Getty Images

La Lazio vise le sommet de l'Olympe

La Lazio vise le sommet de l'Olympe

Il y a 23 heuresMis à jour il y a 1 heure

SERIE A - Vraie surprise de cette saison, la Lazio Rome ne peut plus se cacher. Après plusieurs saisons à jouer le top 4, l'équipe de Simone Inzaghi, reléguée à un seul point du duo de tête composé de la Juventus et l'Inter, est une sérieuse candidate au scudetto. Dimanche, face au club lombard (20h45), les Biancocelesti vont disputer l'un des matches les plus importants de leur histoire récente.

Les paroles de Toni Malco n'ont jamais sonné aussi vrai. Tifoso de la Lazio, cet artiste romain des années 80 n'est autre que celui qui a composé "Vola Lazio vola", l'hymne des Biancocelesti depuis trente ans. "Un aigle vole dans le ciel, et toujours plus haut il s'envolera...", récite ainsi son refrain. Cette saison, on peut dire sans sourciller que le fameux aigle Olimpia, mascotte du club et qui fait le tour de l'Olimpico avant chaque rencontre depuis maintenant dix ans, n'a jamais volé aussi haut.

Reléguée à un seul point de la Juventus et l'Inter, le duo de tête, la Lazio ne peut plus se satisfaire d'une simple qualification en Ligue des champions. Après vingt ans, elle peut viser un nouveau scudetto. Ou du moins en rêver. C'est notamment le fruit du travail de Simone Inzaghi, son entraîneur. Pour le frère cadet de "Pippo", qui fait désormais partie du gotha des entraîneurs italiens, tout a basculé un jour de juillet 2016.

Merci Bielsa !

Alors en quête d'un entraîneur, Claudio Lotito, le président du club romain, décide de jeter son dévolu sur un certain Marcelo Bielsa. Entre les parties, les négociations ne sont pas des plus simples. Mais après plusieurs jours de rebondissements, la Lazio annonce officiellement l'arrivée de l'ex-coach de l'OM le 6 juillet 2016. "Le contrat de Bielsa et son staff a été déposé à la Ligue", pouvait-on lire dans un communiqué. A ce moment, Marcelo Bielsa est donc officiellement le nouvel entraîneur des Biancocelesti.

Marcelo Bielsa - Septembre 2017

Marcelo Bielsa - Septembre 2017Getty Images

Mais deux jours plus tard, un nouveau communiqué annonce l'improbable : l'Argentin a décidé de démissionner. "On en prend acte avec stupeur", confirme alors la Lazio, parlant de "violation des engagements et contrats signés". Pour succéder à Bielsa, à qui appartient donc probablement le mandat le plus court de l'histoire, le club romain nomme Simone Inzaghi, qui avait déjà assuré l'intérim de la fin de saison précédente après le licenciement de Stefano Pioli. Sans le savoir, la Lazio vient de prendre la meilleure décision possible. Merci Bielsa.

" C'est le véritable top player de cette équipe"

En l'espace de trois saisons et demie, l'ancien international italien (3 sélections) a changé la vie de tout un club. Passé par la Primavera (équipe des jeunes, ndlr) de la Lazio, Inzaghi est la grande révélation de ces dernières années en Serie A. Fin tacticien, il a cette capacité à créer un contexte favorable à l'ensemble de ses joueurs. Et donc de tirer le meilleur de chacun d'entre eux. Pragmatique, l'entraîneur italien a rapidement adopté un 3-5-2 méticuleusement travaillé. Et il a su le faire évoluer au fur et à mesure des années, tant en fonction des départs que des arrivées. Vérticalité, rapidité, équilibre : son système, ses idées et ses joueurs n'ont jamais autant fusionné que cette saison.

"Inzaghi est destiné à entraîner un top club européen. L'été dernier, il pouvait aller à l'AC Milan. Il a eu d'autres offres importantes", nous confie Francesco Pietrella, journaliste à La Gazzetta dello Sport. Pisté également par la Juventus, Simone Inzaghi a toutefois décidé de poursuivre son aventure avec la Lazio. "Il a redonné aux tifosi le droit de rêver après des années d'anonymat. C'est le véritable top player de cette équipe. Tout ce qu'il touche se transforme en or, son groupe est comme sa famille", ajoute celui qui suit le quotidien du club romain depuis des années.

Record(s) et défense de fer

Depuis son arrivée sur le banc, Simone Inzaghi a (déjà) ramené une Coupe d'Italie (2019) et deux Supercoupes d'Italie (2017, 2019). En plus de deux finales perdues (2016 et 2017). Avec lui, la Lazio a retrouvé un élan. Mais pour l'heure, il ne lui a pas encore permis d'atteindre l'un des grands objectifs du club : un retour en Ligue des champions. Il s'en est parfois fallu d'un cheveu, comme lors de saison 2017-2018, où le club romain a terminé quatrième a égalité avec l'Inter. Mais la confrontation directe, perdue lors de la dernière journée à l'Olimpico, avait tout fait voler en éclat.

Simone Inzaghi - Lazio-Juventus - Serie A 2019/2020 - Getty Images

Simone Inzaghi - Lazio-Juventus - Serie A 2019/2020 - Getty ImagesGetty Images

Cette saison, une qualification en C1 se semble qu'une simple formalité. Avec 14 points d'avance sur la Roma (record dans le gestion Lotito), 5e, elle ne devrait plus échapper à Ciro Immobile et ses coéquipiers. Et à vrai dire, le premier réflexe n'est plus de regarder vers le bas. Mais bien vers le haut, le duo Inter-Juve n'est qu'un à un seul petit point... Depuis son titre en 2000, jamais le club romain n'avait été aussi haut lors de la phase retour. Mieux, avec 11 victoires consécutives entre octobre et janvier, les Biancocelesti ont battu leur record historique.

Avec 20 buts encaissés cette saison, la Lazio possède actuellement la meilleur défense du championnat italien avec l'Inter. Et symbole d'un équilibre sans faille, elle se classe deuxième au classement des meilleures attaques (53 buts) derrière l'Atalanta (61 buts). Des chiffres qui peuvent légitimer l'ambition du titre.

Des cadres de retour

Après une saison dernière parfois difficile, le club romain peut à nouveau compter sur ses cadres pour décrocher le graal. Il suffit de prendre l'exemple de Luis Alberto, auteur de 4 buts et 13 passes décisives en 27 matches (toutes compétitions confondues). La saison passée, il s'était arrêté à 6 buts et 6 passes décisives. De retour à son meilleur niveau, l'international espagnol (1 sélection) est un régal à voir jouer. Avec sa technique et sa vista, il peut changer l'histoire d'un match en un seul geste. C'est le phare, le cerveau et la lumière de son équipe. "Il a le niveau pour jouer au Barça ou dans un club qui vise la Ligue des champions", assure Francesco Pietrella.

Immobile

ImmobileGetty Images

Avec 25 buts en 23 matches de championnat, Ciro Immobile est lui aussi l'un des grands artisans de la saison fantastique de son équipe. Et que dire de Francesco Acerbi, véritable leader de la défense à trois de Simone Inzaghi ? Buteur dans le dernier derby romain (1-1), le défenseur a pris une nouvelle dimension. Au point de gagner une place de titulaire avec la sélection italienne.

Et puis, dans cette colonne vertébrale, il y a enfin Sergej Milinkovic-Savic. Après avoir connu lui aussi des bas la saison passée (mercato agité, condition physique...), le milieu serbe a retrouvé de sa superbe. Par son activité et sa dimension physique, il est indispensable au onze titulaire de son entraîneur. Avec 4 buts et 7 passes décisives, le "Sergent" de nouveau régner l'ordre.

Alors, la Lazio peut-elle le faire ?

C'est la grande question. Sur le papier, la Lazio semble moins armée que ses concurrents directs. La Juve s'est renforcée l'éte dernier, l'Inter a fait de même cet hiver. Et si Felipe Caicedo est bien plus qu'un joker de luxe, Olivier Giroud aurait fait du bien au club romain. "Son arrivée était importante. Elle aurait apporté de l'expérience pour ce genre de combat et de quête", nous répond Francesco Pietrella. La profondeur de banc pourrait donc être l'un des facteurs décisifs dans cette course à trois. L'expérience aussi.

Vidéo - Giroud s'est-il lui-même fermé les portes de l'Euro ?

09:30

Toutefois, il est à souligner que la Lazio n'a plus qu'une compétition à disputer. Contrairement à la Juventus (Coupe d'Italie + Ligue des champions) et l'Inter (Coupe d'Italie + Ligue Europa), le club romain peut se focaliser sur le championnat. Un élément à ne pas sous-estimer. "Malgré ça, l'effectif reste inférieur à celui de ses deux concurrents", tempère le journaliste du quotidien transalpin.

Si elle ne part pas forcément favorite sur le papier, la Lazio a tout de même sa carte à jouer. Il suffit de rappeler ses deux victoires face à la Juve en décembre : la première en championnat (3-1) et la deuxième en finale de la Supercoupe d'Italie (3-1). Les difficultés actuelles de la Vieille Dame ont également de quoi la faire espérer. En huit ans de règne incontesté, son trône n'avait que rarement autant vacillé.

Dimanche, à l'occasion de la réception de l'Inter (20h45), Simone Inzaghi et ses soldats ont donc l'occasion de frapper un énorme coup. Dans un Olimpico blindé, ils tenteront de faire d'une pierre deux coups. Tout d'abord, gagner pour dépasser les Nerazzurri au classement. Ensuite, se venger de la défaite (1-0) à Giuseppe Meazza lors de la phase aller. Rappelons que de l'autre côté des Alpes, deux clubs à égalité sont départagés par leurs confrontations directes. Autant dire que dimanche, le butin en jeu sera colossal.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313