Si Liverpool ne prend ne serait-ce qu’un point à Brighton samedi (13h30), Tottenham n’abordera pas le choc de dimanche, à Chelsea (17h30), dans la peau du leader. Mais qu’importe. Entre l’armada de Frank Lampard et des Spurs vainqueurs de Manchester City samedi dernier (2-0), c’est bien un duel pour le titre qui se jouera du côté de Stamford Bridge. Avec la pression qui l’accompagne. Et les coaches des deux clubs londoniens ne sont visiblement pas d’accord sur l’identité de celui qui devra la supporter.

Vous voulez vous abonner à Eurosport ? Profitez de notre offre Black Friday

Premier League
Mount soulage Chelsea
IL Y A 15 HEURES

"Quand vous êtes favoris, vous savez pourquoi vous êtes favoris. Vous devez l’accepter et gérer cette pression, a expliqué Mourinho au sortir de la victoire contre Ludogorets jeudi (4-0). J’ai été dans des clubs qui étaient, disons-le, champions sur le marché grâce à leurs gros investissements. Je devais gérer cette pression. Donc maintenant, ce n’est pas à moi de le faire. C’est aux autres de gérer la pression, ce n’est pas pour nous". Le technicien portugais n’a cité personne, mais c’est tout comme.

"Si vous regardez les dépenses des deux dernières saisons..."

"Chelsea peut commencer avec James ou Azpilicueta, Chilwell, Alonso ou Emerson, Mendy ou le gardien le plus cher de l’histoire de la Premier League. Donc je ne me soucie pas de qui va jouer car ce ne sont que des très bons joueurs", a-t-il insisté. De manière un peu plus diplomatique, Lampard a donc été contraint de remettre les choses au clair devant la presse, vendredi. À commencer par le sujet du marché des transferts. "Si vous regardez les dépenses sur les deux dernières saisons, ce que Tottenham a fait l’été où je suis arrivé à Chelsea et ce qu’ils ont fait cet été, comparé à nous, vous verrez que c’est très proche".

Très proche… à quelques dizaines de millions près, puisque Chelsea a dépensé 292 millions d’euros depuis l’été 2019, contre 259 pour les Spurs. Mais à ce niveau de montant-là, impossible de contredire Lampard : "La pression est énorme dans tous les cas". "Elle le sera à Tottenham car José a construit une équipe fantastique et a des joueurs incroyables. Nous sommes dans la même position (…) C’est normal qu’un manager essaye de rejeter la pression". Fin du débat, et place au jeu.

Premier League
Tottenham bute sur Areola et avance encore au ralenti
13/01/2021 À 22:04
The Emirates FA Cup
30000 billets, maillots offerts et Mourinho potentiel entraîneur : le rêve éveillé du Marine FC
12/01/2021 À 17:45