C’est une action anecdotique dans un match qui ne le fut absolument pas, et qu’un coup franc de Michel Platini mal capté par Luis Arconada a définitivement fait entrer dans l’histoire du football français. Une phase qui ne dit rien du scénario mais beaucoup du contenu. On joue depuis quatre minutes lors de la finale de l’Euro 1984 et les Bleus ont le ballon dans leur camp. Positionné légèrement en retrait de ses défenseurs centraux, en position de libéro, Michel Platini contrôle et scanne le terrain.
Il choisit une solution simple : servir Luis Fernandez quelques mètres à sa gauche et se projeter. Fernandez donne à Jean Tigana, sur la même ligne après avoir également décroché très bas. Agressifs au pressing, avec une première ligne de quatre qui met le porteur sous pression, l’Espagne réagit à toutes les transmissions et permutations de l’équipe de France. L’espace ouvert par quelques passes a priori anodines, Platini lance Tigana, qui se projette dans le rond central et sert Alain Giresse de l’extérieur du pied. En quelques secondes, le ballon se retrouve devant la surface adverse et son porteur a du temps pour faire le bon choix. Ce que, cette fois, il ne fera pas.

Le jour où... Michel Hidalgo a failli se faire enlever

Ligue des champions
Tendus avant de conclure, Guardiola et City vont-ils surmonter leurs angoisses ?
IL Y A 15 HEURES

Carré d’as complémentaire

Cette phase de jeu quelques minutes après les dernières consignes du coach, qui ne reflète qu’à moitié une finale moins emballante que la demie face au Portugal, est symbolique de ce qu’était le football de Michel Hidalgo : construction au sol, permutations, création d’espace… et carré magique. Tous impliqués sur l’action, Platini, Giresse, Tigana et Fernandez formaient en effet un quatuor impressionnant, à la base de ce premier grand succès tricolore. Avec des rôles précis et complémentaires, relativisant l’idée des quatre meneurs numéros 10 souvent évoquée.
"On était plutôt deux que quatre meneurs de jeu, nuance d’ailleurs Alain Giresse dans l’ouvrage L’Odyssée du 10. Jean Tigana et Luis Fernandez étaient deux joueurs formidables et extraordinaires dans leur rôle, leur faculté de récupération des ballons, de relance, d’opportunisme comme pouvait l’avoir Luis pour venir s’insérer et marquer des buts. Mais c’était surtout Michel [Platini] et moi." Une répartition des rôles logique, Platini décrochant tellement pour toucher le ballon qu’il aurait été contre-productif de lui adjoindre trop de joueurs ayant besoin du cuir pour exister.
Positionnés devant la défense, sur le papier en tout cas, Tigana et Fernandez avaient deux profils différents. Exceptionnel casseur de blocs balle au pied, le premier était à certains égards en avance sur son temps. Travailleur inlassable, rare Français à encore multiplier les courses lors de la prolongation contre la RFA lors de la terrible demi-finale du Mondial 82, il était quelque part entre Johan Neeskens et Yaya Touré. Toujours dans le bon tempo pour attaquer l’espace, il donna la passe décisive qualifiant la France pour la finale 84, et celle du but de Bruno Bellone assurant le titre. Plus défensif, Fernandez se rapprochait plus du profil du porteur d’eau qui soulageait les meneurs des tâches défensives. Un profil plus commun, auquel il ajoutait une intelligence tactique lui permettant de prendre la profondeur à bon escient et une patte le rendant habile sous pression.

Le fameux carré magique en 1985 : Michel Platini, Luis Fernandez, Jean Tigana et Alain Giresse

Crédit: Getty Images

Différences par la passe

Car si cette équipe de France séduisait autant, c’est parce que (presque) tous ses membres étaient capables d’être des auxiliaires de création. Des joueurs capables de faire la passe qui casse les lignes, recevoir le ballon dos au jeu en appui ou se projeter si l’espace se libère. De quoi permettre toutes les libertés tactiques capables de perturber des adversaires beaucoup plus habitués à défendre le joueur que la zone, le tout sans "surjouer". Car si certaines projections, comme les montées du défenseur Maxime Bossis, pouvaient sembler risquées, elles entraient dans une logique collective.
Bien sûr, les Bleus des 80s n’étaient pas les Pays-Bas de 1974, machine dont les ressorts collectifs complexes (jeu en triangle, pressing, piège du hors-jeu) avaient pu être répétés en club depuis des années par toutes les stars de l’Ajax. Mais ils partageaient cette volonté de redoubler les passes pour créer de l’espace, tout le monde ayant le loisir de l’exploiter.
Une incitation au dépassement de fonction qui rendait presque inutile toute initiative individuelle : à l’image du coup franc obtenu par Lacombe en finale de l’Euro 84, où deux passes verticales de Tigana puis Platini avaient suffi pour arriver proche de la surface, la différence se faisait sans avoir recours au dribble, au résultat plus incertain.
Si Giresse, habitué à rester très haut et repiquer dans l’axe depuis la droite, était difficile à arrêter avec son centre de gravité très bas, et que la conduite de balle de Tigana reste encore aujourd’hui un modèle du genre, la star du quatuor de milieux était évidemment Michel Platini. Créateur libre, avec des décrochages rappelant ceux de son idole Johan Cruyff – quitte parfois à investir la zone d’autres éléments capables de bien remonter la balle –, il y ajoutait une formidable capacité à finir les actions. C’est d’ailleurs en pointe qu’il termina la finale contre l’Espagne à l’entrée de Bernard Genghini.

Michel Platini et Michel Hidalgo sur la pelouse du Parc des Princes après le sacre à l'Euro 1984

Crédit: Getty Images

Toujours l’envie de jouer

Genghini, qui retrouvait pour l’occasion son poste de meneur, était le dernier élément du carré magique originel. Un profil créatif, différent de Fernandez, dont la plus grande fragilité en phase défensive était compensée par une excellente qualité technique. En 1982, c’est souvent lui que les Français sollicitaient dès la première relance, l’intéressé étant excellent pour initier un une-deux lui permettant de partir dans le dos de son vis-à-vis sans avoir eu à lui faire face – ce qui permettait à Platini de rester un cran plus haut.
Deux ans plus tard, lors du match de groupes contre la Belgique gagné 5-0, Michel Hidalgo réussit même le pari d’associer ses Quatre Fantastiques originels à Luis Fernandez, aligné comme latéral droit. Un poste qu’il occupera tant bien que mal au coup d’envoi face au Brésil lors du légendaire quart de finale du Mondial 86, sous les ordres d’Henri Michel, avant de regagner l’entrejeu avec succès.
Les Brésiliens, qui unissaient Falcao et Cerezo derrière Zico et Socrates quatre ans plus tôt, auraient pu être des cousins de "lose magnifique". Mais, alors que la terrible élimination contre des Allemands physiques et directs et le succès final de l’Italie de Claudio Gentile et Paulo Rossi laissaient penser que le football allait vers moins de romantisme, Michel Hidalgo n’a pas trahi son idée de jeu. Et aucun bloc n’a jamais totalement réussi à empêcher ses artistes de se régaler entre les lignes.
"Pour moi, le plus grand tacticien qu’on ait eu en France, c’est lui, louait Jean-Marc Furlan dans L’Odyssée du 10. C’est le seul mec, et le monde entier enviait cette équipe, qui a fait jouer quatre milieux offensifs ensemble. Il faut le faire, en plus en sélection, où tu n’as pas énormément de temps. Très peu de gens ont souligné cette capacité stratégique fantastique." Mais tout le monde se souvient des émotions procurées par cette équipe qui a dû perdre avant de gagner. Du carré magique aussi, et de la formule trouvée par celui qui tenait la baguette.
Ligue des champions
Ce Real peut-il aller au bout ?
IL Y A 15 HEURES
Ligue des champions
L'héritier est-il enfin prêt à être sacré ?
IL Y A 3 HEURES