Getty Images

Ecclestone : "Ils ont pris trop de temps pour se décider"

Ecclestone : "Ils ont pris trop de temps pour se décider"

Le 13/03/2020 à 12:12Mis à jour Le 13/03/2020 à 13:07

GRAND PRIX D'AUSTRALIE - Bernie Ecclestone, l'ancien promoteur du championnat du monde, trouve que la FOM a trop attendu pour saisir l'inéluctable. Et que l'annonce tardive de l'annulation a peut-être une explication.

Bernie Ecclestone sait de quoi il parle en termes de reports, d'annulation de Grands Prix. L'homme d'affaire britannique âgé de 89 ans a géré le barnum de 1978 à 2016. Il a tout connu, de la grève des pilotes au Grand Prix d'Afrique du Sud 1982, sous fond de guerre entre pouvoirs sportif et politique, à l'annulation du Grand Prix de Bahreïn en 2011, pour cause d'insurrections populaires.

Et pour lui, la nouvelle gouvernance du sport (FOM), celle-là même qui l'a écarté des affaires, et les autorités locales ont tergiversé avant d'accepter de voir la réalité en face.

"Le problème est qu'ils n'ont rien fait pendant un trop long moment", a confié l'ancien PDG de la FOM à la publication allemande Auto Bild, depuis la ferme brésilienne où il s'est retiré pour produire du café.

Volte-face de Mercedes

Mais le businessman a aussi rappelé la réalité de ce que représente une telle annulation. "Au bout du compte, ça dépend toujours de celui qui annule officiellement", a ajouté le Britannique de 89 ans. "Quiconque le fait doit en prendre la responsabilité, y compris financière. Apparemment, personne ne voulait le faire", ajouté "Mister E".

L'équipe Mercedes a indiqué deux heures avant le début des essais libres 1 avoir envoyé une lettre à la Fédération internationale de l'automobile pour demander l'annulation du Grand Prix, mais l'histoire ne serait pas aussi limpide que ça. Selon une source bien informée dans le paddock, le team champion du monde des constructeurs ces six dernières années faisait à l'origine partie d'un groupe de cinq équipes envisageant encore de courir jeudi soir, conjointement avec Racing Point et Williams, écuries qu'elle motorise, Red Bull et son écurie B, AlphaTauri (ex-Toro Rosso).

Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes Motorsport, aurait alors reçu un coup de téléphone d'Ola Källenius, ex-ingénieur de la marque en Formule 1 devanu président du conseil d'administration de Daimler AG, lui ordonnant de changer d'avis et de prôner l'annulation.

C'est finalement le Premier ministre de l'Etat de Victoria, qui a lancé la procédure en interdisant vendredi matin aux fans de se rendre au circuit, pour des "impératifs de sécurité publique".

Membres de l'équipe Ferrari à Melbourne après l'annulation du Grand Prix d'Australie, le 13 mars 2020