En début de semaine prochaine, plus précisément le lundi 21 octobre, la France connaîtra son adversaire en barrages du Mondial, les 15 et 19 novembre. Ce sera le Portugal, la Grèce, la Croatie ou l’Ukraine, les quatre têtes de séries parmi les deuxièmes de groupes.
Portugal : Le demi-finaliste du dernier Euro n’a pas réussi à terminer en tête du groupe F et a dû se contenter de la deuxième place. Le Portugal a terminé un point derrière la Russie, battue à Lisbonne mais victorieuse à domicile. Il s’agit de la seule défaite des Lusitaniens, en plus de six victoires et trois matchs nuls qui ont coûté la qualification directe. Ils ont été réalisés contre Israël, l’Azerbaïjan et l’Irlande du Nord. Les Portugais, déjà barragistes il y a quatre ans, sont 11es au classement FIFA du 15 septembre.

Portugal en el partido de clasificación para el Mundial 2014 contra Israel

Crédit: EFE

Qualif. Coupe du monde 2014
Ce sera le Portugal, la Grèce, la Croatie ou l’Ukraine
15/10/2013 À 21:54
Grèce : Une place derrière, figure la Grèce, aussi toute proche de la qualification sans passer par ces barrages de tous les dangers. Les champions d’Europe 2004 ont glané 25 points, tout comme la Bosnie-Herzégovine, mais avec une moins bonne différence de buts (+8 contre +24). Les seuls points cédés l’ont justement été contre la sélection de Safet Susic, avec un nul et une défaite. Sinon, le parcours hellène a été sans faute face aux autres adversaires du groupe G : la Slovaquie, la Lituanie, la Lettonie et le Liechtenstein.

2012 Greece Griechenland Giorgios Karagounis

Crédit: Imago

Croatie : Parmi les dix meilleures nations mondiales dans le précédent classement publié, la Croatie n’a pas pu rivaliser avec une Belgique au sommet de son art, malgré un parcours longtemps exemplaire. Les coéquipiers de Luka Modric ont terminé neuf points derrière mais trois devant la Serbie. L’Ecosse, le Pays de Galles et la Macédoine ont fini plus loin. Les Croates ne se présenteraient pas forcément dans les meilleurs conditions dans un mois, ils pourraient devoir gérer un changement de sélectionneur si la démission proposée par Igor Stimac ce mardi est acceptée par sa fédération. Il a pris cette décision après la défaite en Ecosse (2-0) dans un match pourtant sans enjeu, alors que le revers contre les Belges quatre jours auparavant avait figé les positions.

Croatia's Luka Modric is challenged by Macedonia's Muhamed Demiri during their 2014 World Cup qualifying game at Maksimir Stadium in Zagreb

Crédit: Reuters

Ukraine : L’Ukraine est, de justesse, la dernière tête de série, pour un point par rapport à la France, alors qu’elle se situait à la sixième place des barragistes avant cette soirée, prenant la place de la Suède. Les Ukrainiens, dont le climat n’est pas vraiment favorable en plein automne, ont titillé l’Angleterre jusqu’à la dernière journée, il ne leur a manqué qu’un point. Celui-ci n’a pas été concédé dans les confrontations directes avec les coéquipiers de Wayne Rooney, deux fois tenus en échec. Mais lors d’une défaite à domicile face au Monténégro, troisième du groupe H, qui a pesé lourd.

England verteidigt Gruppenführung gegen Ukraine

Crédit: SID

Ce qu’en pensent les Bleus

Comme avant chaque tirage au sort, certains adversaires sont forcément à éviter plus que d’autres dans l’esprit de tous. Cristiano Ronaldo a d’ailleurs clairement exprimé ses préférences, ou plutôt sa défiance en cas d’opposition avec la France. Didier Deschamps, après la victoire contre la Finlande (3-0), a été bien plus prudent dans sa communication. "Je n'ai pas de préférence, on prendra celui qu'onaura", a déclaré sobrement le sélectionneur des Bleus. Il a tout de même admis que la nom le plus évident qui vient à l’esprit est "forcément le Portugal avec Ronaldo", sans que ce ne soit "plus simple de jouer des équipes collectives comme la Grèce, la Croatie ou l'Ukraine".

Pogba : "On ne doit craindre personne"

La présence de Cristiano Ronaldo dans les rangs portugais, garnis d’autres joueurs d’envergure internationale comme Joao Moutinho, Pepe, Nani ou Fabio Coentrao, en fait une équipe à part. Et ce n’est pas son coéquipier au Real Madrid, Karim Benzema, qui dira le contraire. "C'est vrai que Ronaldo, quand il est en face de toi, ce n'est pas facile de l'arrêter", a-t-il précisé en zone mixte. A l’inverse, Paul Pogba semble lui vouloir relativiser le danger représenté par l’ancien Ballon d’Or. "Ils ont Cristiano Ronaldo, mais nous aussi on a des joueurs. On a Franck, vous avez vu", a prévenu le Turinois.

FOOTBALL 2013 Biélorussie-France (Pogba, Ribéry, Valbuena)

Crédit: AFP

Franck Ribéry ne met pas en avant une seule sélection. Pour lui, "il faudra éviter le Portugal et la Croatie bien sûr". Retrouver l’Ukraine ou la Grèce serait ainsi préférable pour le Munichois, qui estime toutefois qu’il "n'y aura pas de match facile". Tout en respectant le champion d’Europe 2004, qui avait été leur bourreau en quart de finale, les Bleus portent visiblement une certaine préférence sur les Grecs. "Peut-être que ce serait le meilleur adversaire", avance Samir Nasri. "Sur le papier, la Grèce c’est peut-être moins fort que les autres, mais elle joue bien au ballon", pense pour sa part Karim Benzema.
Quelle que soit l’issue du tirage au sort, « Kaiser Franck » annonce la couleur : "Il faudra être des hommes, jouer ces deux matches à fond et tout faire pour aller au Brésil. C'est quand même une Coupe du Monde." Une phase finale que la France n’a plus manquée depuis 1994.
Lire le tweet
Ligue des Nations
Ronaldo, un statut qui pose question au Portugal
26/09/2022 À 21:44
Ligue des Nations
Nez explosé, penalty concédé et occasions gâchées : CR7, encore une soirée à oublier
24/09/2022 À 21:58