Adrien Rabiot n'a pas dérogé à son personnage. Quand le milieu de terrain de l'équipe de France a quelque chose à dire, il le fait. Quel que soit le sujet. Il en a balayé plusieurs samedi, en conférence de presse. En particulier les perspectives de ses retrouvailles avec Cristiano Ronaldo, son coéquipier portugais à la Juventus Turin. "On n'a pas échangé, mais on s'était parlé après le dernier match en club, on s'était donné rendez-vous, a-t-il raconté. Il m'avait dit qu'on avait une équipe très forte, très solide… Mais il m'a dit : 'faites attention à nous'. C'est un rendez-vous qu'il attend avec impatience."
Ce rendez-vous, ce sera le 23 juin. D'ici-là, il va se passer beaucoup de choses pour des Bleus qui sont encore en pleine préparation pour l'Euro. Une compétition particulière pour Rabiot. Le milieu turinois va disputer son premier tournoi international après avoir refusé d'être réserviste pour la Coupe du monde 2018. "C'était une fierté, une joie de me dire 'cette fois j'y suis', a-t-il reconnu. C'est beaucoup de travail et quelque chose que j'attendais depuis un moment. J'espère en profiter un maximum."
Liga
Lenglet : "Je serai au Barça la saison prochaine"
04/06/2021 À 18:42

Avec Benzema, "on a des choses plus joyeuses à se raconter"

Retrouver le maillot de la sélection nationale après une longue absence, c'est une particularité qu'il partage avec Karim Benzema. Rabiot était resté à l'écart des Bleus durant deux ans entre 2018 et 2020. L'avant-centre du Real Madrid, lui, a fait son grand retour pour l'Euro après avoir été banni durant plus de cinq ans. "Karim est discret, moi aussi, on n'en a pas forcément discuté, a-t-il assuré quand la question lui a été posée. On a des choses plus joyeuses à se raconter."

Le Ballon d'Or pour Kanté ? "Ce serait mérité", assure Pogba

A commencer par le prochain rendez-vous des Bleus. Ce sera mardi face à la Bulgarie, un adversaire que Rabiot avait affronté avec l'équipe de France en octobre 2017 (0-1). L'ancien Parisien avait déclenché une petite polémique en zone mixte après une rencontre où il avait remplacé N'Golo Kanté après une grosse demi-heure de jeu. "C'était dur parce qu'il faisait froid, que je n'étais pas chaud, avait-il déclaré. J'avais aussi la peur de me blesser. Quand on rentre dans des conditions comme ça…"

"Aujourd'hui, c'est un autre Rabiot"

Rabiot est revenu sur cet épisode qui lui avait valu une vague de critiques. "En quatre ans, il s'est passé beaucoup de choses plus importantes que ce match, a-t-il expliqué. Oui j'ai changé en quatre ans, comme joueur et comme homme. C'est du passé. Aujourd'hui, c'est un autre Rabiot. (…) Partir de chez soi, cela a un impact plutôt positif. On s'ouvre à d'autres choses, on apprend une autre langue. La discipline, la rigueur italienne qu'on connaît, des entraînements durs, beaucoup de travail tactique… cela m'a beaucoup apporté ces deux dernières années."
Une expérience turinoise qui lui a permis de retrouver sa place en sélection, et même de postuler pour un statut de titulaire dans le onze de Didier Deschamps. Si Paul Pogba et N'Golo Kanté sont indiscutables, Rabiot semble en balance avec Corentin Tolisso pour compléter le trio de récupérateurs tricolores. Il compte bien se battre pour gagner sa place. Quitte à jouer en sentinelle, ce poste dont il ne voulait pas au PSG. "Oui, il faut être prêt à tout, a-t-il assuré. Dans ce milieu, on est amené à bouger, à intervertir nos positions entre la pointe basse et les joueurs de côté, on peut tous se retrouver en sentinelle. S'il faut le faire, je le ferai."

Pogba : "Je ne suis pas numéro 1 mais je suis prêt à tirer les penalties"

Equipe de France
Fekir ne sait pas comment reconquérir Deschamps : "J’ignore sur quoi il se base"
20/05/2022 À 12:12
Ligue des Nations
Deschamps : "Kylian Mbappé est Français, ça me va"
19/05/2022 À 16:55