Le jeu : Sans relief, encore

La synthèse de l'Ukraine et du Kazakhstan a fortement ressemblé à un système "Russie 2.0". Pour terminer ce rassemblement de mars mieux qu'il n'avait débuté il y a une semaine, Didier Deschamps a reconduit son 4-2-3-1 asymétrique avec Thomas Lemar à gauche et Kingsley Coman à droite. Lemar ayant pour rôle et avantage non-négligeable de travailler à la récupération en renforçant l'entrejeu. Peu en verve au Stade de France et décevant à Noursoultan, Kylian Mbappé a tout de même été titularisé, en pointe. Pour un résultat que l'on qualifiera de décevant.
Lors du premier acte, les Bleus ont brillé par un manque d'imagination patent. Peu d'initiatives, de création et, au final, pas de dépassement de fonction. A l'exception de Griezmann, qui s'est employé… dans sa moitié de terrain ou de Lemar qui a tenté à plusieurs reprises d'aller faire un tour dans l'axe, sans trop de réussite. Finalement, le meilleur joueur du premier acte fut… Hugo Lloris, auteur d'une parade magistrale (26e), ce qui n'est jamais bon signe.
Euro 2020
Vingt-six Bleus à l'Euro : à qui va profiter l'élargissement de la liste ?
04/05/2021 À 17:36
Au retour des vestiaires, Coman est passé côté gauche. Sans trop d'effet sur le jeu bleu. C'est sans doute pour cela que le Bavarois a laissé sa place à Olivier Giroud. Entré dans l'axe, le Londonien a vu, de près, Antoine Griezmann ouvrir le score de la tête. La suite a été un soupçon mieux. Un tout petit soupçon.
https://i.eurosport.com/2021/03/31/3021242.jpg

Les joueurs : Griezmann, what else ?

La France s'en est remise à ses tauliers en Bosnie. Antoine Griezmann, son patron et roi du dépassement de fonction, l'a, une nouvelle fois, sauvée alors que Raphaël Varane a brillé par son autorité. Si Thomas Lemar a marqué des points en vue de l'Euro, ce fut beaucoup plus compliqué pour Paul Pogba et les latéraux.

Le facteur X : Olivier Giroud

Certes, il ne touche pas le ballon sur le but d'Antoine Griezmann. Mais si le hasard a quelque chose à voir là-dedans, il fait très bien les choses. Une grosse minute après son entrée et alors qu'il faisait peser une menace (nouvelle) par sa seule présence dans la boite, Giroud a vu Grizou trouver la faille.

C'est moche mais est-ce que c'est grave ?

La stat : 35

Il en déjà a marqué deux ou trois plus importants. Mais celui-là, mercredi soir en Bosnie, fait du bien. Le but numéro 35 aura permis aux Bleus de fermer cette parenthèse avec un bilan comptable acceptable. Et à Grizou de mettre David Trezeguet (34 buts en 71 capes) dans ses rétroviseurs. Prochain arrêt : Michel Platini (41).

Le tweet qui fait relativiser ?

La décla : Hugo Lloris (France)

C'était un peu laborieux, surtout en première mi-temps mais l'état d'esprit est remarquable. On a mal joué mais on a gagné et ce n'est pas la première fois

La question : Faut-il être inquiet pour les Bleus ?

Et 1, et 2, et 3 matches très moyens. Le rassemblement de mars n'aura pas été une franche réussite, sur le plan qualificatif en particulier. On sait que la période est singulière, qu'il n'est pas évident d'être à 120% sur ces rendez-vous coincés entre la fin de l'hiver et le début du printemps et que c'est l'été que l'on gagne les titres (sauf au Qatar l'an prochain). On l'a aussi suffisamment répété : l'équipe de France de Didier Deschamps n'est pas une équipe tout feu, tout flamme. C'est une équipe de caractère. Et d'état d'esprit, comme l'a souligné Hugo Lloris après le match. Le crochet par Sarajevo ne nous a pas appris autre chose.
Il n'en reste pas moins que l'on peut se poser des questions. Après avoir buté sur l'Ukraine, les Bleus ont cruellement manqué d'idées et d'imagination lors d'une soirée qui pourrait se répéter l'été prochain. Tout le monde le sait désormais : face à des équipes qui refusent le jeu et acceptent de subir, les Bleus sont à la peine. L'Allemagne, battue dans le même temps par la Macédoine du Nord, n'offre guère de garanties et pourrait être tentée d'en faire autant le 15 juin à Munich.
Didier Deschamps va bien devoir se pencher sur le problème et trouver des solutions. D'ici la divulgation de la liste, il n'aura pas beaucoup de leviers à activer. D'autant que la liste, on la connait globalement et que l'on ne voit pas vraiment, parmi les joueurs qui comptent, qui serait menacé. Ajoutez à cela qu'elle pourrait être élargie à 25 ou 26 élus, par l'UEFA.
25 ou 26 membres, c'est possiblement ou deux ou trois têtes qu'on connait déjà. Ou, qui sait, l'occasion de mettre un petit coup de pied dans la fourmilière et aller chercher deux ou trois petits nouveaux. Ceux-là, on ne les voit pas souvent lors des rassemblements, trop courts pour se réinventer. Mais en amont d'une compétition, avec le temps dévolu à la préparation, il n'est pas interdit d'y songer. DD y pense, forcément.

Pas de progrès depuis le Mondial : Mbappé tout près du blocage chez les Bleus

Euro 2020
Deschamps annoncera sa liste pour l'Euro le 18 mai
03/05/2021 À 14:46
Equipe de France
Une liste claire, un onze en place et une ombre : Les Bleus avancent malgré tout
01/04/2021 À 10:50