Leonardo, le Brésil et l'AC Milan. Voilà une connexion qui a souvent marché dans l'histoire plus ou moins récente. Il faut dire que l'actuel directeur sportif du PSG ne s'est que rarement trompé quand il a voulu piocher dans son pays natal. A l'été 2003, c'est lui qui est à l'origine de l'arrivée de Kakà à l'AC Milan. Thiago Silva, c'est lui aussi. Même chose pour Alexandre Pato. Des noms inconnus du grand public à leur arrivée en Lombardie. Mais il y a eu aussi quelques erreurs de casting, comme Felipe Mattioni ou encore Digão, le frère de... Kakà.
En janvier 2019, et alors qu'il est revenu à l'AC Milan depuis seulement quelques mois, Leonardo (ré)active la connexion Brésil-Milan. L'objectif se nomme Lucas Paquetà, international brésilien et dont tout le monde dit le plus grand bien. Pour l'arracher à Flamengo, le directeur sportif milanais est prêt à tout. Au point de proposer 35 millions d'euros plus des bonus. "Leo", qui entretient de bonnes relations avec le club brésilien et l'agent du joueur, boucle rapidement le deal. Le PSG, qui était également intéressé à l'époque, est battu. Le 3 janvier, le transfert de Paquetà est officialisé.
Presque deux ans plus tard, voilà ce dernier en passe de rejoindre l'OL pour environ 20 millions d'euros. Pas en prêt comme envisagé, mais bien en transfert définitif du côté des Gones. "La fin d'une histoire qui s'annonçait prometteuse mais n'a jamais vraiment décollé", écrit La Gazzetta dello Sport ce mardi sur son site. Avant cette nouvelle aventure qui s'apprête à démarrer, flashback sur celle en passe de s'achever.
Serie A
De retour au bercail : Kean revient à la Juve
31/08/2021 À 07:25

Des débuts prometteurs, puis...

Janvier 2019. Alors sur le banc de l'AC Milan, Gennaro Gattuso ne tarde pas à aligner sa nouvelle recrue. Une semaine après son arrivée, le Brésilien est en effet titularisé face à la Sampdoria Gênes en Coupe d'Italie. Pas le temps de s'acclimater que le voilà déjà dans le grand bain. Sa première apparition en championnat arrive dans la foulée, et toujours sur la pelouse de Marassi, mais cette fois contre le Genoa. Dans le 4-3-3 milanais, il est aligné relayeur droit par son entraîneur. Les tifosi milanais découvrent alors un joueur bourré de talent et de technique. Pour se mettre en valeur, Paquetà n'hésite pas à étaler toute sa palette d'entrée, avec notamment des dribbles qui rappellent à Massimo Ambrosini, ancien joueur de Milan devenu consultant à Sky Italia, un certain... Neymar.

Lucas Paquetà

Crédit: Getty Images

Protégé de Leonardo, Lucas Paquetà réussit donc ses débuts en Lombardie. Il enchaîne même les matches. Entre mi-janvier et fin mars, le Brésilien démarre titulaire neuf fois sur un total de dix rencontres. Mais son temps de jeu diminue ensuite : 54 minutes contre le Chievo lors de la 27e journée, 45 minutes dans le derby perdu face à l'Inter... et remplaçant dix jours plus tard contre la Sampdoria. De quoi agacer en interne, notamment Leonardo. Le dirigeant brésilien ne l'avouera jamais publiquement, mais il peinait à comprendre son positionnement sur le terrain. Pour lui, Paquetà devait jouer plus haut. Et avec plus de libertés, notamment dans la création. Adepte d'un football offensif, que lui-même avait appliqué lors de passage sur le banc milanais, Leonardo n'est pas en symbiose avec celui de Gattuso.
Une blessure à la cheville droite éloigne ensuite Paquetà des terrains pendant plusieurs semaines. La fin de saison arrive, Paquetà retrouve les terrains mais rate les trois derniers matches pour suspension. Milan échoue à un point de la C1, Gattuso et Leonardo claquent la porte dans la foulée. Voilà le Brésilien orphelin d'un dirigeant qui l'aimait et d'un entraîneur qu'il appréciait. "Il m'a beaucoup appris, confiait-il à Sky Italia en août 2019. Avec lui, mon adaptation a été plus simple. Gattuso m'a enseigné beaucoup de choses." L'ex-joueur de Flamengo boucle sa moitié de saison avec un but et deux passes décisives en 17 matches.
Paquetà est trop brésilien
Pour remplacer Gattuso, Marco Giampaolo débarque. Son fameux 4-3-1-2 aussi. Dans ce schéma, Paquetà est d'abord confirmé en tant que relayeur. "C'est un joueur qui peut faire aussi bien la phase offensive que défensive, même s'il sait mieux faire la première", explique alors l'entraîneur milanais, qui sera rapidement débarqué de son poste. Face à l'Hellas Vérone, lors de la 3e journée, Giampaolo avait tenté l'expérience d'avancer le Brésilien d'un cran dans un 4-3-2-1. Ce sera la seule fois.
"Il est un peu trop brésilien dans son jeu", lâchera même l'entraîneur milanais, reprochant à son joueur de ne pas être assez "concret". "Je suis fier d'être brésilien", lui rétorquera Paquetà sur Instagram sans jamais citer son coach. Le Brésilien est un joueur qui a besoin de confiance et marche à l'affect. Il aime quand son entraîneur le protège des critiques, comme Gennaro Gattuso l'a souvent fait à Milan. A Rudi Garcia d'en prendre note.

Transferts - Qui est Lucas Paquetá, dans le viseur de l'OL ?

Giampaolo viré, Paquetà doit alors composer avec un troisième entraîneur en l'espace de dix mois. Pas idéal. Avec Stefano Pioli, Milan repasse initialement en 4-3-3. Le Brésilien, lui, reste donc relayeur. Mais son influence reste limitée malgré un temps de jeu plus que correct : Pioli le titularise lors de ses six premiers matches sur le banc milanais. Bilan : aucun but et aucune passe décisive. Paquetà est bourré de talent, mais il peine de plus en plus à le montrer. Dans un football tactique comme en Serie A, il semble quelque peu freiné par ce qui lui est demandé. Pioli commence alors à s'en passer. "Il va bien, il s'entraîne bien aussi et je peux comprendre qu'il ne soit pas content de ne pas jouer, expliquait l'entraîneur italien en janvier dernier. Mais moi, je veux une équipe équilibrée sur le terrain."

Changement fatal

En difficulté, Paquetà le sera encore plus après le changement de système milanais. Le 4-3-3 se mue peu à peu en 4-2-3-1, Stefano Pioli trouve son onze titulaire et le Brésilien n'y figure pas. La paire Kessié-Bennacer se révèle au milieu, Ante Rebic explose devant et Hakan Calhanoglu retrouve (enfin) son niveau au poste de numéro 10. Samu Castillejo et Alexis Saelemaekers, débarqués fin janvier, se partagent le côté droit. Résultat, le Brésilien est cantonné au banc. Pis, son équipe tourne sans lui, elle qui vient d'aligner 17 matches sans défaite (série en cours).
En fin de saison dernière (32e journée), Paquetà a eu une nouvelle (et ultime) chance en démarrant titulaire sur la pelouse du Napoli. En vain. Pioli le remplacera à la mi-temps. La suite ? Onze petites minutes en six matches. Et aucune cette saison. "Il a des difficultés à trouver sa place sur le terrain, expliquait le technicien lombard il y a quelques jours. C'est un joueur avec des caractéristiques particulières. On verra ce qu'il se passera sur le mercato." La réponse n'a pas tardé à arriver. En passe de devenir un nouveau joueur de l'OL, Paquetà a une nouvelle histoire à commencer. Et une carrière à relancer.

Lucas Paqueta lors d'un match amical opposant l'AC Milan à Monza, le 5 septembre 2020

Crédit: Getty Images

Serie A
Une "banderole honteuse" : Hysaj visé par des supporters d'extrême droite à la Lazio
20/07/2021 À 10:37
Serie A
Un divorce impossible : Pourquoi Ronaldo a décidé de rester à la Juve
16/07/2021 À 21:27