Getty Images

Et si les Bleus faisaient coup double ?

Et si les Bleus faisaient coup double ?

Le 11/10/2019 à 19:23

QUALIFICATIONS EURO 2020 – Alors que les Bleus abordent en Islande et face à la Turquie le moment le plus sensible de leurs qualifications, les absents (Lloris, Pogba, Mbappé) sont nombreux. L’enjeu est double en ce mois d’octobre : valider leur billet pour l’Euro, bien sûr, et offrir enfin des alternatives crédibles au onze type de Didier Deschamps. L’un n’ira sans doute pas sans l’autre.

Le voilà, le moment critique. Un an et des poussières après le titre mondial, les Bleus n’ont pas vraiment connu de secousses majeures. Mais quatre mois après la défaite ignoble en Turquie (2-0), il faut bien passer à la caisse. Ce revers a placé la France sinon dans une position inconfortable au moins dans une légère urgence à laquelle elle ne s’attendait pas après le tirage au sort de son groupe de qualifications. Les champions du monde ne dominent pas leur poule. La Turquie les devance et ils sentent le soufflent des Islandais dans leur dos, à trois points.

Autant dire que ce double enchainement face aux deux autres prétendants à la qualification est le tournant de ces éliminatoires. Il ne faudra pas trop se nourrir de la volée infligée aux Islandais à l’aller (4-0), les locaux n'ont perdu que trois de leurs 23 derniers matches. Les quarts de finaliste du dernier Euro ont transformé en quasi-forteresse le Laugardalssvöllur, petite enceinte traversée par le vent dans laquelle ils n'ont perdu que trois de leurs 23 derniers matches.

Kylian Mbappé, Paul Pogba

Kylian Mbappé, Paul PogbaGetty Images

Les Bleus n’ont pas le sens du timing

Et on ne peut pas dire que l’équipe de France et ses forces vives aient le sens du timing. Avec Paul Pogba, Kylian Mbappé et Hugo Lloris blessés donc forfaits, c’est une bonne partie de la colonne vertébrale qu’il faut reconstruire. Alors oui, ça tombe plutôt mal. D’autant qu’Olivier Giroud, cloué sur le banc de Chelsea, manque de rythme, qu’Antoine Griezmann n’a pas encore retrouvé son meilleur niveau à Barcelone et qu’un vrai doute entoure l’état de santé de Lucas Hernandez. Bref, les champions du monde pataugent un peu en cet automne maussade.

Les Bleus ont l’occasion de faire coup double à Reykjavik et au Stade de France trois jours plus tard : se qualifier pour l’Euro, si tout va bien, tout en élargissant la base des joueurs fiables et en musclant leur banc de touche, leur point faible depuis quelques saisons déjà. Comme à la rentrée, marquée par le talent de Kinglsey Coman et la spectaculaire émergence internationale de Jonathan Ikoné, la France comptera sur ses plans B ou A’ :

  • Steve Mandanda, l’éternelle doublure, aura pour la première fois depuis trois ans la lourde tâche de faire oublier Hugo Lloris dans un match à très fort enjeu.
  • Corentin Tolisso devra assurer l’équilibre en l’absence de Paul Pogba et s’affirmer comme un pion essentiel du dispositif Deschamps.
  • Kingsley Coman, qu’on avait fini par oublier au fil de bulletins de santé alarmistes, devra prouver qu’il est plus qu’une roue de secours à Kylian Mbappé et que l’équipe de France ne peut plus se passer de son talent.

Vidéo - Tolisso : "Le Corentin d’avant la blessure était encore meilleur"

04:13

Septembre a lancé une nouvelle dynamique

Jonathan Ikoné et Wissam Ben Yedder, remplaçants inspirés à la rentrée, auront, eux aussi, leur mot à dire pour fournir au sélectionneur des armes dont il ne disposait plus depuis tant d’années (Gignac, Martial et Coman à l'Euro, Lemar, Thauvin, Dembélé et Fekir à la Coupe du monde 2018) : des seconds couteaux efficaces. Plutôt que de se lamenter sur les absences des cadres, le mois de septembre a lancé une dynamique nouvelle avec des têtes moins connues et il doit servir de tremplin. Ce mois d’octobre est beaucoup plus périlleux. L’équipe de France n’a pas le choix. A elle de se réinventer.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0