Petit à petit, Raymond Domenech retrouve la parole. Silencieux lorsque la polémique a enflé au sujet de la main de Thierry Henry, le sélectionneur est sorti de son mutisme. Une première fois sur les ondes de France Bleu. Puis dans l'Express, dans une interview à paraître jeudi. Roselyne Bachelot, ministre des Sports, a été la première visée par Domenech. Amenée à donner son avis la qualification de l'équipe de France jeudi dernier sur RTL, Roselyne Bachelot s'était montrée critique envers les Français et leur sélectionneur : "Mes sentiments sont mitigés entre ce que je pourrais appeler un lâche soulagement et une grande inquiétude. On a eu une équipe de France qui était absolument asphyxiée, qui a obtenu son match nul à cause d'une grossière erreur d'arbitrage. L'équipe de France ne se résume pas heureusement au match tout à fait insuffisant qu'elle a livré hier soir mais si on continue comme ça (...) On ne va pas être bien en Afrique du Sud, ça va pas durer longtemps."

La ministre de la Santé et des Sports - dont la Fédération Française de Football dépend - n'en était pas restée là et avait ajouté qu'il fallait "vraiment que Raymond Domenech retravaille tout cela s'il veut les emmener en Afrique du Sud. Il ne peut pas se dire qu'il est sur un chemin de roses. J'ai envie de lui dire : Raymond, il faut vraiment que tu te mobilises, et que tes gars se mobilisent parce que, nous, les Français, on est quand même beaucoup inquiets et déçus."

Qualification 2010 Europe
La vidéo, éternel débat
24/11/2009 À 09:46

Crédit: From Official Website

"Cantona ? Il n'a pas réussi à qualifier son équipe"

On ne sait pas si Raymond Domenech aura rassuré Roselyne Bachelot. Mais force est de constater qu'il a répondu à la ministre des Sports. Mardi, le sélectionneur de l'équipe s'est fendu d'une réponse qui devrait faire parler quelque temps : "Si c'est tout ce qui inquiète Mme Bachelot en France, qu'elle se rassure : je suis mobilisé." Avant d'ajouter de manière ferme : "Mme Bachelot me demande de me "mobiliser". Moi, je ne m'occupe pas de gérer un ministère, je ne m'occupe pas de la santé." A bon entendeur.

Décidement très en forme, Raymond Domenech s'est également occupé du cas de Bixente Lizarazu, qui ne l'a pas raté ces derniers temps. "C'est bien gentil, les leçons de Bixente Lizarazu... Il est sympa, il a gagné quelque chose et j'en suis heureux pour lui, mais il ne doit pas oublier que lui aussi a vécu des moments difficiles, en 2002 par exemple." Quant à Eric Cantona, qui avait dit de Domenech qu'il "était le plus mauvais sélectionneur depuis Louis XVI", lui aussi a eu le droit à sa petite dédicace. "Je ne savais pas que Louis XVI avait été sélectionneur... Je mets Cantona dans le même lot que les autres. Il est entraîneur de beach-soccer et n'a pas réussi à qualifier son équipe pour la Coupe du monde. Qu'il fasse preuve de décence !"

N'est-il jamais fatigué par toutes ces attaques ? "Evidemment, il m'est arrivé d'être fatigué. Et puis je dors et, le lendemain, c'est reparti. Jamais je n'ai démissionné, jamais je ne démissionnerai. Plus la pression est forte, plus je suis motivé. L'adversité est mon élément. Quand règne le calme plat, je m'ennuie, je m'inquiète, même. (...) Partir maintenant n'aurait aucun sens. Cela voudrait dire que j'ai rempli ma mission et que je me fiche de la suite, ce serait donner raison à mes détracteurs."

Qualification 2010 Europe
Domenech parle d'Henry
24/11/2009 À 08:44
Qualification 2010 Europe
Domenech, mission accomplie ?
19/11/2009 À 19:07