Getty Images

Grâce à Mbappé, l'équipe de France arrache un match nul laborieux face à l'Islande (2-2)

Mbappé évite aux Bleus une défaite gênante

Le 11/10/2018 à 23:00Mis à jour Le 12/10/2018 à 00:17

MATCH AMICAL - L'équipe de France a eu le mérite de ne pas lâcher. Menés 0-2 à quatre minutes du terme de la rencontre, les champions du monde sont parvenus à obtenir le nul face à l'Islande (2-2), jeudi soir à Guingamp. Hólmar Örn Eyjólfsson a marqué contre son camp (86e), avant que Kylian Mbappé n'égalise sur penalty en toute fin de rencontre (90e).

Le pire est évité ! Alors qu'on était sur le point d'assister à leur première défaite depuis mars, et surtout depuis le titre mondial, les Bleus ont égalisé dans les dernières minutes, à Guingamp, alors qu'ils étaient menés 2 à 0 (score final : 2-2). Les champions du monde restent invaincus mais devront montrer un autre visage au Stade de France, mardi, contre l'Allemagne.

Pendant les cinq premières minutes, on a cru voir une équipe de France incisive. Mais cela n'a été qu'un feu de paille. Lors de la première demi-heure, seul Griezmann, de la tête, a inquiété Runarsson, le gardien islandais de Dijon. De leur côté, même s'ils ont laissé le ballon aux Bleus, les Islandais se sont procurés plusieurs occasions. Et cette verve offensive a fini par se concrétiser au tableau d'affichage. Bien pressé par Finnbogasson, Kimpembe a perdu un ballon au poteau de corner. L'attaquant d'Ausbourg en a profité pour servir en retrait, à l'entrée de la surface, un Bjarnason étrangement seul. Sa frappe précise a terminé au fond des filets, au ras du poteau gauche de Lloris (0-1, 30e). Le portier français a eu un peu la main molle sur cette action, mais s'est rattrapé ensuite. Huit minutes plus tard, il a signé quatre parades sur le même corner de l'Islande, et surtout un premier arrêt fantastique sur une tête islandaise.

Kimpembe fautif

A la mi-temps, il n'y avait pas grand chose à retenir de la prestation française. Trop approximatifs dans les trente derniers mètres, les Bleus n'ont pas vraiment eu l'occasion de briller. Seule lumière dans ce tableau très sombre : une superbe action collective initiée par Griezmann, avec Giroud en appui, mais mal conclue par Dembélé, qui a perdu son face-à-face contre le gardien après avoir été décalé par l'attaquant madrilène (38e).

Comme la première mi-temps, les Français n'ont pas si mal démarré la seconde période. Dembélé (50e), puis Thauvin (55e) ont raté le cadre, avant qu'une tête de Griezmann ne soit bien repoussée par Halldorsson, le gardien islandais entré à la pause, en même temps que Zouma à la place de Varane. Finalement, la France a craqué une seconde fois. Sur un corner, Arnason - plus haut que Kimpembe, passif - a croisé sa tête pour trouver la lucarne opposée de Lloris. Le ballon a tapé la barre avant d'entrer dans le but (0-2, 58e). Alors qu'il n'est pas globalement à créditer d'une prestation décevante, Kimpembe s'est donc montré fautif sur les deux buts adverses. D'abord pour une perte de balle, ensuite en étant en retard dans et battu dans son duel avec Arnason.

Mbappé arrache un nul in-extremis

Dans la foulée du but, Didier Deschamps a procédé à deux changements. Thomas Lemar et Kylian Mbappé ont remplacé Florian Thauvin, mobile mais trop imprécis pour sa première titularisation, et Antoine Griezmann. Quelques minutes plus tard, c'est Ndombele qui a eu la chance de porter le maillot bleu pour la première fois, en remplaçant Pogba (66e), tandis que Dembélé, percutant mais avec beaucoup de déchets, a été remplacé par Payet.

Durant ce temps avec de nombreux changements, et dans la foulée de ce second but, l'équipe de France a été complètement coupée en deux et remuée par une Islande bien décidée à essayer d'en mettre un troisième. Mais finalement, dans un final haletant, les Bleus ont su trouver les ressources pour revenir dans la rencontre. Mbappé, par sa frappe repoussée par le gardien sur son défenseur, a d'abord provoqué le but contre son camp de Eyjolfsson (1-2, 85e). Puis, au bout du temps réglementaire, Mbappé - encore lui - a égalisé sur un penalty sifflé à la suite d'une main de l'attaquant nantais Sigthorsson (2-2, 90e).

Le pire a finalement été évité, certes, mais cette égalisation à la dernière minute ne doit pas faire oublier la piètre prestation des Bleus, qui ont paru en totale léthargie à certains moments du match. L'Islande a montré de belles choses en Bretagne, mais a inquiété trop facilement les Bleus pour une équipe qui sort de deux défaites cuisantes en Ligue des Nations (0-3 face à la Belgique, 0-6 en Suisse). Si elle veut battre l'Allemagne mardi, la France devra jouer avec ce qui fait habituellement sa force et qui a été un peu oubliée en Bretagne : de la solidité.

Thauvin France-Islande

Thauvin France-IslandeGetty Images

0
0