Mercedes poursuit son opération survie et George Russell fait un incroyable dauphin de Charles Leclerc (Ferrari) au championnat du monde. Dimanche à Melbourne, le jeune Anglais est monté sur le premier podium de sa carrière en combinaison grise, son deuxième après sa mascarade du Grand Prix de Belgique 2021.
Film et résultat de la course | Classement du championnat
Qualifié sixième, l'ex-pilote Williams a gagné une place au départ au détriment de son compatriote Lando Norris (McLaren) et s'est alors accroché derrière son coéquipier Lewis Hamilton et Sergio Pérez (Red Bull), troisième et quatrième, avec dans l'idée de repousser le plus longtemps son passage au stand afin de profiter d'un événement en piste. Au volant d'une Mercedes encore rétive et pour tout dire dangereuse - l'équipe n'ayant toujours pas trouvé le début d'une solution pour se débarrasser du marsouinage - le pilote de la W13 n°63 n'avait que cette option pour surperformer. Bien lui en prit : l'intervention de la voiture de sécurité, suite à l'accident de Sebastian Vettel (Aston Martin), lui a offert un arrêt "gratuit" au 24e tour, qui l'a propulsé au troisième rang, derrière le leader Charles Leclerc (Ferrari) et Max Verstappen (Red Bull).
Grand Prix d'Australie
"Piastri arrive, c'est le prochain gros crack de la Formule 1"
16/06/2022 À 11:55

Chanceux deux fois

Au 36e tour, il a cédé sa place virtuelle sur le podium au Mexicain de Red Bull et l'a retrouvée pour de bon trois boucles plus tard lorsque le champion du monde néerlandais a abandonné.
"Il faut s'impliquer à fond pour gagner quelque chose et capitaliser sur la malchance des autres, et les gars à Brackley (base "châssis") et à Brixworth (base "moteur") ont bossé dur pour nous donner une voiture fiable, a-t-il réagi à chaud. Nous avons été chanceux aujourd'hui, probablement deux fois. Il nous reste beaucoup de travail à l'usine pour revenir devant et ce podium est une récompense spéciale pour eux. Nous allons continuer de nous battre, ne rien lâcher. Ce week-end, nous étions loin derrière nos rivaux mais nous sommes sur le podium."
Et les comptes sont bons pour lui : avec ses quatrième, cinquième et troisième places, il est à la tête de 37 unités au championnat et personne ne peut en dire autant à part Charles Leclerc. Pas de doute, il a réussi son intégration chez Mercedes, pour qui il apparaît comme la deuxième valeur refuge dont l'équipe avait besoin après des années de yoyo avec Valtteri Bottas.

Double peine pour Hamilton

C'est assez curieux de ne pas évoquer d'abord la course de Lewis Hamilton, mais ça fait deux fois de suite que le septuple champion du monde n'est pas la clé de voûte chez les Gris. Du moins en course. Décevant dixième à Djeddah, LH44 a encore été victime d'un mauvais timing, comme il y a deux semaines.
Troisième au premier virage au détriment de Lando Norris (McLaren) et Sergio Pérez (Red Bull), il venait de stopper lorsque Vettel a déclenché les grandes manœuvres. Mais il doit être maudit : doublé par Sergio Pérez au 10e passage, il allait répliquer à "Checo" avec ses pneus neufs lorsque le drapeau jaune l'en a empêché. Pour lui aussi, le retrait de Max Verstappen a quand même été synonyme de bonne affaire.
Cependant, c'est un sentiment d'inachevé, de frustration même comme on a pu l'entendre à la radio, qui ressort de ce dimanche. Car il espérait faire descendre l'autre Mercedes du podium lorsqu'une alerte à bord de sa monoplace l'a obligé à se tenir tranquille en fin de parcours. Reste donc le point positif de ses 28 points au championnat. Si la perspective d'un huitième titre s'éloigne sérieusement, c'est quand même incroyable de le voir posté trois longueurs devant Max Verstappen.
https://i.eurosport.com/2022/04/10/3352880.jpg

Hamilton en surchauffe

"C'est un excellent résultat pour notre collectif, honnêtement, a-t-il avoué. Ce week-end, nous avons eu tellement de moments difficiles avec la voiture et terminer cinquième et sixième en qualification, avoir progressé comme nous l'avons fait, avec la fiabilité dont nous disposons, c'est incroyable. Nous ne nous attendions certainement pas à être troisième et quatrième. George a fait un excellent travail - j'ai pu voir un peu sa bataille contre Pérez et j'aurais aimé y être, mais néanmoins, nous allons prendre ces points et continuer à pousser."
"Je n'ai pas pu me battre pour la troisième place parce que le moteur surchauffait, j'ai donc dû lever le pied et rester derrière, mais nous avons empoché autant de points que nous pouvions dans l'équipe et c'est génial", a-t-il conclu.

"Limiter les dégâts et apprendre"

"Nous quittons Melbourne dans un bien meilleur état que nous y sommes arrivés, avec des enseignements, des données à analyser et plus de points, a résumé Toto Wolff, le directeur d'équipe. Nous n'avions pas de quoi rivaliser avec Ferrari et Red Bull mais nous savons où chercher la performance."
"Ce podium de George est une récompense des efforts de l'équipe, a apprécié Andrew Shovlin, le directeur de l'Ingénierie en piste. Lewis a tout perdu avec le timing de la voiture de sécurité. Il a réussi à mettre Sergio [Pérez] sous pression dans le premier relais et nous sommes sortis des stands devant lui. Mais au final, nous n'avons pas la vitesse intrinsèque pour lutter contre eux, même si notre dégradation des pneus était probablement moindre. A ce stade de la saison, nous sommes focalisés sur deux choses : limiter les dégâts et apprendre. En ces deux aspects, le week-end a été fructueux. Nous savons que nous avons beaucoup à faire : Charles était dans un autre monde aujourd'hui."
Grand Prix d'Australie
Melbourne reconduit jusqu'en 2035
16/06/2022 À 05:33
Grand Prix d'Australie
"Les pilotes payants en F1, on a le sentiment d'arriver au bout d'un système"
13/04/2022 À 20:28