Getty Images

Du transfert raté à une possible action en justice : Monchi (Roma) raconte les dessous du cas Malcom

Après le raté Malcom, la Roma veut porter l'affaire devant la justice

Le 25/07/2018 à 09:24Mis à jour Le 25/07/2018 à 10:29

SERIE A - Enervé par la tournure de l'affaire Malcom, finalement parti au FC Barcelone alors qu'un accord avec le club italien avait été conclu, les dirigeants de l'AS Roma ont fait savoir par la voix de leur directeur sportif, Monchi, qu'ils pourraient porter l'affaire en justice. Voici le récit d'une affaire complètement folle.

Cela restera probablement LE feuilleton de ce mercato estival. Alors qu'il devait s'engager en faveur de l'AS Roma lundi soir, Malcom est finalement devenu quelques heures plus tard un joueur du FC Barcelone avec qui il va s'engager pour cinq saisons mercredi (après avoir satisfait sa visite médicale) contre la somme de 41 millions d'euros, plus un million en bonus. Toute cette histoire rocambolesque s'est, elle, bouclée en moins de 24 heures.

Flouée dans cette histoire qui a mélangé business et morale, la Roma a fait savoir sa position en début en soirée par la voix de son directeur sportif, le célèbre Ramón Rodríguez Verdejo "Monchi". L'ancien homme fort du Séville FC s'est ainsi longuement exprimé à la chaîne officielle du club pour clarifier la situation. Selon lui, la Roma a eu par deux fois un accord avec toutes les parties (club, agents, joueur) pour récupérer Malcom, avant de se voir demander par Bordeaux de revoir ses prétentions à la hausse.

Déçu de la tournure des événements, Monchi a annoncé que la direction du club envisageait à l'heure actuelle de porter l'affaire devant les tribunaux. "Avec le club et les juristes on étudie l'option de porter cela devant la justice. Il est vrai que rien n'était signé, mais nous disposons de messages des agents et du président de Bordeaux qui stipulent qu'un accord était conclu."

Lundi 23 juillet : premier accord, arrivée du Barça et retour à la hausse

L'histoire d'amour entre Malcom et la Roma a duré moins d'une semaine. Les deux clubs étaient en effet en discussions intenses depuis plusieurs jours avant de trouver un accord lundi vers 17h00, le joueur recevant, lui, une permission de voyager en Italie dans la soirée. "Stéphane Martin (le président de Bordeaux, ndlr) m'a appelé pour me dire qu'il y avait beaucoup de rumeurs concernant le transfert et que selon eux il serait bien avisé de faire un communiqué officiel", a précisé Monchi. "Je lui ai dit que pour nous, cela n'était pas idéal car le club était côté en bourse et que nous devions respecter certaines règles. Mais il a insisté. (...) Tout était bouclé. Une heure après l'annonce, il y a des rumeurs concernant un nouvel intérêt du FC Barcelone."

L'arrivée du Barça dans les négociations va tout changer et pour tout le monde. Bordeaux va se retrouver en position de force pour vendre et va utiliser son pouvoir. "Il est vrai que depuis plusieurs jours je savais que beaucoup d'équipes suivaient Malcom. Le FC Barcelone était l'une de ses équipes", a reconnu Monchi. "J'ai appelé Stéphane Martin et il m'a dit que le FC Barcelone a transmis une offre supérieure à la nôtre et que si nous n'augmentions pas la nôtre, il se pourrait qu'on ne récupère pas le joueur. Je lui ai rappelé que nous avions un accord, que le transfert était bouclé. Mais il a rétorqué que rien n'était signé, même si nous avions déjà échangé quelques documents à signer."

Contre toute attente, James Pallotta, le président de l'AS Roma, va répondre favorablement à la demande des dirigeants de Bordeaux. La Roma va bien surenchérir par rapport au Barça. "Il a insisté, donné son plein consentement et il m'a dit : 'Vas-y'," a ajouté Monchi qui voulait tout stopper lundi soir de son côté. "J'ai alors indiqué au président de Bordeaux et aux agents du joueur que la Roma était prête à surpasser l'offre du Barça. A 23h00, nous avons transmis un document officiel avec le montant de l'offre que le président Pallotta était prêt à payer."

Monchi

MonchiGetty Images

Mardi 24 juillet : Nouvel accord, le Barça revient, fin de l'histoire

Le retour en force de la Roma va permettre à la ville éternelle de dormir sur ses deux oreilles : Malcom va bien devenir un joueur de la Roma, c'est n'est qu'une question de temps. Cela va exactement durer douze heures montre en main. La dernière réunion entre les agents de Malcom et les dirigeants bordelais va achever les espoirs du club italien de boucler le dossier.

"Les agents du joueur et le président bordelais m'ont dit que tout était bouclé, qu'on pourrait échanger les documents mardi et que le joueur pourrait être à nouveau autorisé à voyager à Rome dans la matinée", a précisé Monchi. "Tôt ce matin, j'ai parlé avec Fernando Garcia, l'un des agents de Malcom, qui avait un rendez-vous avec la direction de Bordeaux à midi pour confirmer que tout était en place pour que le joueur voyage à Rome dans la journée".

"Après leur réunion, j'ai été à nouveau surpris d'apprendre que les agents et Bordeaux désiraient une nouvelle offre à la hausse car le FC Barcelone continuait à pousser de son côté pour conclure l'affaire. Je leur ai dit stop, que nous ne voulions pas débuter une vente aux enchères et qu'on ne pouvait pas continuer comme ça. Surtout, nous avions augmenté notre offre à la seule demande de notre président. C'est comme ça que tout a pris fin."

A l'image d'un chat, Monchi et la Roma vont retomber sur leurs pattes. L'Espagnol a d'ailleurs l'esprit tourné vers sa future conquête. "Si quelqu'un veut venir à la Roma c'est génial. Mais s'il ne veut pas venir au dernier moment et bien on ne veut pas de lui. Je veux rassurer les supporters : on travaille sur le profil d'un autre joueur, aussi fort, si ce n'est plus fort, que Malcom."

Malcom sous ses nouvelles couleurs du FC Barcelone
0
0