On a bien cru que Daniel Ricciardo serait le "meilleur des autres", samedi en qualification. Après le premier run dans la Q3 du Grand Prix de Grande-Bretagne, le pilote australien de Renault pointait à la troisième place, à 1"013 de la Mercedes de tête de Lewis Hamilton, elle-même postée 0"116 devant celle de Valtteri Bottas. Malheureusement, le pilote de Perth a poursuivi en "medium", et s'est fait finalement débordé par Nico Hülkenberg (Racing Point) et Max Verstappen (Red Bull), chaussés en "tendre".

Grand Prix du 70e anniversaire
"Cette affaire Racing Point a des effets de bord sur Mercedes"
11/08/2020 À 06:20

Sous la pluie, son coéquipier Esteban Ocon avait bien signé un Top 5 au Grand Prix de Styrie, mais cette cinquième place reste de loin la plus significative, car acquise dans des conditions normales. Mieux, elle a montré que l'équipe a su trouver de meilleurs réglages pour progresser jusqu'à cette position. Devant des adversaires avec lesquels le Losange devrait se battre plus souvent comme une Racing Point (celle de Lance Stroll), l'AlphaTauri de Pierre Gasly, la Ferrari de Charles Leclerc ou la McLaren de Lando Norris.

"Je sentais que mon tour était plutôt bon, j'étais vraiment à la limite avec la voiture et j'en ai tiré à peu près tout ce que je pouvais, a raconté "Dan The Man". Je n'ai aucun regret, encore moins le sentiment d'avoir manqué une occasion, et nous nous sommes mis d'entrée dans le match pour la course. Les 'médium' fonctionnaient très bien et j'en suis content."

"L'arrière fonctionne mieux, l'aéro répond bien"

Vendredi, il avait flambé en se classant troisième des essais libres 2 en "tendre" mais ces gommes ne faisaient pas partie du plan samedi après-midi. "Tout le monde avait été surpris par cette P3 vendredi, et ça a sûrement fini par mettre de la pression sur l'équipe pour refaire ça. Nous n'espérions pas vraiment P3 mais être un peu là où nous sommes. Pendant cette session, je m'améliorais à chaque tour, je sentais que je tirais le maximum de la voiture."

"J'ai passé les 'tendre' en Q1 et j'ai senti que j'avais fait un bon tour, a-t-il expliqué sur SkySports F1. Puis, en Q2, j'ai passé les 'medium' et j'ai été un truc comme une seconde plus rapide. J'ai senti que c'était plus facile, et que la voiture était contente avec ces pneus. A partir de là, j'étais branché sur les 'medium' ".

Pour expliquer les progrès de la RS20 par rapport à sa devancière, il a précisé ceci : "L'arrière fonctionne mieux. Je ne sais pas quelle partie en fait, j'ignore la raison précise, mais l'aéro répond bien."

"Daniel a fait de l'excellent travail jusqu'en Q3, a noté Alan Permane, le directeur sportif de Renault. Vendredi, il a effectué des changements de réglages différents du week-end dernier et cela a vraiment amélioré la monoplace."

Pour la course, tous les espoirs semblent permis. Car hormis la déception de l'abandon causé par un problème de refroidissement lors de la première manche du Mondial, à Spielberg, Ricciardo a enchaîné sur un mode crescendo : huitième à Spielberg 2 et au Hungaroring, et quatrième à Silverstone 1. Pour autant, il ne sait pas quel résultat espérer. "Les stratégies seront diverses, note-t-il, car effectivement la norme sera de deux arrêts sur les 52 tours du Grand Prix de Grande-Bretagne. Nous savons que nous avons une bonne voiture en course, nous avions juste besoin de mieux nous qualifier pour nous donner une chance de connaître de meilleurs dimanches." Un meilleur dimanche, ce serait donc un podium, ce que Renault n'a plus connu depuis 2010.

Ocon en mauvaise posture

En revanche, Esteban Ocon a une nouvelle fois connu une qualification plus contrastée, pour ne pas dire décevante. Battu pour la quatrième fois en cinq séances, le Français est sorti du jeu dès la Q2. Avec un onzième temps qui s'est transformé en quatorzième emplacement sur la grille de départ en raison d'une obstruction au virage n°5 en Q1, alors que George Russell (Williams) déboulait dans son tour rapide.

"C'est une séance décevante dans l'ensemble comme j'avais l'impression que mon tour en Q2 était plutôt bon, a relaté le Normand. L'écart avec Daniel était important dans cette session (0"375) et nous devons analyser pourquoi. Cela pourrait être quelque chose que nous n'avons pas entièrement compris sur la voiture après vendredi. La monoplace semblait avoir du potentiel aujourd'hui, mais je n'arrivais pas à transposer cette vitesse aux endroits nécessaires. Nous avons également eu l'incident avec George [Russell]. C'est un élément que nous aurions dû mieux gérer."

"Nous n'avons pas fait de l'assez bon travail pour Esteban, a reconnu Alan Permane. Il était en difficulté avec l'adhérence du train arrière et il y a bien sûr cette pénalité pour avoir gêné George [Russell]." Pour autant, le défaitisme n'est pas de mise. "Notre objectif sera de marquer de gros points avec les deux voitures", a annoncé Alan Permane.

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1351x804:1353x802)/origin-imgresizer.eurosport.com/2020/08/08/2861764.jpg
Grand Prix du 70e anniversaire
"Vettel-Ferrari, c'est un couple qui se déchire pour le service à café"
11/08/2020 À 06:19
Grand Prix du 70e anniversaire
"Leclerc s'est mis en mode Baron Rouge : c’est le patron chez Ferrari"
11/08/2020 À 06:19