Getty Images

Emotion, chanson, frissons : Les Bleus ont vécu "un grand moment"

Emotion, chanson, frissons : Les Bleus ont vécu "un grand moment"

Le 10/09/2018 à 07:42

LIGUE DES NATIONS – A l'issue d'un France – Pays-Bas (2-1) très vite relégué au second plan, l'équipe de France a communié avec son public. Les vingt-trois Bleus ont vécu un moment unique qu'ils ne sont pas près d'oublier.

C'était un point final qui avait de la gueule. Il fut à la hauteur du reste. De cet été d'éternité qui s'est prolongé jusqu'à cette soirée inoubliable de septembre. De Moscou à Saint-Denis, du Loujniki au Stade de France. Trois mois de victoires, trois mois de liesse. Il restait aux Bleus à fêter cette deuxième étoile avec leur public. Ils ne voulaient pas d'un deuxième pétard mouillé après cette descente bâclée des Champs-Elysées le 16 juillet dernier. Ce dimanche, ils ont pris leur temps. Histoire de savourer jusqu'au bout. Et cette fois, la magie a opéré.

"On a partagé des moments rapides après la Coupe du monde avec nos fans, c’était dommage. Là on s’est rattrapé", a savouré Samuel Umtiti après les festivités et la victoire, devenue rapidement secondaire, face aux Pays-Bas (2-1). Même émotion chez Benjamin Pavard, l'inconnu devenu chouchou des Français en moins d'un an : "On savait que le stade allait être plein. On a fait le job, on a gagné et il n’y a rien de plus beau que de fêter ça avec les supporters", s'est félicité le héros du 8e de finale face à l'Argentine. "On a ressenti beaucoup d’émotion, il y avait une ambiance extraordinaire."

Pogba et les Bleus célèbrent leur sacre mondial au Stade de France

Pogba et les Bleus célèbrent leur sacre mondial au Stade de FranceEurosport

Pavard : "La chanson ? J'en ai encore des frissons"

Le latéral droit a eu droit à un traitement spécial du Stade de France. Parce que Pavard n'est pas tout à fait un joueur comme les autres depuis cette "frappe de bâtard" : "La chanson me fait toujours plaisir, j’en ai encore des frissons c’est inexplicable, ça me touche énormément."

S'il y en a un qui ne voulait pas que ce moment s'arrête, c'est bien Blaise Matuidi. Le milieu des Bleus fut le dernier a quitté la pelouse : "Je voulais en profiter parce que ce n'est qu'une fois dans ma vie", rappelle le Turinois de 31 ans qui aura bien du mal à prolonger l'aventure jusqu'au Qatar. "Je pourrai le montrer à mes enfants et mes petits-enfants. On a vécu un grand moment de communion avec le peuple français. On est fiers et honorés. Dans vingt ans, on en reparlera encore."

Deschamps : "Je voulais leur dire merci"

"On attendait ce moment-là. Il a eu lieu, ça restera gravé dans toutes nos mémoires", lui a répondu Didier Deschamps. "Emotionnellement, c’est quelque chose de très fort." Un par un, les vingt-trois champions du monde ont eu droit à leur ovation et à la franche accolade, pour ne pas dire au gros câlin, de leur sélectionneur. "Je voulais leur dire merci", a témoigné Deschamps. "C’est surtout leur témoigner ma fierté et leur reconnaissance à ce groupe de 23 qui a réalisé quelque chose de fantastique."

Cette communion clôt l'un des chapitres les plus fameux du sport français. Maintenant "la fête est finie", a coupé court Matuidi. Pas pour Lucas Hernandez : "Non, on l'a encore pour quatre ans."

L'équipe de France au Stade de France lors des festivités pour leur titre de champion du monde - 2018

L'équipe de France au Stade de France lors des festivités pour leur titre de champion du monde - 2018Getty Images

0
0