En Italie, la prudence est mère de sûreté. Mais la superstition aussi. Alors, au regard de ces quelques lignes, les tifosi de l'Inter Milan vont probablement tenter de conjurer le sort en effectuant tous les gestes barrières possibles et inimaginables. Mais il faut bien dire que cette fois, leur club est tout proche de mettre fin au règne de la Juventus dans la Botte. Après presque une décennie, la Vieille Dame, troisième et reléguée à douze points des Nerazzurri, se prépare à céder son trône, sa couronne et tutti quanti.

Comment Conte a mis en orbite son duo Lukaku-Lautaro vers le titre

L'AC Milan (2e), qui a longtemps fait la course en tête et s'était mis à croire en un rêve interdit, semble lui aussi proche de rendre les armes. Dix victoires de suite, onze points d'avance à neuf journées de la fin : les Cugini (cousins en italiens, ndlr) de l'Inter sont lancés vers leur 19e scudetto. Et rien ne semble pouvoir les arrêter. Il est encore un peu tôt pour broder le "tricolore" sur le maillot bleu et noir, mais il peut-être temps de retrouver une machine à coudre probablement pleine de poussière. On ignore, d'ailleurs, si Romelu Lukaku et Lautaro Martinez s'y connaissent en couture, mais une chose est sûre : si l'Inter en est là aujourd'hui, la "Beneamata" peut remercier ses deux attaquants.
Serie A
Deux cartons rouges, trois penalties et la Juve s’en sort dans la polémique
15/05/2021 À 18:03

Bud Spencer et Terence Hill

Si les protagonistes de ce probable 19e scudetto sont nombreux (De Conte à Skriniar, de Bastoni à Brozovic...), ils comprendraient probablement cette mention spéciale à leurs deux coéquipiers, qui forment depuis maintenant deux saisons la fameuse "Lu-La" en attaque. Un duo de choc qui terrasse à peu près tout sur son passage. A l'image de Bud Spencer et Terence Hill dans les westerns des années 70-80.
Le premier serait certainement incarné par "Big Rom", véritable bulldozer pour les défenses adverses. Dos au but, le Belge est à la limite de l'injouable. Protection de balle, décalages : ses progrès sont notoires depuis son arrivée en terre lombarde. Une fois lancé en profondeur, son adversaire direct n'a plus qu'à prier pour le stopper. Soit il l'anticipe en début de course, soit il est battu d'avance. A ses côtés, Lautaro est son Terence Hill. Plus gringalet mais toujours prêt à exploiter l'énorme travail de son coéquipier. Les deux sont tout simplement complémentaires. Avec 36 buts, ils forment le deuxième duo le plus prolifique d'Europe derrière Lewandowski-Müller (45 buts), mais devant Ronaldo-Morata (33), Kane-Son (33) et Messi-Griezmann (31).
https://i.eurosport.com/2021/04/09/3026076.jpg
Dans le détail, Lukaku a inscrit 21 buts cette saison en Serie A. Pour Lautaro, un peu moins : 15 réalisations. Mais les deux compères comptent chacun 8 passes décisives. Peu importe qui marque, l'important est aussi de faire marquer. La "Lu-La" l'a bien compris. Lors des quatre dernières rencontres (Torino, Bologne, Sassuolo, Cagliari), l'Inter a marqué six fois. Les buteurs ? Le Belge à trois reprises, l'Argentin à deux. Le jeu de l'Inter, parfois critiqué pour son excès de prudence, se repose en grande partie sur eux.
Lautaro a joué tous les matches de championnat cette saison (23 titularisations, 7 entrées). Lukaku en a manqué un seul (contre Parme, 2-2) en début de saison. Avec 68 buts, le club lombard possède d'ailleurs la meilleure attaque de Serie A avec l'Atalanta Bergame. Sur le papier, il est vrai qu'Antonio Conte, l'entraîneur des Nerazzurri, a changé un peu les cartes en cours de saison. Après avoir tenté de produire un jeu plus séduisant, plus "esthétique" au tout début, il est revenu à plus élémentaire et compact ensuite, notamment après la triste élimination de la Ligue des champions (quatrième de son groupe). Dans les deux cas, le duo de devant est resté essentiel. Avec une mention spéciale pour Lukaku, quand même.

Lukaku, régime et records

Dans cette folle série de onze victoires consécutives des siens, l'ex-attaquant de Manchester United a inscrit 9 buts et délivré 5 passes décisives. "Big Rom" attire les ballons comme un aimant. Les circuits de passes ont beau être connus de tous, personne ne parvient à les couper. Lukaku parvient toujours à mettre son corps en opposition d'une manière ou d'une autre. Et quand ce n'est pas le cas, le voilà parti en profondeur avec ses 93kg. Le 23 mars dernier, La Gazzetta dello Sport expliquait que l'international avait perdu pas moins de sept kilos depuis son arrivée à l'été 2019, en arrêtant notamment... les pizzas à l'ananas. Autant dire un blasphème lorsqu'on habite de l'autre côté des Alpes. "Matteo Pincella, le nutritionniste de l'Inter, a révolutionné ses habitudes, pouvait-on lire dans les colonnes du quotidien italien. Lukaku est passé de 100 à 93kg."
Recruté en août 2019 pour environ 75 millions d'euros, le Belge suscitait pas mal de scepticisme à son arrivée, notamment pour son prix élevé. Mais Antonio Conte, qui le suivait depuis des années, avait tout fait pour convaincre ses dirigeants de faire cet effort financier, persuadé du potentiel d'un joueur parfois moqué pour ses ratés outre-Manche. Un an et demi plus tard, Lukaku en est à deux saisons consécutives avec au moins 20 buts. Une première à 34 réalisations, soit comme un certain Ronaldo en 1997-1998. Et une deuxième toujours en cours.
Dans l'histoire de l'Inter, le cercle des joueurs à avoir inscrit au moins 20 buts pendant deux saisons consécutives est restreint. Le record appartient à Meazza (5 saisons), devant Nyers (4), Amadei (2), Boninsegna (2), Vieri (2), Icardi (2) et donc Lukaku (2). Le Diable Rouge peut décrocher tout ce petit train la saison prochaine. "Je n’oublie pas les critiques. Certains disaient qu’il était surcoté, qu’il avait coûté trop cher. J’ai tout de suite dit que c’était un diamant qui, en travaillant dessus, deviendrait extraordinaire. Il a fait des progrès incroyables", a d'ailleurs expliqué Antonio Conte mercredi soir après la victoire face à Sassuolo (2-1). Entre les deux hommes, l'alchimie est totale depuis le premier jour.

Lautaro, un contrat bientôt signé

Et Lautaro Martinez dans tout ça ? L'international argentin a connu des moments difficiles. Ou du moins quelques coups de moins bien, comme lors de l'hiver dernier lorsque le chemin du but lui semblait totalement inconnu. Il faut dire qu'en coulisses, les négociations pour sa prolongation de contrat s'animaient. Souvent annoncé du côté du Barça, l'international argentin s'est parfois imaginé rejoindre la Catalogne et Lionel Messi. Il y a d'ailleurs bien eu quelques appels des dirigeants blaugrana à ceux de l'Inter. Mais sans réellement approfondir la question d'un possible transfert. Aujourd'hui, le "Toro" est annoncé tout proche d'une prolongation avec les Nerazzurri. Il ne manquerait plus que la signature pour tout boucler selon les médias italiens, qui parlait vendredi un possible changement d'agent pour l'attaquant. De quoi tout remettre en cause ? Visiblement non.
"Je vais prolonger (...) Je veux rester longtemps à Milan pour porter ce maillot. Mon objectif est de devenir un top joueur en Europe. Conte m'a complètement transformé (...) Si on gagne le titre, je me ferai tatouer le scudetto", confiait-il à La Gazzetta dello Sport le 27 février dernier. Il ne prendrait pas un grand risque à prendre rendez-vous dans les prochaines semaines.
Serie A
Insultes, "ennemi public numéro un" et revanche : Conte veut envoyer la Juve en enfer
15/05/2021 À 05:53
Serie A
L'Inter n'a pas levé le pied pour remporter le choc
12/05/2021 À 20:55