La France n’a plus son destin entre ses mains. Quatre jours après un accroc inattendu contre la Finlande (1-1), l’Espagne a repris la main dans le groupe I mardi. Sans maîtriser pleinement son sujet, la Roja a assuré l’essentiel mardi face aux Bleus et décroché un succès très précieux dans la course à la qualification pour la Coupe du monde 2014 (0-1). Au cœur d’une seconde période où la domination espagnole s’est faite plus intense pendant vingt minutes, Pedro a puni la France au terme d’une action dont il était à l’origine (58e).

En gagnant pour la première fois de son histoire à Paris en match officiel, l’Espagne a confirmé qu’elle restait "la meilleure équipe du monde", comme le soulignait Didier Deschamps en conférence de presse lundi. Les Bleus, qui n'avaient jamais perdu au Stade de France en match qualificatif pour le Mondial, devront désormais se battre à distance avec la Roja pour obtenir leur billet pour le Brésil sans passer par les barrages. Il leur faudra espérer un faux pas des hommes de Vicente del Bosque pour récupérer leur point de retard au classement.
Dans un 4-3-3 calqué sur celui des Espagnols, avec Raphaël Varane, Laurent Koscielny et Paul Pogba alignés au coup d’envoi, les Français ont soutenu la comparaison dans le jeu… pendant dix minutes, les dix premières. Comme attendu, ils ont ensuite abandonné la possession aux visiteurs. Deschamps avait anticipé ce scénario avant la rencontre mais "il faudra bien utiliser le ballon quand on l’aura", espérait-il. Ses joueurs ont appliqué la consigne à la lettre dans le premier acte, profitant du moindre espace pour amener le danger. D’abord par Karim Benzema, qui a envoyé sa frappe au-dessus à la conclusion d’un contre mené par Christophe Jallet (15e). Ensuite par Franck Ribéry, qui s’est présenté seul face à Victor Valdés après un service parfait de Mathieu Valbuena. Mais le Bavarois, pas aidé par sa conduite de balle, est venu buter sur le gardien de la Seleccion (39e). Deux opportunités qui démontraient la capacité des Bleus à faire mal à la défense espagnole.

Pogba intéressant avant d'être sévèrement expulsé

La Roja a elle tenu le ballon les trois-quarts du temps durant la première période, mais ne s’est pas montrée bien plus menaçante. Comme les Français, elle a eu deux occasions à négocier. Xavi en a vendangé une énorme dès la cinquième minute, comme pour refroidir les ardeurs d’un Stade de France plein à craquer. Pedro aurait lui pu bénéficier d’un penalty pour un contact avec Hugo Lloris, même si le Barcelonais s'est couché avant même que le gardien de Tottenham ne le touche (31e). Ce n’était que partie remise pour le meilleur buteur de l’Espagne dans cette campagne de qualifications. Le Catalan a inscrit son quatrième but en s'occupant de (presque) tout. Il a servi Ignacio Monreal sur la gauche, dans le dos d’un Jallet parfois dépassé, avant de se précipiter dans la surface pour devancer Patrice Evra et crucifier un Lloris impuissant. Cette réalisation a sanctionné un gros temps fort des Espagnols, symbolisé par une première frappe d’Andrés Iniesta (54e).

2013 France Espagne Xavi

Crédit: Panoramic

Liga
Benzema : "Je me trouve au max. Il me manque juste des trophées"
15/01/2022 À 07:50
Dans la dernière demi-heure, les Français se sont procuré des occasions pour aller chercher ce match nul qui leur aurait permis de conserver la première place du groupe I. Mais Benzema a passé le cap des 1 000 minutes sans marquer en sélection, Victor Valdés a écœuré Blaise Matuidi (64e) puis Patrice Evra (86e) et Raphaël Varane a manqué le cadre à bout portant suite à un cafouillage sur corner (74e). Les Bleus ont même terminé la rencontre en infériorité numérique après l’expulsion sévère de Paul Pogba, qui a écopé de deux cartons jaunes en l’espace de 90 secondes venus ternir une prestation très intéressante (78e). Invaincue depuis 50 rencontres en matches qualificatifs pour la Coupe du monde, un record planétaire, l’Espagne a pris une option pour disputer la prochaine, où elle espère défendre son titre. Les Bleus devront eux faire le plein sur leurs trois dernières rencontres en attendant un coup de pouce du destin. Celui qui leur avait souri vendredi dernier lorsque la Roja avait été tenue en échec par la Finlande. Preuve que l’espoir reste permis.

2013 France Espagne But Pedro

Crédit: AFP

Equipe de France
Le Graët ouvre la porte des Bleus à Zidane : "Tout le monde y pense pour l'après-Deschamps"
30/11/2021 À 17:16
Les grands récits
Aimé Jacquet, quatre ans pour une étoile
25/11/2021 À 22:53