Getty Images

Qualifications Mondial 2018 : Et maintenant, Isco prend son envol avec l'Espagne

Et maintenant, Isco prend son envol avec l'Espagne

Le 03/09/2017 à 10:20Mis à jour Le 03/09/2017 à 10:21

QUALIFICATIONS MONDIAL 2018 - Brillant la saison dernière avec le Real Madrid, Isco devient doucement tout aussi important avec la sélection espagnole. Auteur de deux superbes buts face à l'Italie (3-0), il a mis la Roja sur la voie directe vers le Mondial 2018.

Il était dans son jardin et a régalé. Auteur d'un retentissant doublé contre l'Italie de Gigi Buffon, Isco a permis samedi à l'Espagne de s'imposer dans un choc entre ténors européens sur la pelouse du Santiago Bernabeu (3-0). La Roja se dirige droit vers le Mondial russe. Le Madrilène, lui, poursuit son irrésistible montée en puissance. Après avoir gagné sa place en club grâce à ses performances remarquées la saison dernière, il fait de même en sélection. "C'est le match le plus important qui nous restait à jouer (dans ces qualifications), a noté le héros du jour. La soirée s'est passée à merveille et nous avons mérité notre victoire. Je suis content d'avoir pu aider l'équipe dans une soirée spéciale, au Bernabeu et contre l'Italie."

L'Espagne a surclassé l'Italie et Isco y est pour beaucoup. Aligné en faux numéro neuf par son coach Julen Lopetegui qui devait se passer de son habituel avant-centre Diego Costa, Isco a répondu présent et marqué deux buts somptueux. Le premier sur un coup franc léché qui a trompé Buffon et mis l'Espagne sur la bonne voie (1-0, 13e), le second sur une frappe à ras de terre du gauche de 20 mètres plein axe après s'être joliment mis en position de tir (2-0, 40e). "J'ai frappé deux fois au but et j'ai marqué deux fois !", relève Isco qui ne pouvait pas faire mieux au niveau de l'efficacité et pourrait bien durablement s'imposer à ce nouveau poste. L'oisif Diego Costa a en tout cas du souci à se faire.

"Davantage qu'un schéma tactique, il faut retenir l'attitude de tous les joueurs qui ont joué et de tous ceux qui sont entrés en jeu, a toutefois sobrement analysé Isco qui a cédé sa place en fin de match au revenant David Villa sous l'ovation du public madrilène. Nous sommes un groupe uni et nous le démontrons depuis longtemps". Le joueur du Real Madrid ne s'est pas illustré uniquement au tableau d'affichage.

Isco celebrates with Sergio Ramos

Isco celebrates with Sergio RamosGetty Images

Une explosion sur le tard

Ce talent, Isco a pourtant longtemps eu du mal à l'exprimer au niveau international. S'il a fêté sa toute première cape avec l'Espagne il y a près de quatre ans, peu après son passage de Malaga au Real Madrid, il a tardé à s'imposer comme un élément important de la Roja. Payant son manque de temps de jeu chez les Merengue et la forte concurrence au sein de la sélection espagnole, il a notamment raté de peu le Mondial 2014 et l'Euro 2016 et ne comptait qu'un petit but et aucune passe décisive à son actif avec la Roja lors de ses treize premières sélections. Les déceptions et le modeste rendement semblent désormais bien loin pour le milieu de terrain offensif de 25 ans.

Profitant de la longue blessure de Gareth Bale, il a brillé avec le Real Madrid en fin de saison dernière et est progressivement devenu dans le même temps un pion important du sélectionneur espagnol. Titulaire et passeur décisif en juin contre la Macédoine (victoire 1-2), il avait marqué contre Israël en mars (4-1) et face à l'Angleterre en amical en novembre dernier malgré son statut de remplaçant (2-2). Avec ses deux nouvelles réalisations contre l'Italie lors de sa 21e sélection, Isco est désormais impliqué sur cinq buts lors de ses cinq derniers matches avec l'Espagne. Il a raté les campagnes au Brésil et en France mais celle en Russie ne devrait pas lui échapper. Et avec lui, la Roja pourra nourrir de sérieuses ambitions.

Isco a ridiculisé Marco Verratti à plusieurs reprises samedi

Isco a ridiculisé Marco Verratti à plusieurs reprises samediGetty Images

0
0