Son retour n'est pas passé inaperçu. Forcément. Ousmane Dembélé n'a jamais laissé indifférent. Autant pour son talent exceptionnel que pour son incapacité à l'exploiter pleinement. Son parcours en équipe de France résume assez bien sa carrière jusqu'ici. Sa présence parmi les champions du monde sacrés en Russie à l'été 2018 disait tout de son potentiel. Son absence du groupe tricolore depuis le mois de novembre de la même année a traduit toutes ses peines à le confirmer. Deux ans et demi plus tard, il retrouve enfin les Bleus. Pour un nouveau départ.
Dembélé a changé. Ses statistiques (9 buts et 4 passes décisives en 35 matches toutes compétitions confondues) auraient plutôt tendance à minimiser son impact au Barça, où il est devenu un titulaire quasiment indiscutable. Mais pas au poste attendu. L'ancien Rennais s'impose comme le premier choix de Ronald Koeman pour le rôle d'avant-centre ces derniers temps. Un choix par défaut tant le Barça manque de solutions en pointe depuis qu'il a laissé filer Luis Suarez à l'Atlético de Madrid. Mais un choix qui porte ses fruits. Si son manque d'efficacité reste problématique, Dembélé reste sur trois buts sur ses quatre derniers matches joués dans l'axe de l'attaque barcelonaise. Il est décisif.
Qualif. Coupe du monde
Deschamps : "Je subis, on subit, mais je ne suis pas là pour mettre en cause qui que ce soit"
22/03/2021 À 16:11

Dans l'axe, c'est surpeuplé

C'est l'une des raisons qui a poussé Deschamps à lui redonner sa chance. "Il marque des buts et pourrait en inscrire davantage, a souligné le sélectionneur jeudi après avoir annoncé sa liste en conférence presse. Il a retrouvé le niveau qui est le sien. Ça a toujours été un joueur intéressant qui peut aussi être utilisé à plusieurs postes offensifs." Justement. Démbélé n'est plus seulement l'ailier virevoltant capable évoluer sur les deux côtés de la ligne offensive. Ses récentes performances à la pointe de l'attaque barcelonaise en font désormais une solution crédible au poste d'avant-centre.

Deschamps : "Il faut que Dembélé gagne petit à petit en maturité"

C'est peu de dire qu'il y a abondance de biens pour Deschamps dans ce rôle. Olivier Giroud reste l'option numéro un du sélectionneur. Ses 44 buts sous le maillot tricolore parlent pour lui et son association avec Antoine Griezmann donne largement satisfaction depuis plusieurs années. Kylian Mbappé a lui aussi démontré toutes ses qualités dans une position plus axiale, surtout dans un système à deux attaquants. Anthony Martial est également performant en numéro neuf avec Manchester United. C'est dans ce rôle que Deschamps l'a utilisé chez les Bleus à l'automne dernier. Et Wissam Ben Yedder complète un éventail très large d'options à ce poste pour la France.

Une question de système…

Les places sont chères dans l'axe de l'attaque tricolore. Mais si Dembélé par de loin, il a des arguments à faire valoir. Il offre des options de jeu variées avec sa capacité de prendre la profondeur comme à faire des différences dans les petits espaces. Il l'a montré au Barça, où sa relation technique avec Griezmann a de quoi donner des idées à Deschamps. Il donne aussi beaucoup de flexibilité tactique au sélectionneur par sa polyvalence, avec la perspective de pouvoir être repositionné sur un côté en cours de match.

Dembélé - Thuram : La preuve que Deschamps n'a pas d'idée arrêtée

L'utilisation de Dembélé est aussi une question de schéma. Deschamps a profité des rassemblements de l'automne dernier pour procéder à quelques essais, avec un système à trois défenseurs centraux en Suède (0-1) et contre la Croatie (4-2). Mais il semble quand même avoir sa préférence. "C’était le moment de voir autre chose, a expliqué le sélectionneur tricolore lundi devant les médias. Il y a un système que l’on connait bien car on a été performants. C’est un 4-2-3-1 ou un 4-4-2. C’est la meilleure organisation sur le terrain, mais on doit aussi s’adapter à l’adversaire."

… et un souci d'équilibre

Dans cette configuration, Dembélé peut jouer à tous les postes de l'attaque. Mais la réussite du duo Griezmann-Giroud dans l'axe laisse penser qu'il postule davantage pour un rôle d'ailier. La perspective d'un quatuor explosif avec Dembélé et Mbappé sur les côtés a de quoi faire saliver. Mais pas forcément Deschamps. Dans un souci d'équilibre de son collectif, le sélectionneur privilégie le plus régulièrement des milieux à vocation plus défensive pour occuper les couloirs. Comme Moussa Sissoko sur le côté droit. Ou Adrien Rabiot à gauche lors des matches de l'automne, dans un rôle un peu hybride qui n'était pas sans rappeler celui de Blaise Matuidi à la Coupe du monde 2018.
L'hypothèse d'un système avec deux véritables ailiers pour encadrer le duo Griezmann-Giroud a cependant du sens face aux oppositions moins relevées. Et pourquoi pas face à l'Ukraine, le Kazakhstan et la Bosnie-Herzégovine, les trois adversaires des Bleus pour ce premier rassemblement de l'année. La concurrence existe aussi sur les ailes pour Dembélé, avec Mbappé, Kingsley Coman et Thomas Lemar, également de retour en équipe de France. Mais le Barcelonais aura certainement sa chance, quel que soit le poste. A lui de la saisir pour s'installer enfin, et durablement, dans le groupe tricolore.

Fekir, Nzonzi, Thauvin... Neuf champions du monde loin des Bleus déjà condamnés ?

Euro 2020
DD préféré à ZZ sans condition: "On continue comme si rien ne s'était passé, or..."
09/07/2021 À 17:16
Euro 2020
Les tirs au but, tout sauf une "loterie" : "Mbappé a imité Bolt, c’est un signe de nervosité"
08/07/2021 À 16:47