Une pole position contre nature ? Presque. Charles Leclerc n'était pas enthousiaste à l'idée de piloter ce week-end à l'Albert Park, un circuit qui pensait-il correspondait encore moins à sa Ferrari que les années passées. Le tracé rendu plus rapide par la suppression d'une chicane cette année, et un resurface complet convient pourtant à sa F1 75. Aux avant-postes mais encore prudent vendredi, le Monégasque n'a pu se cacher après sa 11e pole position en carrière, sa deuxième saisonnière, samedi.
Au bout d'un tour en 1'17"868 à la fermeture de la piste, le n°1 mondial a relégué son rival Max Verstappen (Red Bull) à 0"286. Et Carlos Sainz, le seul vraiment capable de le battre, a commis une faute qui l'a relégué au neuvième rang.
Grand Prix d'Australie
Bijoux interdits au volant : Leclerc et Hamilton visés
08/04/2022 À 04:05
Le film de la qualification | Classement du championnat du monde
"C'est bon !, s'est exclamé le natif de Monte-Carlo après avoir signé la première pole position d'une Ferrari à Melbourne depuis celle de Kimi Räikkönen, en 2007. D'autant plus que c'est un circuit où j'ai toujours eu du mal dans le passé. Il ne me convient probablement pas non plus comme pilote mais nous avons travaillé dur ce week-end. En Q3, je suis parvenu à tout bien faire sur un tour. C'est génial et je suis très content de partir de la pole. Une fois encore, je suis surpris de notre rythme en qualification."

Evolution, budget cap, paix des ménages… Ferrari, une méthode de champion

Problème de démarreur pour Sainz

Après la deuxième manche du Mondial, à Djeddah, il avait expliqué ne pas savoir comment sa Ferrari pourrait lutter contre la vitesse de la Red Bull dans les lignes. Un vrai problème sans apport de nouvelles pièces sur la F1 75. En l'occurrence un aileron arrière générant moins de traînée.
"Nous avons eu un problème avec le démarreur, a expliqué Sianz, actuellement classé à la deuxième place au championnat du monde, à Sky Sports. La voiture ne voulait pas démarrer et nous sommes allés en piste trois minutes après ce qui était prévu. Je n'ai pas pu préparer les pneus, les chauffer. Ce fut un tour horrible. Je me battais pour la pole position et tout ce qui pouvait aller mal en Q3 est allé mal."
https://i.eurosport.com/2022/04/09/3352249.jpg
Mattia Binotto, le directeur d'équipe, doit gérer à présent cette situation, qui prive la Scuderia d'un moyen de pression supplémentaire sur les Red Bull. "Il sait que je suis en colère parce que nous ne devrions pas avoir ce genre de problème avec le démarreur. C'est tout simplement un désastre", a pesté le Madrilène.
Vous voulez suivre le Grand Prix d’Australie en direct sur CANAL+ ? Retrouvez 100% des Grands Prix avec l’offre Canal + à 20,99€ les 12 premiers mois puis 24,99€/mois pour un abonnement de 24 mois
Grand Prix d'Australie
"Piastri arrive, c'est le prochain gros crack de la Formule 1"
16/06/2022 À 11:55
Grand Prix d'Australie
Melbourne reconduit jusqu'en 2035
16/06/2022 À 05:33