C'est avec un jour de retard sur la date prévue que la Fédération internationale de l'automobile a dévoilé samedi les conclusions de son enquête sur le raté monumental du dernier Grand Prix de la saison 2021 à Abu Dhabi, qui avait couronné Max Verstappen (Red Bull) champion du monde sur un coup de théâtre au détriment de Lewis Hamilton (Mercedes).

Masi limogé, la F1 sans le spectacle du catch : chambardement à la FIA pour sauver le sport

A six tours de la fin de l'épreuve, dominée par le pilote britannique, le directeur de course à la FIA, Michael Masi, avait déployé la voiture de sécurité afin de nettoyer les débris de la Williams accidentée du Canadien Nicholas Latifi. Espérant un dégagement rapide, l'Australien avait maintenu le régime de neutralisation et commis l'erreur de ne pas demander aux concurrents situés, à un tour ou plus du leader, de dépasser la voiture de sécurité en tête afin de se ranger en queue de peloton pour préparer une reprise de l'épreuve dans les conditions exigées par le règlement (article 48.12).
Grand Prix d'Abou Dabi
"Est-ce qu’on était déjà en vacances chez Mercedes ?"
15/12/2020 À 16:27
L'épave de la Williams dégagée tardivement, la piste enfin nettoyée, Michael Masi avait réalisé qu'il ne lui restait plus de solution pour satisfaire le règlement. Celui-ci prévoit qu'une fois les voitures rangées dans l'ordre, il faut attendre un autre tour complet pour redémarrer la course. Au strict sens du règlement, la course aurait dû s'achever sous régime de voiture de sécurité.
Mais plus tôt dans la saison, l'énorme scandale du Grand Prix de Belgique, "disputé" sur un tour derrière la voiture de sécurité, avait marqué les esprits et poussé les différentes parties prenantes de la discipline (FIA, détenteur des droits du sport, équipes et pilotes), à exiger qu'une telle situation ne se reproduise plus. En clair, la volonté commune était de ne plus voir une course se terminer sur une neutralisation.

"Le directeur de course a agi de bonne foi"

Directeur de course à Spa-Francorchamps et fortement critiqué pour avoir cédé à la pression d'officialiser un résultat coûte que coûte, Michael Masi s'est alors fait fort à Abu Dhabi de relancer la course quitte à faire une entorse au règlement. Influencé à la radio par Christian Horner, le directeur d'équipe de Red Bull, il avait finalement demandé aux seuls retardataires positionnés entre le leader Lewis Hamilton et le deuxième, Max Verstappen, de doubler la voiture de sécurité afin d'offrir un dernier tour de compétition des plus inéquitables. En pneus usés, Lewis Hamilton n'avait en effet aucune chance de résister à une attaque de son rival, la victoire étant synonyme de titre.
"En combinaison avec l'objectif de finir la course sous drapeau vert (...), le rapport conclut que le directeur de course a agi de bonne foi et au meilleur niveau de ses connaissances étant donné les circonstances difficiles, sachant en particulier le délai contraignant pour prendre des décisions et l'immense pression imposée par les équipes", écrit la FIA.
"Les résultats du Grand Prix d'Abu Dhabi 2021 et le Championnat du monde de Formule 1 sont valides, définitifs et ne peuvent maintenant être changés. Il n'y a pas de système pour amender le classement d'une course", ajoute le gouvernement du sport.
Avant que la saison ne commence, la FIA a remplacé Michael Masi par deux directeurs de course, Niels Wittich et Eduardo Freitas en alternance, elle a créé une cellule d'aide à la décision et interdit les communications radio directes entre la direction de course et les équipes.
Grand Prix d'Abou Dabi
Une fin de saison en trombe : comment Verstappen pourrait titiller Hamilton en 2021
15/12/2020 À 16:13
Grand Prix d'Abou Dabi
Vettel, la dédicace à Leclerc : "Tu es le pilote le plus talentueux que j'ai rencontré"
14/12/2020 À 10:33