AFP

Le Real revient de loin et a toujours faim

Le Real revient de loin et a toujours faim
Par Eurosport

Le 09/08/2016 à 23:17Mis à jour Le 10/08/2016 à 00:37

SUPERCOUPE D'EUROPE - Le Real Madrid a remporté son premier trophée de la saison en dominant le FC Séville lors de la Supercoupe d'Europe (3-2, ap). Ramos avait permis aux Madrilènes d'arracher la prolongation (90+3) et Carvajal a offert le titre aux hommes de Zinédine Zidane à la... 119e minute.

Les coups de tête de Sergio Ramos peuvent rendre ce Real Madrid insubmersible. Largement bousculés par le FC Séville mardi soir à Trondheim, les Merengues s’en sont remis à l’égalisation de leur capitaine au bout du temps additionnel (90e+3) pour accrocher la prolongation avant de remporter la Supercoupe d’Europe (3-2 a.p.). En l’absence de nombreux cadres sollicités à l’Euro, les joueurs de Zinedine Zidane ont ensuite bénéficié d'un exploit individuel de Dani Carvajal pour faire la différence, là aussi en toute fin de match (119e).

Bien plus tôt, Marco Asensio, lancé dans le grand bain par Zinédine Zidane, était venu ouvrir le score d'une superbe frappe dans la lucarne (21e). Mais les Merengue ont ensuite offert une opposition des plus médiocres face à des Rojiblancos désormais dirigés par Jorge Sampaoli et toujours séduisants.

Sampaoli a déjà mis sa patte

Pour son premier match de compétition avec Séville, le technicien argentin a composé un 3-4-3 très proche de celui qu'il a développé avec la sélection chilienne. Un système qui a bien bousculé le Real Madrid et est passé tout près d'offrir aux Andalous leur deuxième Supercoupe d'Europe, dix ans après celle décrochée sous la houlette de Juande Ramos.

L’apport de latéraux (très) offensifs a permis aux Sévillans de mettre le pied sur le ballon et de trouver de vraies failles dans le collectif merengue. Heureusement pour le Real, Sergio Ramos et Raphaël Varane assuraient en défense centrale. Ils ont tout de même cédé, deux fois. D’abord sur une frappe opportuniste de Franco Vazquez (39e). Puis sur une percée de Vitolo, venu pousser Ramos à la faute sur une série de dribbles (72e).

Rico a fait le show... en vain

Le penalty qui a suivi a été transformé par Yevhen Konoplyanka. La victoire tendait alors les bras aux Rojiblancos face à des Merengues incapables de proposer autre chose que les rushs d’Asensio et Lucas Vazquez sur leurs ailes. Les entrées de Karim Benzema, Luka Modric et James Rodriguez ont donné au Real un visage plus familier. Sans véritablement le relancer vers le succès.

Jusqu’au coup de tête décisif de Ramos, les Merengues étaient impuissants, incapables de réagir aux deux buts sévillans et de s’approcher d’une premier trophée cette saison. Lors de la prolongation, les intentions se sont déliées, aidées par l’expulsion de Timothée Kolodziejczak pour un deuxième carton jaune (90e+3). Un deuxième but a bien été refusé à Ramos (99e), Rico a bien multiplié les interventions devant Vazquez (108e, 111e), James (115e) et Casemiro (118e). Mais la soif de vaincre de ce Real est inextinguible.

Sergio Ramos

Sergio RamosAFP

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0