose ovation après avoir débuté sous les sifflets. Giroud a complètement retourné l’opinion avec deux buts sur ses deux seules occasions : une madjer et une reprise en taclant. Dans les airs, dans les remises, dans le combat, Giroud a fait sa loi et il reste sur sept buts lors de ses cinq dernières titularisations. Son apport défensif n’est pas un luxe.

On n’a pas aimé : Pas toujours heureux dans ses transmissions, Giroud n’est pas le plus à l’aise lorsqu’il se retrouve dans le sens du jeu.

En bref : Qui doute encore de lui ?

Remplacé par André-Pierre Gignac (63e)

De notre envoyé spécial à Metz, Martin Mosnier

Olivier Giroud et Adil Rami se tapent dans la main lors de France-Ecosse, samedi 4 juin 2016

Olivier Giroud et Adil Rami se tapent dans la main lors de France-Ecosse, samedi 4 juin 2016Panoramic

0
0