Getty Images

Désastre stratégique, fiasco technique : Mercedes K.-O. sur le ring

Désastre stratégique, fiasco technique : Mercedes K.-O. sur le ring

Le 01/07/2018 à 19:07Mis à jour Le 01/07/2018 à 21:02

GRAND PRIX D'AUTRICHE - Les pilotes des Flèches d'argent sont tombés de haut, dimanche à Spielberg. Valtteri Bottas et Lewis Hamilton ont renoncé sur problèmes de fiabilité et perdu gros au profit de Ferrari.

Mercedes a subi un violent coup d'arrêt, dimanche au Red Bull Ring de Spielberg. La firme à l'Etoile, victorieuse des quatre dernières éditions du Grand Prix d'Autriche, a enregistré un double abandon technique - une première depuis Monza 1955 - et perdu les places de leaders aux championnats du monde Pilotes et Constructeurs.

Dépossédé dès le départ de sa pole position par son coéquipier, Lewis Hamilton, Valtteri Bottas a garé sa W09 dès le 14e des 71 tours, sans pression hydraulique. Leader précipité dans un mauvais scenario stratégique parce qu'il était resté en piste lors de la séquence de voiture de sécurité virtuelle suite à l'abandon de son voisin de garage, le Britannique roulait en quatrième position lorsque son ingénieur lui a ordonné de stopper à cause d'une perte de pression d'essence, au 36e passage.

"Le pire week-end depuis longtemps"

"La chance que j'ai cette année ressemble un peu à une mauvaise blague", a lâché Valtteri Bottas, contraint à l'abandon pour la deuxième fois cette saison après la crevaison de Bakou. "Au départ, j'ai eu un peu de patniage et il y avait moins d'adhérence qu'attendu, j'ai donc perdu quelques places."

Débordé par un Kimi Räikkönen (Ferrari) très offensif, il est sorti de la piste au virage n°1 puis a cédé à l'opportunisme du futur vainqueur, Max Verstappen (Red Bull). Mais il a profité d'un écart du Finlandais au virage n°3 pour se refaire doublement, en se glissant à l'extérieur vers le n°4, pour retrouver sa place en couverture d'un Lewis Hamilton impérial. "Après, la voiture était rapide, nous roulions bien quand soudainement, nous avons eu une perte de pression hydraulique. Il n'y avait rien à faire", a-t-il conclu.

"C'est le pire week-end depuis longtemps", a réagi Lewis Hamilton. "Tout le monde éprouve de la peine mais il faut chercher le positif : la voiture a été géniale tout le week-end, nous étions les plus rapides et nous avons eu une super fiabilité depuis des années."

Le quadruple champion du monde anglais restait sur 33 courses dans les points. Son dernier abandon, au Grand Prix de Malaisie 2016, lui avait coûté le titre.

"La voiture de sécurité virtuelle s'est effacée plus tôt que prévu"

"Pour moi et pour l'équipe, c'est la journée la plus douloureuse depuis six ans", a commenté Toto Wolff. "Perdre ainsi un doublé, par notre faute et notre défaillance, fait tellement mal."

"Nous avons fait un premier tour spectaculaire : un super départ de Lewis et une riposte de Valtteri pour P2 au freinage du n°4", a commenté Toto Wolff, directeur d'équipe de Mercedes F1. "Les treize premiers tours étaient bons, nos pilotes contrôlaient. Le premier coup dur a été la panne hydraulique pour Valtteri, qui a amené la voiture de sécurité virtuelle. Nous avons décidé de laisser Lewis en piste pour un tour, car nous avons pensé que ça prendrait plus de temps pour dégager la voiture de son emplacement, et être capables de réagir par rapport aux voitures derrière dans le tour suivant. Mais la voiture de sécurité virtuelle s'est effacée plus tôt que prévu ; nous avons simplement pris la mauvaise décision."

"Cela a laissé Lewis face à une montagne", a repris le manager autrichien. "Nous l'avons stoppé tôt après la reprise de la course, pour des 'tendre', pour essayer de récupérer du terrain. En conséquence, les pneus arrière ont cloqué, et il a perdu une place par rapport à Sebastian [Vettel]. Nous avons alors décidé de le stopper car il n'avait plus rien à perdre. Mais rapidement, une chute de pression d'essence l'a poussé à abandonner. Nous apprendrons de nos erreurs et irons à Silverstone la tête haute. Ce sera la course à domicile de nombreux membres de l'équipe, à Brackley (ndlr : antenne "chassis") et à Brixworth (ndlr : antenne "moteur"). Notre but sera de revenir plus fort et faire oublier nos défaillances."

0
0