Getty Images

Le PSG, c'est fait : maintenant, Bernat part à la conquête de l'Espagne

Le PSG, c'est fait : maintenant, Bernat part à la conquête de l'Espagne

Le 12/10/2019 à 17:46

QUALIFICATIONS EURO 2020 - Arrivé sur la pointe des pieds il y a un peu plus d'un an, Juan Bernat fait désormais l'unanimité au PSG. Le latéral espagnol a maintenant une opportunité à saisir pour s'installer en sélection. Avec un objectif ambitieux : participer à l'Euro 2020 avec la Roja.

Il a retourné l'opinion. Qui pouvait légitimement croire en Juan Bernat quand il a posé ses valises à Paris au dernier jour du mercato d'été 2018 ? Ses quatre saisons sans relief au Bayern Munich et ses nombreux pépins physiques n'incitaient pas à l'enthousiasme. Au pire, il aurait passé son temps à l'infirmerie. Au mieux, son profil d'ancien ailier laissait toujours présager des trous d'air sur le côté gauche de la défense parisienne. Même à 5 millions d'euros, même à 25 ans, l'Espagnol n'a jamais été présenté comme une bonne affaire. Un an plus tard, il ressemble plutôt au casse du siècle.

Bernat a toujours fait l'unanimité, finalement. Quand il suscitait le doute à son arrivée. Ou quand il force l'admiration aujourd'hui. L'Espagnol a celle de Carlo Ancelotti. "Il est l'un des meilleurs latéraux gauches d'Europe du moment, a affirmé l'ancien entraîneur du PSG le mois dernier. On est loin du discours d'Uli Hoeness en octobre 2018. "Contre Séville, nous avons failli être éliminés et Bernat en aurait été le seul responsable. Ce jour-là, nous avons décidé de le vendre", avait lancé le président du Bayern, en référence à un quart de finale de Ligue des champions quelques mois plus tôt.

Vidéo - Hoeness : "Je m'excuse d'avoir insulté Bernat"

00:33

Le mode Ligue des champions

La Ligue des champions, c'est justement le terrain choisi par Bernat pour répondre à son ancien dirigeant. Celui où l'ancien espoir de Valence a fini par tenir des promesses égarées à Munich. Il y a réalisé des performances irréprochables sur le plan défensif. Il y a surtout inscrit des buts marquants, face à Liverpool (2-1), Naples (1-1) et même Manchester United, malgré la défaite (1-3). Dans cette compétition considérée comme le révélateur au plus haut niveau, l'Espagnol s'était déjà affirmé comme l'un des joueurs les plus fiables d'Europe à son poste la saison passée. En plus d'être décisif.

Il a parfaitement choisi son moment pour le confirmer sur cette saison. Rien ne pouvait lui donner davantage d'exposition sur sa péninsule natale que la venue du Real Madrid au Parc des Princes. Bernat a remis le mode Ligue des champions avec une passe décisive pour Angel Di Maria et une autre pour Thomas Meunier. Au bout du compte, il a eu un impact monumental sur la correction infligée par Paris à la Maison Blanche. Il a confirmé un niveau de jeu très élevé dans la compétition reine des Coupes d'Europe, face au club le plus titré. Et toute l'Espagne au pu s'en rendre compte.

Thomas Meunier et Juan Bernat

Thomas Meunier et Juan BernatGetty Images

Un concours de circonstances

Bernat était déjà revenu dans les radars de la sélection espagnole. Ses performances avec le PSG lui avaient permis de retrouver la Roja en mars dernier, quasiment quatre ans après sa dernière convocation en équipe nationale. Il avait même été titulaire face à Malte (0-2) avant de sortir sur blessure peu avant l'heure de jeu. Sa régularité au plus haut niveau a une nouvelle fois été récompensée quand Robert Moreno l'a inclus dans sa liste pour ce rassemblement d'octobre et les matches éliminatoires pour l'Euro 2020 face à la Norvège et la Suède.

Mais l'arrière gauche du PSG a surtout bénéficié d'un concours de circonstances favorables. Les blessures de Jordi Alba et José Gaya ont privé le sélectionneur espagnol de ses deux premières options à ce poste. Si compétitif soit-il avec le Paris Saint-Germain, Bernat reste pour l'instant derrière les joueurs du Barça et de Valence dans la hiérarchie établie par Moreno et par ses prédécesseurs. Et il reste en concurrence avec Sergio Reguilon, le défenseur de Séville prêté par le Real Madrid, pour un statut de titulaire.

Jordi Alba et Juan Bernat

Jordi Alba et Juan BernatGetty Images

"Compliquer les choix du sélectionneur"

Bernat n'est cependant pas du genre à mettre la charrue avant les bœufs. Même s'il est titulaire et performant dans un club qui ambitionne de remporter la Ligue des champions, l'Espagnol ne revendique rien. Et savoure chaque chose comme elle vient. "Je suis fier d'être de retour dans l'équipe, a-t-il expliqué dans une interview accordée au quotidien As. C'est une première reconnaissance que j'attendais parce que faire partie de cette équipe est l'une des plus grandes joies que puisse ressentir un footballeur. Au moins dans mon cas."

Mais l'humilité n'interdit pas l'ambition. Bernat n'a pas caché la sienne. Jusqu'ici, il n'a jamais eu la chance de disputer un grand tournoi international avec la Roja. Dans la forme de sa vie en club, le Parisien a la meilleure opportunité de sa carrière pour connaître enfin cette expérience lors de l'Euro 2020. "Je donnerai beaucoup pour ça, a-t-il avoué. Mais il faut que je garde un rendement de haut niveau avec le PSG. Tout passe par là. Ce n'est pas facile d'intégrer la Seleccion, mais je me battrai pour compliquer les choix du sélectionneur." Bernat a des raisons d'y croire. Ne serait-ce que parce qu'il en est là, alors que personne ou presque ne croyait en lui.

Juan Bernat a ouvert le score pour le PSG face à Liverpool

Juan Bernat a ouvert le score pour le PSG face à LiverpoolGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0